Chinamerica

Chine: l’inflation ralentit légèrement mais reste un problème prioritaire

Chine: l’inflation ralentit légèrement mais reste un problème prioritaire

L’inflation en Chine s’est légèrement tassée à 6,1% en septembre, mais reste trop élevée pour que le gouvernement, qui craint que la hausse des prix engendre de l’instabilité sociale, puisse desserrer sa politique monétaire, estiment les analystes.

Sur les neuf premiers mois de l’année, les prix ont progressé de 5,7% par rapport à la même période de l’an dernier, a précisé le Bureau national des statistiques (BNS), alors que Pékin avait arrêté en mars un objectif de 4% pour l’ensemble pour l’ensemble de 2011.

En juillet, l’indice des prix à la consommation, dont la hausse s’était accélérée depuis l’automne 2010, avait culminé à 6,5%.

La hausse des prix touche particulièrement les catégories les plus pauvres de la population qui sont plus sensibles à l’envolée des prix alimentaires, dont les prix ont encore bondi de 13,4% en septembre. Le prix de la viande en général s’est envolé de 28,4% et celui du porc de 43,5%. L’inflation des prix des aliments est demeurée égale à celle d’août, à 13,4 pour cent.

La persistance d’une pression élevée sur les prix ne devrait pas inciter le gouvernement à relâcher sa politique monétaire, malgré les difficultés de certaines de PME à se financer et les craintes sur un possible retournement du marché immobilier, secteur pilier de la deuxième économie mondiale.

Au début de la semaine, le gouvernement est intervenu pour faire baisser de 3,5% le prix des carburants, « qui comptent pour environ 10% de la hausse des prix », relève dans une note Jing Ulrich, économiste pour la Chine de la banque J.P. Morgan. Selon elle, « les prix alimentaires en rapide hausse, une croissance excessive du crédit et des prix de l’immobilier élevés, qui ont alimenté l’inflation cette année, montrent tous des signes de modération ».

Le chiffre de septembre « confirme que l’inflation va poursuivre sur sa pente descendante pour le quatrième trimestre », estime de son côté Zhang Zhiwei, économiste chez Nomura Securities basé à Hong Kong.

« Les promoteurs immobiliers paraissent désormais réduire leurs prix pour générer du cash, plutôt que d’attendre un signal du gouvernement qui mettrait fin à sa politique de resserrement » du crédit, observe pour sa part Alaistair Chan, de Moody’s Analytics. Il relève toutefois que la hausse des prix non alimentaires, qui se maintient autour de 3%, reflète une demande intérieure robuste et des salaires en hausse, ce qui devrait « empêcher le gouvernement de relâcher sa politique (monétaire) dans un avenir proche ».

« Pour le moment, nous prédisons que la politique restera inchangée – pas de resserrement, pas de relâchement – tandis que les autorités chinoises observent avec nervosité les développements dans la zone euro », estime enfin Alistair Thornton, économiste chez IHS Global Insight.

source afp oct11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s