A Chaud!!!!!

A Chaud!!!!Du Mercredi 23 Mai 2012 : La Bourse est un piège. Nième avertissement par Bruno Bertez

A Chaud!!!!Du Mercredi 23 Mai 2012  : La Bourse est un piège. Nième avertissement par Bruno Bertez

Nous nous souvenons, en 2009 alors que les mesures monètaires non conventionnelles et les dépenses keynésiennes se dessinaient, nous nous souvenons avoir écrit : « Sur le long terme la seule position possible est l’achat d’actions. Nous ne croyons pas à une hausse réelle des assets à risque, mais nous croyons dur comme fer à une hausse de misère. »

Nous définissons la hausse de misère comme provoquée par la surabondance de monnaie et sa détérioration. La hausse de misère ne protège pas contre la dépréciation de la monnaie, mais elle est permet une relative protection. L’activité vivante des entreprises permet une meilleure défense que le contrat mort que constituent les titres de dettes.

   Attention la hausse ne sera pas linéaire, au contraire, elle sera faite d’alternances sanglantes dans lesquelles vous risquez au passage d’ètre ruinés. Le système joue contre vous, il veut votre argent, il veut que vous vous en désaisissiez au profit des Banques et des Gouvernements ; que vous vous en sépariez volontairement, comme dans les émissions en capital des Banques ou malgré vous,  en spéculant alors que tout est conçu pour que vous perdiez.

Seuls les prédateurs peuvent intervenir sur les marchés, si vous n’en faites pas partie abstenez vous. Plus que jamais il ne faut pas ètre propriétaire d’un portefeuille, il faut en ètre locataire.Les vrais intervenant utilisateurs finaux gagnent toujours sur la spéculation, la spéculation bonifie la fortune des vrais opérateurs.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Mardi 22, les marchés se sont fait pieger à la hausse . On a cyniquement, pour des agendas politiques irréalistes créé une ambiance à coups de déclarations et de fausses informations, sur l’eurobond, sur la croissance, sur la solitude de Merkel etc . La convergence était tellement grossière que la ficelle de la manipulation des marionnettes boursières était visible.

Mercredi 23, c’est l’escarpolette , on reperd et au dela tout ce qui a été gagné la veille. L’escarpolette est tres nette sur les financières ; en première ligne de la désinformation bien sur. Suivez mon regard du côté de l’assemblee ubuesque du Crédit Agricole, tout va très bien Madame la Marquise, peu importe que tout soit en catastrophe, que le titre vaille 3 euros, que les Caisses Régionales aient acheté à 15  euros, que le public soit collé au double…

L’indice Vix de la volatilité implicite sur les actions a bondi de 66 % depuis son point bas de cinq ans de 14,3 atteint fin mars. Sur les marchés des changes et des obligations, les indices de volatilité ont respectivement progressé de 25 % et 29 % par rapport à leurs points bas de cinq ans

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Comprenez l une fois pour toute :  Personne ne veut votre bien , ce que l’on veut c’est votre argent, vos économies, votre capital retraite, ils en ont besoin. Qui ils?  Les Banques, le Gouvernement et leurs comparses. La prédation boursière organisée est le complément des autres armes de la panoplie de la répression financière.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Mème Greenspan l’avoue! Greenspan, l’ex messie de l’argent facile, est un indicateur contrarian, il a trouvé il y a quelques jours quelqu’un pour l’interviewer et il a trouvé le moyen de déclarer que les actions n’étaient pas chères, que les primes de risque étaient au plus bas et donc qu’il fallait acheter. Donc si Greenspan dit qu’il faut acheter c’est qu’il faut vendre, il s’est trompé sur tout !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Alors que le Dow Jones s’est élevé début Mai à son plus haut niveau depuis fin 2007, l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, a jugé très bon marché les actions américaines, en regard des bénéfices notamment.

«Les actions sont très bon marché», a estimé Alan Greenspan, qui a piloté la politique monétaire des Etats-Unis de 1987 à 2006, lors d’un symposium organisé mardi à Washington par Bloomberg LINK.L’ancien patron de la banque centrale américaine a tout d’abord cité le classique ratio cours sur bénéfices, ou PER, qui lui apparaît très bas, alors que les seuls revenus qui semblent susceptibles de croître dans le contexte de désendettement actuel sont ceux des entreprises. Une autre mesure de la valorisation des actions, parfois appelée «Fed Model», est aussi jugée encourageante. Cette méthode consiste à comparer le rendement des obligations à 10 ans du Trésor américain au profits attendus des entreprises du S&P500 (rapportés au niveau de l’indice). 

