Cycle Economique et Financier

Espagne: près d’un crédit immobilier sur 10 considéré comme douteux

Espagne: près d’un crédit immobilier sur 10 considéré comme douteux

Le taux de créances douteuses des banques espagnoles a battu en juillet un nouveau record historique en cinquante ans, avec désormais près d’un crédit immobilier sur dix considéré comme risqué, a annoncé mardi la Banque d’Espagne.

  

Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont atteint 9,86% du total des crédits en juillet, avec 169,330 milliards d’euros. C’est le taux le plus élevé depuis le début de la série statistique en 1962. Ce chiffre confirme la détérioration du secteur financier espagnol.Les créances douteuses avait atteint 9,67% en juin (donnée révisée) et 8,96% en mai. 

PLUS DIMMO ESPAGNOL :

L’immobilier espagnol accélère  sa correction Les prix des logements enregistrent leur plus forte baisse depuis 1977. La tendance devrait s’accélérer avec la création de la «bad bank»

Selon l’Institut national des statistiques (INE), les logements en Espagne ont perdu 14,4% de leur valeur au deuxième trimestre 2012 par rapport à l’année dernière. Si l’on compare cette donnée avec celle de 2008, lorsque le prix du mètre carré était à son niveau le plus élevé, la chute est encore plus importante. Un rapport du ministère du Logement publié en début d’année révèle que depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, les prix des logements ont reculé de 19%. Selon l’INE, c’est au second trimestre 2008 que les valeurs immobilières ont commencé à baisser de 0,3%.

En août 2012, le portail de l’immobilier Idealista chiffrait à 360 milliards la perte de la valeur du parc immobilier espagnol entre 2008 et 2010, estimé à plus de 5.300 milliards d’euros en 2008, sur la base d’une étude réalisée par BBVA et l’Institut de recherches économiques de Valence (IVIE).

La création de la «bad bank», chargée d’aider les banques, devenues les agences immobilières du pays, à se débarrasser de leurs actifs toxiques, pourrait encore accélérer cette tendance à la baisse. Fernando Encinar, directeur d’études d’Idealista estime que cet ajustement est loin d’être achevé. Il souligne que «le stock de logements s’est à peine réduit et les acheteurs ont de meilleures opportunités car les vendeurs commencent à négocier d’importantes remises.»

Trois ans après l’éclatement de la bulle, le stock de logements vides dans la péninsule reste énorme et sera, selon Josep Oliver, professeur d’économie à l’Université de Barcelone, «difficile à liquider dans les prochaines années». Dans une étude réalisée pour Caixa Catalunya, il parle de 818.000 logements non vendus, soit 3,2% de l’ensemble du parc immobilier.

Source AFP/Agefi sep12

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s