Canada

Les banques canadiennes parmi les plus solides au monde

Les banques canadiennes parmi les plus solides au monde

Les banques canadiennes sont nombreuses à faire partie du plus récent palmarès des banques les plus solides de Bloomberg Markets (The World’s Strongest Banks).

C’est la CIBC qui arrive au premier rang au Canada, en se hissant au 3e rang du classement général. Elle est suivie de près par la Banque TD (4e rang), la Banque Nationale (5e rang) et la Banque Royale du Canada (6e rang). La Banque Scotia (18e) et la Banque de Montréal (22e) occupent le bas du classement.

Au sommet

C’est la banque singapourienne Oversea-Chinese Banking Corp. qui est la banque la plus solide du monde, selon Bloomberg. Deux autres banques de Singapour se retrouvent aussi dans le top 10. « L’économie de Singapour a été stable et a bien performé, et les banques singapouriennes ont de véritables activités économiques », affirme le PDG de Oversea-Chinese Banking, Samuel Tsien.

Seules les banques ayant au moins 100 milliards de dollars d’actifs sont considérées pour ce palmarès. Plusieurs critères sont analysés et comparés. Les banques qui ont annoncé une perte annuelle ou qui ont échoué un test de résistance de leur gouvernement ne sont pas considérées.

Classement des banques canadiennes

Rang Nom de l’institution
1 Banque CIBC
2 Banque Toronto-Dominion
3 Banque Nationale
4 Banque Royale du Canada
5 Banque Scotia
6 Banque de Montréal

Top 20 des banques les plus solides au monde

Rang Nom de l’institution Note globale
1 Oversea-Chinese Banking (Singapour) 14,2
2 BOC Hong Kong Holdings (Hong Kong) 14,9
3 Banque CIBC (Canada) 16,4
4 Banque Toronto-Dominion (Canada) 18,0
5 Banque Nationale (Canada) 19,8
6 Banque Royale du Canada (Canada) 20,8
7 United Overseas Bank (Singapour) 21,8
8 DBS Group Holdings (Singapour) 23,3
9 Hang Seng Bank (Hong Kong) 23,8
10 Svenska Handelsbanken (Suède) 24,7
11 Banco Satander (Brésil) 26,4
12 Standard Chartered (Royaume-Uni) 26,8
13 JPMorgan Chase (États-Unis) 27,0
13 China Construction Bank (Chine) 27,0
13 Banco Bradeso (Brésil) 27,0
16 Crédit Suisse (Suisse) 29,5
17 PNC Financial Service Group (États-Unis) 39,6
18 Banque Scotia (Canada) 29,9
19 Skandinaviska Enskilda Banken (Suède) 30,7
20 BB&T (États-Unis) 31,7

Les résultats complets du classement peuvent être consultés sur le site de Bloomberg

 Aucun pays ne domine le palmarès comme le fait le Canada. Selon Bloomberg, le fait que les six premières banques du Canada aient dépensé près de 37,8 milliards de dollars (dont 14,4 milliards de dollars cette année seulement) pour faire des acquisitions, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde, explique ces performances.

Les banques canadiennes invoquent quant à elle leurs solides niveaux de capitaux, leur prudence dans l’octroi de prêts ainsi qu’un cadre réglementaire strict pour expliquer le classement.

La décision du régulateur canadien, le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada (BSIF), de demander aux banques canadiennes, en janvier 1999, de réserver au moins 10 % de la totalité de leur capital en cas de pertes peut aussi expliquer cette performance. Le BSIF avait également exigé des banques canadiennes qu’elles détiennent 75 % de leur capital en actions. « Avoir au Canada des standards de prudence, quant au capital, était un avantage compétitif pendant la crise », dit Edmund Clark, PDG de la Banque TD.