D’après Bloomberg, le cumul des bénéfices tels qu’anticipés par les analystes représente 7,2% de la capitalisation de l’indice élargi américain alors que le rendement des T-bonds à 10 ans est de 1,29%. Selon le Fed Model, le prix du marché est équilibré quand ces deux rendements sont égaux: sur longue période, la différence observée n’est en effet que de 0,03 point en moyenne, contre 5,91 points actuellement. L’écart le plus important enregistré était de 6,99 points en mars 2009, c’est-à-dire juste avant le dernier bull market. 

Sur ces considérations optimistes quant à la direction que Wall Street pourrait continuer à suivre, Alan Greenspan a souligné l’effet de richesse auquel une hausse des marchés pouvait contribuer. Pour l’ancien président de la Réserve fédérale, la valeur des actions «joue un rôle énormément important, qui est largement sous-estimé». BLOOMBERG/LeFigaro

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les actions sont surevaluées, n’ecoutez pas ceux qui vous disent le contraire ; Elles sont surévaluées parce que les marges bénéficiaires actuelles des entreprises sont intenables, elles sont 50 à 70 % supérieures aux moyennes historiques, parce que le partage de la valeur ajoutée entre le capital et les salaires est à un record historique en faveur du capital, enfin parce que les taux d’intérets qui sont utilisés pour actualiser les cash flow des entreprises sont au plancher historique. Et nous ajoutons, parce que les chiffres d’affaires sont gonflés par les dépenses et les revenus keynésiens et que ceci ne saurait se poursuivre.

Click to View
Click for a larger image

Sitot que les taux d’intéret vont remonter, la valeur des actions va s’effondrer, c’est mathématique ; et c’est voulu, cyniquement voulu. On fait des bulles, on gonfle, ensuite on claque, ensuite on nettoie, c’est la régulation par l’accordéon des bulles.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« En effet, les politiques de taux bas ont également des implications importantes en termes de comportement des différents acteurs du marché. Les tentatives de ceux-ci pour obtenir dans le futur un niveau de rendement plus conforme aux données historiques (ancrage sur l’expérience passée) – malgré le contexte indiquant clairement que le niveau réaliste se situe plus bas – peuvent les pousser à concentrer leurs investissements sur des actifs toujours plus risqués. Ce phénomène se trouve renforcé par l’environnement de liquidité.

 L’environnement de taux bas actuel apparaît dès lors comme un terreau particulièrement favorable à la création de bulles.  L’abondance de liquidités est en effet, comme l’ont démontré l’économiste Hyman Minsky ou l’historien Charles Kindleberger, une des conditions nécessaires à la création des bulles. Nul doute que les politiques de taux bas de la part des banques centrales au cours des dernières années, tant aux états-Unis qu’en Europe, au Japon ou au Royaume-Uni, constituent à ce titre un risque. Ceci est particulièrement vrai dans un contexte où la croissance est rare et où les opportunités d’investissement susceptibles d’enthousiasmer les investisseurs se font moins nombreuses. L’environnement de taux bas actuel apparaît dès lors comme un terreau particulièrement favorable à la création de bulles.

Des rendements moyens espérés plus faibles, mais des éruptions temporaires de performance pour qui saura surfer les bulles : autant d’implications à prendre au sérieux à l’heure d’élaborer toute stratégie d’investissement. » NEXT FINANCES

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La seule hypothèse qui permet de justifier la valorisation des assets à risque est l’hypothèse de la dévalorisation de ce avec quoi on achète une action ,la monnaie. C’est la perte de valeur de la monnaie dont on se sert pour acheter les actions qui justifie , par anticipation les niveaux actuels. La disproportion entre la masse de monnaie disponible et à venir et le volume des actions disponibles crée une sorte de réserve de valorisation pour les actions. La mème chose pour l’or métal, mais en accentué car l’or  métal est plus rare.

Le problème est que avant que l’inflation potentielle contenue dans le prix des actions se révèle, vous pouvez avoir été ruiné 10  fois.

Le système a besoin de reprendre tous les exces et au delà et il est évident que c’est aux plus faibles qu’il entend le reprendre au profit des plus forts.

