Changes et Devises

L’Euro promis à une volatilité élevée

L’ Euro promis à une volatilité élevée

Les analystes les plus pessimistes voient la monnaie unique à 1,20 USD d’ici six mois, les plus optimistes à 1,45 USD.

L’euro est-il parti pour une troisième année de baisse consécutive? Certains analystes pensent que oui. Parmi ceux qui ont prédit correctement l’évolution de la devise européenne face au dollar depuis un an, Nick Bennenbroek, responsable de la stratégie devises chez Wells Fargo, s’attend à ce que l’euro baisse à 1,24 USD d’ici six mois. Westpac Banking prévoit, lui, un cours à 1,20 USD. Stephen Jen, l’ancien chef économiste de Morgan Stanley désormais à la tête de son propre hedge fund, prévoit lui aussi une baisse, entre 1,20 et 1,25 USD.

Les plus optimistes voient remonter la monnaie européenne à 1,45 USD d’ici six mois. Et la moyenne des analystes interrogés par Bloomberg estime à 1,30 USD le niveau de l’euro sur la période.

Facteurs négatifs

Du côté des pessimistes, Bennenbroek table sur une baisse des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne, qui devrait pénaliser l’euro. C’est aussi la vision de Stephen Jen: « Le plus grand problème de la zone euro repose sur son entrée en récession. Même si cette récession est superficielle, elle va conduire la Banque Centrale Européenne à devoir baisser ses taux, ce qui va peser sur l’euro » commente-t-il. « Et puis, la situation européenne est devenue plus compliquée quant à sa résolution par rapport à il y a un an. Le problème grec contamine désormais les autres économies et la résolution de cette crise ne sera pas immédiate », ajoute-t-il.

Bennenbroek estime lui que la BCE abaissera son taux directeur de 1% à plus ou moins 0% et prévoit que la Grèce pourrait quitter la zone euro. « Ce serait un scénario catastrophe pour l’Europe et créerait un mauvais environnement pour les transactions sur l’euro », relève Richard Franulovich, stratège en devises chez Westpac Banking.

Stephen Jen exclut toutefois un retour à la parité euro/dollar. « L’euro ne va pas s’effondrer, simplement s’affaiblir, ce qui sera utile pour relancer les exportations des sociétés européennes. La devise ne sera pas une nouvelle source de problèmes pour la zone euro », selon lui.

La BCE doit se réunir jeudi mais elle devrait laisser ses taux inchangés, selon 34 économistes interrogés par Bloomberg.

Quant à la récession dans la zone euro, le FMI semble l’écarter.

-Margit Feher, Dow Jones Newswires janv12

Laisser un commentaire