Emploi, formation, qualification, salaire

Le Rapport calamiteux de l’emploi US

Le Rapport calamiteux de l’emploi US

les embauches chutent, le chômage remonte….

Les embauches ont considérablement ralenti en mai aux États-Unis, où le taux de chômage est remonté pour atteindre son niveau le plus élevé depuis le début de l’année, selon des chiffres officiels publiés vendredi à Washington.

PLUS DE CHOMAGE EN SUIVANT :

L’économie américaine n’a créé que 54 000 emplois nets en données corrigées des variations saisonnières ce mois-là, soit quatre fois moins qu’en avril, indique le rapport mensuel sur l’emploi du département du Travail.C’est la hausse de l’emploi la plus faible depuis le mois de septembre 2010, et elle apparaît trois fois moins forte que ne le pensaient les analystes. Par comparaison, le ministère indique que les embauches s’étaient faites à un rythme moyen de 220.000 par mois de février à avril.

Conséquence de la faiblesse des embauches, insuffisantes pour absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail, le taux de chômage officiel aux États-Unis est remonté pour le deuxième mois de suite, de 0,1 point par rapport à avril, pour s’établir à 9,1%, niveau le plus haut depuis décembre, où il était de 9,4%. Selon leur estimation médiane, les analystes tablaient au contraire sur un chômage stable, à 9,0% de la population active en mai.

Faisant référence aux tornades et aux inondations mortelles qui ont frappé le Centre et le sud du pays le mois dernier, le ministère précise que ces catastrophes n’ont eu «aucun effet évident sur les chiffres de l’emploi et du chômage de mai».

Près de 95% des créations d’emplois du mois passé ont été recensées dans le secteur des services, qui domine largement l’économie américaine, tandis que le secteur secondaire n’embauchait pour ainsi dire pas (3000 créations d’emplois).

Toujours sous pression budgétaire, le secteur public a supprimé des emplois (29 000) pour le septième mois d’affilée. Au coeur de toutes les attentions, le secteur privé n’a créé que 83 000 emplois. C’est sa plus faible contribution depuis le mois de juin 2010.

Le niveau des embauches du mois est apparu nettement inférieur aux 150 000 nouveaux emplois jugés nécessaires chaque mois pour absorber l’arrivée des jeunes sur le marché du travail.

Les chiffres du ministère montrent néanmoins que la population active a progressé de 272 000 individus en mai, après être restée stable en mai, ce qui pourrait être le signe que bon nombre de chômeurs jusque-là découragés ont commencé à se remettre à chercher du travail.

Cependant, le taux de participation à la population active, qui mesure le ratio des actifs par rapport à l’ensemble des personnes en âge de travailler, est resté à 64,2% pour le cinquième mois d’affilée, son plus bas niveau depuis mars 2010.

Ce qui est de reste confirmé par une durée moyenne de chomage extrèmement forte

Et des inscriptions au chomage au dessus de 400k

Selon le ministère, le salaire hebdomadaire moyen a augmenté de 0,3% sur un mois en avril. Cette progression résulte d’une hausse du salaire horaire moyen, la moyenne des heures travaillées étant restée stable, à 33,6 par semaine.

Le ministère précise cependant que du fait de l’inflation, le pouvoir d’achat des Américains a baissé par rapport à mai 2010.

Ce qui est confirmé par un taux d’épargne sur une pente descendante

undefined

Source: Barclays

source agences juin11

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s