Comme le dit un commentateur americain, « trust and truth » ont disparu du système, inutile mème de chercher à prévoir, les autorités elles mèmes sont incapables de se représenter ce qui a pu se passer correctement le mois dernier. Ce commentateur est un ancien économiste de la FED  de Chicago!

Il nous revient une citation du bon vieux Keynes, mais la référence nous échappe : « Les plus fous ne sont pas ceux qui jouent, mais ceux qui croient avoir gagné »

BRUNO BERTEZ Le 23 MAI 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

18 réponses »

  1. De Charybe en Scylla ? Oui, bon, mais où donc Charybe ensila ? Ah ?
    Tâtez une caisse t’y on l’a dans l’baba ? Ben ma foi, on dirait bien hein ?

    J'aime

  2. Bonjour,

    Merci de démontrer ce que nous tentons tous individuellement de comprendre. Celà m’inspire une question naïve : Pourquoi toute cette prédation financière aux profits des banksters et des gouvernants ? Ils ont déjà le pouvoir que le peuple leurs donne via les urnes et l’argent. Je vois 2 réponses possibles : Théorie du complot (mais toujours la même question, Pourquoi?) ou un cas qui relève de la psychiatrie..

    J'aime

    • @tofinou

      Merci de votre intéret
      La question que vous posez est intéressante.
      Mon hypothèse est que la situation est beaucoup plus grave que ce que l’on voit, dite et révélée.
      L’enjeu est la possibilité de reproduire le système, donc l’enjeu pour ces gens est de conserver leur place, leur statut , c’est une lutte à mort. Ils ont tout à perdre donc c’est un combat désespéré à la fois contre la réalité de la crise et contre les couches sociales que l’on veut laminer pour préserver ses avantages, pouvoirs, etc.
      Je viens de lire une étude du Cato Iinstitute qui montre bien que ce que l’on voit des problèmes européens n’est que le sommet de l’iceberg et que ce qui est caché est des dizaines de fois plus important que ce que l’on voit ;
      Les problèmes que l’on présente aux peuples par milliards sont en réalité par trillions.

      J'aime

      • Jeudi 24 MAI : Un décor de carton pate pour cacher une situation dramatique

        Nous avons attiré l’attention sur la comédie qui se jouait en ce moment en Europe, en Grèce, en France etc.

        En particulier nous avons démystifié le virbrionnage mediatique national et international du gouvernement francais ; lequel ne fait rien et pour cause faute de majorité , et pourtant occupe totalement le terrain.

        Hier encore Hollande a été jusqu’a dire qu’il ferait tout pour que la Grèce reste dans l’euro! Comme si cela se decrétait. On devrait mettre la classe politique au pied du muret exiger qu’elle donne un contenu à ses paroles. Je suis pour un tribunal national ou européen du type TPI ou commission Pecora qui siègerait en continu.

        L’enjeu des gesticulations est multiple : manipulation des marchés, influence sur les votes grecs, les votes francais, l’opinion publique allemande etc. L’utilité réelle de tout cela face à la crise est faible, mais cela joue sur les opinions publiques, les médias, les électeurs.

        Nous sommes dans un combat dont le public est à la fois l’enjeu et l’otage.

        Hier la contre offensive allemande a consisté à dramatiser, à faire peur. En particulier la Bundesbank a noirci le tableau à un point tel que cela a été relevé par la presse americaine qui a bien vu qu’en fait, les allemands font le forcing pour pousser la Grece dehors.

        En sens inverse les pestiférés dans lesquels il faut inclure la France puisqueHollande a choisi son camp, les pestiférés veulent utiliser la situation grecque, la menace de sortie de l’euro pour obtenir de l’Allemagne plus de sacrifices, plus de transferts etc; En mème temps certains comme Monti essaient de pousser leurs agendas vers une Europe fédérale.

        En tant que solutions aux problèmes actuels tout cela est de la poudre aux yeux, mème si des progres réels étaient faits dans la direction demandée par les pestiférés, il faudrait longtemps, tràs longtemps pour les mettre en musique, les faire ratifier. On a vu ce que cela a donné avec le FESF, l’ESM, le pacte fiscal … Rien n’est en ordre, et on l’oublie, si ce n’est pas le chaos c’est grace :

        – Aux swaps, prets en dollar illimités des Americains
        – Au LTRO de Draghi/Goldman

        Le débat sur l’eurobond est du mème genre, il suppose sa contrepartie c’est-à-dire un accord fiscal, une intégration politque, ce qui est lourd, perilleux. En réalite on voit bien qu’outre un thème de propagande interne des pestiférés les eurobonds sont un moyen de dégager en touche en attendant d’obtenir des subsides allemands ou des largesses de la BCE.