L’avenir
Les banques canadiennes ne sont pas à l’abri des problèmes auxquels sont confrontées leurs homologues américaines ou européennes. Plusieurs ont connu des pertes importantes à la suite de la crise de 2007-2008, explique Bloomberg. « Les banques canadiennes pourront prospérer seulement si elles peuvent étendre leur champ d’action, lance Richard Waugh, PDG de la Banque Scotia. Parce que quand il n’y a pas de croissance, il y aura éventuellement des problèmes de capitaux et de solidité. »

4 mai 2012 | Anaïs Chabot/CA

6 réponses »

    • Pas necessairement dans le sens ou vous le dites…Dontigny ne fait qu’attirer l’attention et à juste titre dailleurs sur le fait que la FED a du fournir en 2008 au système bancaire Mondial dans son ensemble, banques canadiennes comprises, les liquidités necessaires à son maintient à flot…..On a eu donc pour les Banques canadiennes ce que l’on peut apparenter à une crise de liquidité qui n’a en effet rien à voir avec la crise de solvabilité qui touche Banques Européennes et US..

      J'aime

      • Heu, et bien non, ce n’est pas la FED mais bien la banque du Canada qui a fourni au système bancaire canadien
        SUR UNE TRÈS COURTE PÉRIODE D’AILLEURS, les fonds nécessaires pour passer au travers de cette crise de liquidité
        PROVOQUÉE PAR LES USA ET LA GABEGIE DES « DÉRIVÉS DÉRIVANT » QU’ILS ONT CRÉÉS, illustrant ainsi parfaitement
        la phrase que l’on prête à Richard Nixon qui aurait ainsi répondu à Charles de Gaulle, alors président de la République française
        qui demandait …. À ÊTRE PAYÉ EN OR :

        LE $ C’EST NOTRE MONNAIE ET C’EST VOTRE PROBLÈME.

        La Fed n’a RIEN À VOIR AVEC LE Canada ET C’EST UNE TRÈS (mais alors une TRÈS, TRÈS) BONNE CHOSE !
        La Banque du Canada est INDÉPENDANTE (1) et mène une politique TRÈS SAGE et CE N’EST HÉLAS PAS LE CAS DE LA FED.

        (1) Même si elle garde un oeil TRÈS attentif sur ce qui se passe à coté bien sur !

        J'aime

        • Et moi je maintiens mon cher monsieur comme indiqué et ne vous en déplaise qu’entre octobre 2008 et juillet 2010, les principales banques du Canada ont compté énormément sur les programmes d’aide financière fournie par la Banque du Canada, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et la Réserve fédérale des États-Unis – qui sont toutes intervenues en même temps.

          J'aime

          • Mais oui, bien d’accord, mais vous parliez de l’aide de la FED ?
            Alors, je n’avais pas bien compris ? C’est BIEN EFFECTIVEMENT la Banque du Canada
            qui comme toutes les autres banques centrales dans le contexte de crise des sub prime
            est intervenue pour fournir aux banques canadiennes les liquidités …. en $ CANADIENS
            nécessaires pour passer ce cap périlleux … du au voisin délirant !

            Elle a ce faisant (quant à moi !) parfaitement remplis son rôle de banque centrale,
            sans déborder ni partir en délire comme tant d’autres l’ont fait et … LE FONT ENCORE.

            Quand aux banques canadiennes, leur dernier classement lu sur un article du blogue
            est un hommage … indirect à la banque du Canada et à la sagesses des règlements
            qui les ont empêchés de se livrer à la débandade qui à conduit le monde entier
            à cette crise monstrueuse.Non, tout n’est pas parfait au Canada, mais enfin,
            contrairement à monsieur Dontigny, je reviens à :

            QUAND JE ME REGARDE, JE ME DÉSOLE, MAIS QUAND JE ME COMPARE, JE ME CONSOLE.

            Ce qui par les temps qui courent est un summum d’optimisme non ? lol

            J'aime

  1. $canadien et $singapour paraissent 2 bonnes devises alternatives au $US pour qui veut se diversifier. Ce que je ne mesure pas c’est la dépendance du canada à la Chine et sa consommation de matieres premières?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s