Etats-Unis

Marchés/ Aout : Un mois calamiteux pour les actions

Un mois calamiteux pour les actions

L’or est resté l’actif financier qui a le plus brillé aux yeux des investisseurs (+11,3 %). Bilan.

Le franc rebond des Bourses dans le dernier tiers du mois d’août n’a pas suffi à remettre à flot leurs indices. Pour la quatrième période mensuelle d’affilée, août s’achève sur un bilan largement négatif.  Moins de 20 des 90 principaux indices nationaux suivis par Bloomberg arrivent à grignoter quelques modestes points. Les autres accusent, tous, des pertes pouvant se monter jusqu’à 25 %. 

Source Financial Times

En Europe, le DJ Stoxx 600, qui accusait vers le 20 août une chute de 16 %, a fini le mois sur une baisse de 10,5 %. Parmi les Bourses les plus chahutées, Athènes a plongé de 23,9 % sur le mois, Francfort de 19,2 % et Milan de 15,6 %. A Bruxelles, l’indice Bel 20, qui avait perdu au pire moment 13,8 %, a ramené ses pertes à 6,55 %. Par rapport à son plus haut de 2011, touché le 28 avril, le Bel 20 accuse une perte de 18,1 %.  

Sur les autres continents, Wall Street enregistre un recul de 5,2 %, Tokyo de 8,9 % et Shanghai de 4,97 %. L’euro ayant reculé face au yen nippon et au yuan chinois, les performances de Tokyo et de Shanghai converties dans la monnaie européenne passent successivement à +0,31 % et +0,25 %.

Le dicton selon lequel il convient de vendre en mai et de revenir sur les marchés à la fin de l’été (« Sell in may and go away ») a gardé tout son sens cette année.

On notera au passage que les indices boursiers américains se sont gardés d’enregistrer, à l’inverse des indices européens, des reculs de 20 % entre leur dernier plus haut atteint en avril et leur plancher touché en août. D’ordinaire, une récession est anticipée sur les marchés par une baisse d’au moins 20 % en moyenne des cours des actions.

 A cela, on ajoutera que, lors de la saison des résultats qui vient de s’achever à Wall Street, on a appris que les bénéfices des entreprises liées au S & P 500 ont crû bien davantage que prévu au deuxième trimestre (+16,1 % en moyenne).

Pour être gagnant sur les marchés financiers, il aurait fallu en fait se ranger du côté des obligations, même celles issues par les États souverains. Malgré l’abaissement de sa note financière chez S & P, la dette fédérale américaine à 10 ans a offert un return positif de 3,1 % en août à leurs détenteurs. « Une performance qui s’explique par le fait qu’en tant que benchmark, le bon du Trésor US est toujours considéré comme le meilleur risque », explique Vanden Houte d’ING.

En Europe, le bund allemand de même échéance a rapporté un gain supérieur à 4 %. Dopé par la décision de la Banque centrale européenne d’en racheter, le papier italien à 10 ans a procuré une plus-value de 6,2 % et celui émis par l’Espagne, de plus de 7 %!

Mais, malgré sa forte volatilité, l’or est resté l’actif financier qui a le plus brillé aux yeux des investisseurs. L’once d’or a encore progressé de 11,3 % à Londres, à 1.813,50 dollars. 

 Marc Collet/L’Echo aout11

source Bespoke

PERFORMANCE EN DOLLAR DES MARCHES MONDIAUX

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s