        Le débat sur la croissance est du mème tonneau, du genre réaménagement des chaises sur le pont du Titanic. Car qu’est ce que la croissance dont on parle, c’est la possibilité pour les pestiférés de continuer de vivre au dessus de leurs moyens et de tenter mème de vivre au dessus des moyens de l’Allemagne, à crédit;

        D’où le lien avec les eurobonds qui permettent de s’endetter plus en mutualisant c’est à dire en engageant la solvabilité du seul etat réellement solvable, l’Allemagne. D’où la reponse Allemande publiée hier en six points, oui à la croissance mais sans créer plus de dettes et en redéployant les ressources existantes sur 4 ans.

        Basculer de l’austérité vers la croissance est une idiotie , on passe d’un coté du miroir à l’autre, du cote pile de la pièce au coté face sans aborder le vrai problème. il en va de même du thème de la croissance en Europe comme du thème du chomage, on croit que cela se décrète , alors que le seul moyen d’augmenter la croissance, c’est la dépense et la dépense quand les caisses sont vides, il faut trouver un mécène pour la financer.

        Les problèmes que l’on veut surtout éviter d’aborder et que les fausses droites refusent eux aussi de voir et d’exposer sont :

        -L’explosion définitive et irrémédiable des systèmes de proctection sociale européens, on ne peut plus les financer à crédit

        -La solution d’augmenter les cotisations et prélèvements est une imbécillité à courte vue puisque cela dissuade l’épargne, la prise de risque, l’investissement et donc augmente le chomage et le poids des inactifs, la croissance passe par l’épargne la prise de risque, l’investissement, on n’a rien trouvé d’autre depuis que le monde est monde.

        -La demographie qui d7s maintenant met dans l’impasse l’état providence , c’est mathématique

        -L’immigration non controlée qui augmente le poids des inactifs, explosent les revenus de transfert, les équipements et services collectifs

        -La dette colossale, enfouie dans les passifs des états européens et singulièrement la France, les promesses de long terme non financées représentent 5 fois, 500% du GDP francais, calcul du Cato Institute américain qui confirme les calculs faits par un organisme independant à la demande de la BCE.

        -Le refus de changement, l’archaisme, la culture du peuple, des gauches, des droites qui entiennent l’illusion du paradis, sur terre, de l’Eden ou la rareté n’existe pas, l’adaptation n’est pas obligatoire, l’affaiblissemnt des incentives.

        _Le refus de l’innovation, de la prise de risque, le refus de la vérité des prix , des signaux economiques efficaces,

        Qui ose dire que compte tenu des ses dettes cachées, la France devrait travailler plus et , tenez vous bien , mettre de cote chaque année 10% de son GDP éparger un dixième de sa production de richesses pour faire face à ses dettes enfouies, dissimulées.

        Qui ose dire que c’est pour cette raison que les Allemands refusent la solidarité fiscale, le burden sharing, ils connaissent les chiffres et ils savent que s’ils y mettent le doigt, c’est tout le bras qui va ètre englouti , puis le corps.

        Les Allemands savent que le courage est absent,que le mensonge règne en maitre et que si ce n’est pas maintenant au plus fort de la crise que la vérité est dite, que les problèmes sont affrontés et les réformes faites, les besoins vont ètre au delà de leur possibilité; l’Allemagne peut faire face à des besoins en milliards , elle n’a ni la taille ni les ressources pour faire face à des besoins en trillions.

        Deja elle est, sur la base d’une prise en compte de ses propres problèmes démographiques, sur le bord de perdre son triple A. Ne parlons de sa dette cachée que constitue sa quote part dans Target 2.

        Les souverains euopéens, leurs banques ont besoin de rouler, consolider des stocks de dettes qui se chiffrent par trillions et besoin, rien que par la vitesse aquise par celle-ci de contracter de nouvelles dettes par centaines de milliards. Qui est assez naif, d’assez mauvaise foi pour croire que ceci peut ètre résolu d’un coup de baguette magique par l’invocation allemande ?

        J'aime

        • je ne crois pas qu’il y ait refus du changement.au contraire une majorité y est prete,mais elle sait depuis des années que l’on demande toujours aux memes pour arroser toujours les memes

          J'aime

        • @faram

          Je suis en déplacement , je n’ai donc pas acces à toute ma documentation: si vous allez sur cato.org vous trouverez certainement cette étude ou un resumé ainsi que beaucoup d’autres susceptibles de vous interesser.

          J'aime

  3. Vendredi 25 Mai : le contrepied électoral.

    Au lendemain de l’élection de Francois Hollande beaucoup de professionnels des marchés s’attendaient à une chute sévère. Ils y avaient été encouragés par les propos du président sortant qui n’avait pas hesité à prédire une forte baisse des emprunts francais. Comme quoi la capacité de prévision des responsables politiques est finalement tres limitée.

    Le phare qu’est l’OAT francaise s’est au contraire fortement appreciée, c’est un véritable contrepied. Sur Eurex on était sous les 125 avant l’élection,l’on s’est approché des 131 ce jour.

    Il faut noter que Hollande n’était pas plus doué ainsi que ses conseillers puisqu’ils s’étaient scandalisés du lancement du contrat par Eurex suggérant que c’était une manoeuvre du mur de l’argent.

    Sarkozy , pas plus que Hollande n’ont compris que l’argent ne faisait pas de politique , les opportunités existent quel que soit le camp. Et ceux qui ont fait de la politique ou se sont laissés influencées par leur conviction en sont pour leurs frais, ils ont perdu pas mal d’argent.

    La Hausse de l’OAT a permis une forte réduction du spread sur les Bunds allemands, ce qui a fait bien dans le tableau, puis une belle remontée des banques et assurances, donc finalement le marché a fait sinon bonne, du moins , moins mauvaise figure.

    Quelques remarques sur ce sujet.

    Les contrepieds sont fréquents dans les situations dominées par la politique. Pourquoi parce que les choses ne se passent jamais comme prévues.

    On attendait une Merkel très anti Hollande et elle a été au contraire très accomodante, voire diplomate: Elle a fait un bout de chemin sur le package de croissance en proposant un plan en six points. Bien entendu ce n’est pas le plan des socialistes français, mais elle a fait un geste.
    Et c’etait prévisisble, Merkel a une opposistion , elle est obligée d’en tenir compte et cela les operateurs auraient du en tenir compte eux aussi. Merkel louvoie en essayant de ne pas lacher sur l’essentiel c’est-à-dire deux choses

    1 L’accroissement des endettemements.
    2 L’accroissement des risques et contributions allemands

    Merkel comme certains financiers internationaux se dit, laissons passer l’orage, laissons Hollande jeter sa gourme, il est inutile de se mettre en face, on verra plus tard. La non-nomination d’Aubry a plutot fait bon effet et l’on pense que plus tard Hollande deviendra plus réaliste.

    Ce choix tactique de Merkel a été plutot positif au plan domestique. Le débat sur la croissance voulu par le SPD et les Verts, s’est deplacé et on parle beaucoup du poids de la Dette qui pèse sur le contribuable allemand.

    Ainsi ,

    Die Welt vient d’ecrire,  »le president Francois Hollande continue de pousser vers les eurobonds, ce qui montre qu’il n’a pas abandonné son rève de se prélasser dans un hamac fabriqué avec l’argent des contribuables allemands. »

    Par ailleurs on vient de noter au parlement la constitution d’un front hostile à la politique de bail out de Merkel.Un tel front s’il s’élargit peut faire contrepoids aux pressions qui s’exercent sur la Chancelière pour qu’elle soit plus conciliante à l’egard des demandes de Hollande.

    Sur l’eurobond, le débat se poursuit, après le SPD qui a fortement réduit son soutien , c’est au tour des Verts d’en faire autant. Ils sont revenus sur leur soutien à Hollande et ont fait des propositions beaucoup plus restrictives et très partielles.

    Un constitutionnaliste allemand qui etait intervenu sur l’ESM considere que les obstacles sont multiples et tellement nombreux qu’il faudrait au moins dix ans pour les franchir ! D’ici là ……

    Monti de son côté est sur petit nuage, il vient de declarer qu’il y avait une majorité pour les eurobonds et qu’il pensait bien que Merkel fléchirait….

    Il est évident que selon l’endroit ou l’on se trouve, selon ses propres convictions, on peut croire ou ne pas croire aux eurobonds, à la croissance et c’est là dessus que les autorités européennes jouent , l’indécision les sert , elles qui n’ont qu’un seul véritable objectif commun, gagner du temps.

    J'aime

  4. Samedi 26 Mai : L’extrème gauche marque des points

    Nous le disons tout de suite, nous pouvons nous tromper, ce que nous avançons l’est à titre d’hypothèse de travail.

    Syriza le parti d’extrème gauche grec allié de Mélenchon est en tète des partis politiques avec 30% d’intentions de vote . Tsipras le leader de Syriza ne cache pas qu’il pense détenir la bombe atomique et envisage de mettre à genoux les irreponsables européens. Car il faut bien dire qu’il faut ètre nul ou irresponsable pour se mettre à la merci d’un parti qui choisit la voie du terrorisme.

    Tsipras qui a revivifié son alliance avec Mélenchon à l’occasion du meeting commun du 21 Mai si nous ne trompons pas sur la date, Tsipras refuse de se soumettre aux diktats européens, mais en mème temps il prétend que légalement, en vertu des traités l’Europe ne peut le virer de la zone euro. Nous pensons qu’il a raison, mais c’est affaire de spécialiste.
    Pourquoi developpe t il cette thèse ?
    Pour deux raisons d’abord parce que 70% des grecs veulent rester dans l’euro, ensuite parce qu’ il veut continuer à vivre aux crochets de la solidarité européenne.

    En fait, on retrouve le schema de pensée de l’extrème gauche , schéma auquel les naifs européens n’ont pas pensé ,quand le capital ferme une usine, on l’occupe.on est dans l’euro, on y reste, on est dans l’usine, c’est à nous.

    Si nous nous ne trompons pas , les socio demos sont en grande difficulté.

    Nous comprenons mieux pourquoi Merkel veut un referendum binaire en Grèce : ou vous acceptez l’austérité et vous restez dans l’euro , ou bien vous votez pour quitter la zone euro.

    Pas folle la guêpe, mais un peu naive, pas encore aguerrie avec la pensée communiste.

    Nous comprenoms aussi pourquoi jeudi, Ayrault a tendu la main à Melenchon et ses amis et proposé de leur faire une place au gouvernement. Comme si les amis de Melenchon ayant trouvé la bombe atomique allaient s’en séparer pour un plat de lentilles avariées! Encore que l’on ne sait jamais avec les faiblesses humaines.

    Si les gouvernments européens cèdent au chantage c’est parce que vraiment ils n’ont aucun courage pour parler politiquement correct, car si Tsipras a raison au niveau des traités, on nous dit qu’il a tort au niveau de la BCE, rien n’oblige la BCE à accorder ses faveurs aux banques grecques par l’ELA, Target2 etc. Ce que fait la BCE est discrétionnaire, elle peut couper les vivres.

    Le fera-t t elle ? ou comme les govies se couchera-t t elle ?

    J'aime

  5. Bonjour,

    « Il faut être locataire et non pas propriétaire de son portefeuille d’actions »
    Pardonnez ma naïveté et mon ignorance mais comment peut-on louer des actions ?
    Merci d’avance.

    J'aime

  6. @Furinkazan

    Cela veut dire acheter les actions sans intention de les garder, c’est dire en prédateur juste pour faire un petit bout de chemin.
    En fait il ne faut pas avoir pour les actions un attachement de propriétaire, est ce plus clair? C’est une expression de vieux boursier dont l’equivalent est . un portefeuille est un état transitoire entre deux états de liquidité.

    J'aime

  7. Dimanche 27 Mai: Les marchés too big to fail

    On connait le too big to fail appliqué aux banques. Les médias et mème les politiques en parlent souvent, comme l’on parle du mauvais temps, on le déplore mais on ne fait rien pour le changer.

    Ce qui est plus discret et moins bien compris c’est que les marchés aussi sont too big to fail. La dérégulation, financiarisation a transféré aux marchés et au shadow banking system la plupart des fonctions bancaires.Histoire de mutliplier les effets de levier en particulier sur le dos du public et de ses institutions de prévoyance et retraites. À partir du moment où les marchés remplissent les fonctions bancaires, il est obligatoire de les surveiller, de les controler, de les manipuler. En temps normal, manipuler les marchés par le biais des taux d’intéret, par les injections de liquidités et par le pilotage verbal, en temps normal, cela suffit. Mais il y a des moments où d’une part les armes de la panoplie habituelle font défaut, et d’autre part il y a urgence.

    Nous avons la conviction que c’est ce qui s’est passé la semaine derniere, Mercredi. Précisément. Ce jour-là tout etait horrible, les émergents, les emprunts des souverains périphériques européens, les CDS, le S&P américain enfoncait les 1300! Comme par hasard, alors que l’on était autour des 1295 les acheteurs sont apparus en masse sur les futures, alors que de nombreuses rumeurs se répandaient. Finalement on a pu rejoindre, à coup de pieds dans les f….s, le niveau des 1320. L’hémorragie du risk-on a été stoppée sur tous les véhicules du complexe. Et aussi sur l’euro bien entendu.

    La rumeur la plus insistante etait que Merkel avait fait une déclaration-verbale- selon laquelle elle garantissait les dépots bancaires de toute la zone euro. Bien entendu cette rumeur est imbécile, une telle garantie serait suicidaire, et en plus inconstitutionnelle selon les textes allemands.
    Pour ne pas en rester là, cela ne coute rien, pourquoi ne pas faire bonne mesure avec une autre rumeur, de vrais achateurs, solides seraient, dit-on de bonne source en train d’accumuler des OAT francaises.

    Pour ne pas etre en reste JPM, la fameuse Morgan, diffusait une note selon laquelle , selon toute probabilité, la BCE ferait un LTRO de 1 an et l’annoncerait en Juillet, ceci étant suivi d’une baisse de 25 pbs des taux en septembre.

    Compte tenu de la facon de travailler, compte tenu de l’origine des achats, compte tenu du niveau technique fragile , nous faisons le pari que rien n’a été spontané, tout a été fait à la main.

    Les professionnels n’aiment pas en parler, ils ont tendance à démentir, car c’est leur beefsteack qui est en jeu, mais pour notre part et compte tenu de notre expérience nous sommes sur que mercredi,  » Ils  » ont évité ce que l’on appelle le trou.

    Comme les banques, les marchés sont too big to fail.

    La situation globale est bien plus mauvaise qu’on ne le dit et qu’on ne le croit. On a les yeux braqués sur l’Europe et l’on oublie le reste.

    Le reste, ce sont les émergents. C’est la debandade. Souvenez-vous, ils devaient etre decorrélés, desynchronisés, ils devaient passer à travers de la crise. Helas comme nous l’avons toujours dit c’était faux.
    La drogue monètaire, la drogue du credit les a touchés eux aussi et quand le deleveraging, la réduction des bilans du secteur bancaire commence, elle frappe tout. Nous disons bien tout.

    Personne ne vous dit que la semaine derniere les monnaies émergentes ont pris une belle claque, personne ne remarque que sur un mois les déchets sont sanglants: chute de plus de 5% sur la roupie indienne, de 5% sur le won coréen, de 3% sur le ringitt malais, de 6% sur la monnaie de Taiwan, de 7% sur la monnaie d’Indonesie, de 6% sur celle des Philippines, etc
    Chute des bourses, envolée des CDS sur la Corée, la Chine, L’indonesie etc.

    Nous avons signalé dans un article recent la fuite des capitaux qui se généralisait et qui provoquait la hausse du dollar US, cela se confirme. Le monde global se disloque. Le dollar index est à 82,4 soit une hausse de près de 3% en huit jours.

    Notre interpretation est la suivante, le deleveraging défait ce qui a été fait pendant toute la periode de financiarisation. On rachète les dollars US que l’on a vendu pour acheter des assets à risk, les assets du risk-on , la liquidité globale donc se resserre, le risk-off provoque des rentrées aux Etats Unis ce qui explique leur meilleure situation relative.

    Nous avons toujours soutenu que le monde était hierarchisé avec un centre, un pole imperial qui arrosait le monde global et que cela durerait le temps que cela durerait c’est dire jusqu’à ce que cela prenne fin. Et depuis un mois, cela sent le debut du commencement de la fin.

    Le monde n’est pas multipolaires, les émergents ne sont pas desynchronisés , le gonflement de leurs réserves a été produit par la surabondance de dollars US, les déséquilibres des économies réelles sont colossaux, en Chine, en Inde, au Bresil, en Russie et tout ceci se révèle en mème temps.

    Le monde global est sur la crète et on comprend que les apprentis sorciers soient intervenus pour eviter le trou, l’enchainement fatal mercredi dernier.

    Les nouvelles n’ont pas été terribles. Au plan economique, les indices PMI et flash PMI ont été médiocres partout, USA, chine, Europe. L’emploi americain continue sa déceleration. Les ventes au detail en Grande Bretagne chutent, la confiance en Italie plonge, les fuites de capitaux s’amplifient en Russie.

    En Grèce l’ultra gauche approche les 30% d’intention de vote.

    La Bundesbank pousse les Grecs à sortir de la zone euro, mais les Banques la retiennent en faisant peur et en agitant des chiffres de risques colossaux. L’inénarrable Diallara de l’IIF cherche a épouvanté le public et dit que le risque est superieur à 1 trillon. La Société Générale française joue la meme partition.

    Les Allemands lancent une contreoffensive de communication dont le plus bel exemple est l’entretien du patron de la Buba , Weidmann dans le journal français le Monde. Il est sévère avec Hollande: vous ne pouvez donner votre carte de crédit à quelqu’un sans avoir les moyens de controler ses deéenses et pan sur le bec des partisans de l’eurobond.

    Le premier minstre néerlandais a répété fermement son opposition aux eurobonds.Et il ajoute qu’il continuera.

    Hollande s’indigne selon lui il n’est pas acceptable que certains pays doivent emprunter à 6% et que d’autres empruntent a 0% dans la mème Union Monètaire. et oui le monde est injuste , tout le monde devrait pouvoir emprunter à zéro pour cent surtout ceux qui ne peuvent pas rembourser n’est ce pas !

    Merkel pour une fois n’a pas sa langue dans sa poche et lui répond : le fait que nous ayons eu le mème taux ces dernières années a été la cause des developpements aberrants dont nous payons le prix maintenant. Merkel est soutenue par son opinion, selon de dernier sondage ZDF , 73% des allemands rejettent l’eurobond. L’eurobond, c’est comme l’impot sur le capital. l’ISF vous demandez a ceux qui ne le paient pas et qui en bénéficient, ils vous disent qu’ils sont pour, vous demandez à ceux qui le paient, ils vous disent qu’ils sont contre!

    Inutile de préciser que le dernier sommet européen a donné un résultat nul , dont on s’est bien gardé de faire la publicité. Nous ne résistons pas au plasir d’un petit sourire envoyé par un de nos correspondants: quand on regarde ce qui se passe dans la zone euro , on a l’impression d’une bande mécaniciens de bicyclettes qui essaient de réparer un A380.

    J'aime

  8. L’avidité fait prendre l’économie pour un vaste casino, si on réfléchi bien, la plupart des erreurs bancaires (Nick Leeson, Kerviel, Lehman, « la baleine de la Tamise »….pour la partie visible), résulte d’une technique pour gagner au casino; doubler sa mise jusqu’au gain, en bref, tenir sa position coute que coute, tous ces fiascos ont même faillis réussir, l’échec vient qu’on n’a pas voulu accepter son erreur et se couper un bras, dans ce cas tout le corps peut y passer, qu’il soit petit ou gros.

    Actuellement, la France est très mal placée pour donner des leçons, surtout si la rigueur italienne donne des résultats dont celui de doubler la France dans l’échelle des pays en difficultés.

    Comme le disent les allemands, tout sera clair dans deux ans, les grecs vont dire s’ils veulent rester dans la zone Euro, c’est plus un problème, s’ils s’en vont, ils font une croix sur leurs dettes (déjà provisionnées à 75% dans le secteur privé), s’il reste, les allemands accepteront un plan de relance européen, la part revenant à la Grèce servant à rembourser leur dette (ils ne veront aucune couleur de l’argent, mais ils sont prévenus « s’ils veulent rester, ils doivent respecter leurs engagement), en fait, c’est l’Allemagne qui va dicter la règle, c’est normal, on accepte de sauver l’Espagne, on attends de la France plus de rigueur et on neutralise la Grèce (c’est simple, elle paiera avec des retenues sur avoir).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s