A Chaud!!!!!

On a lu, vu et entendu du Jeudi 7 Février 2013: Le Beef, l’argent du Beef et le Canon à euros!!!

On a lu, vu et entendu du Jeudi 7 Février 2013: Le Beef, l’argent du Beef et le Canon à euros!!!

Nous nous dirigeons irrémédiablement vers une guerre mondiale des monnaies déclenchée par une économie globale en surcapacité, une demande insuffisante et une politique monétaire de plus en plus radicale.

EN LIEN: Les Clefs pour Comprendre du Mardi 22 Janvier 2013 : Mali qui soit qui y pense ? Comme en 1931 le japon déclare ouverte la guerre du terrorisme monètaire Par Bruno Bertez (actualisé au 23 Janvier 2013)

Depuis sa capitulation sans condition en 1945, le Japon vit sous un régime constitutionnel imposé par les Etats-Unis, qui stipule – article 9 – que «le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ainsi qu’à la menace ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux».

Shinzo Abe  vient pourtant d’annoncer, pour la première fois depuis onze ans, une augmentation du budget militaire (+ 0,8% à 52 milliards de dollars), et la création de forces spéciales pour la protection des îles Senkaku disputées par la Chine. Pour asseoir ce réarmement, il compte redynamiser l’économie de façon interventionniste, en dictant à la Banque du Japon d’actionner la planche à billets pour affaiblir le yen.

Selon lui, la « reconstruction + relance économique + réforme de l’éducation + redressement de la diplomatie + retour de la sécurité = nouveau Japon.

Mais comme le souligne Michel Juvet le stratège de chez Bordier:  «  Nul doute que la baisse du yen y crée un choc compétitif favorable à ses exportateurs. Mais sans libéralisation de son économie, sans augmentation des flux migratoires, sans augmentation de sa productivité, sans mesures drastiques de restrictions budgétaires, cette nouvelle politique ne constituera alors qu’une merveilleuse étincelle à court terme… avant l’explosion de sa dette publique! »

Plus radicale et très en phase avec nos propres positions est l’ana lyse de John J. Hardy le Stratège et consultant en devises auprès de Saxo Bank:

« Après une période remarquablement calme du côté des taux de change, un nouveau dynamisme est né avec l’arrivée au Japon d’un gouvernement appliquant une politique agressive d’affaiblissement du yen. Et c’est là que le bât blesse: dans un monde où les monnaies fiduciaires reposent sur le néant et où la demande est faible, c’est la plus faible qui gagne. A juste titre, beaucoup se réfèrent aux années 30, où l’on a observé une situation historiquement comparable. Les similarités sont en effet très nettes et il y a de nombreuses leçons à en tirer. Parmi les plus effrayantes, citons-le fait que les pays qui ont le mieux réussi à affaiblir leurs monnaies ont obtenu les meilleurs résultats, généralement au détriment de la faiblesse du voisin. Par ailleurs, la politique monétaire a été majoritairement mal appréhendée, sauf par des génies tels que le ministre des Finances du Japon dans les années 30, M. Takahashi. Grâce à lui, le Japon a évité la Grande Dépression par une politique agressive qui a permis de maintenir la faiblesse du yen, en abandonnant notamment l’étalon or. A présent, la leçon est retenue. Et c’est le début de la guerre mondiale des monnaies. L’attitude de la Suisse visant à protéger sa monnaie de toute appréciation peut être considérée comme défensive. Mais celle du Japonais Shinzo Abe est une agression manifeste. Une réaction s’ensuivra: de l’Europe, de la Chine et d’autres puissances asiatiques car la guerre mondiale des monnaies est maintenant déclarée.Observez bien le G20 la semaine prochaine et l’on verra comment nos dirigeants vont s’y prendre pour reconnaître publiquement que les lignes de bataille ont été tracées. »

La Banque d’Angleterre quant à elle n’a pas attendu pour aiguiser les armes de la contreoffenssive monétaire  qui promet d’ètre sanglante.

Ainsi lors  de la dernière réunion de son Comité de Politique Monétaire (MPC). Mervyn King, son  gouverneur  a prononcé un discours suggérant que la banque centrale britannique serait favorable à un affaiblissement de la livre sterling en termes pondérés des échanges commerciaux (TWI). On évoque donc bien là à mots non couvert de plus en plus « une course vers le bas » des devises, mais la livre sterling peut-elle prétendre à « gagner » cette course.

La croissance est toujours anémique au Royaume-Uni comme l’atteste la publication du PIBréel au quatrième trimestre (ressorti à -0,3 % sur le trimestre et étale sur unan). Malgré cela, d’après l’OCDE, le Royaume-Uni va probablement adopter une politique budgétaire restrictive en 2013, plus rigoureuse que dans n’importe quel autre pays du G10 à l’exception de l’Australie. Parallèlement, un nouvel assouplissement monétaire susceptible decompenser l’impact de cette rigueur ne semble guère envisageable, l’inflation persistant et les membres du MPC étant de plus en plus dubitatifs quant aux bénéfices d’un nouveau QE. LeRoyaume-Uni n’a guère réduit le niveau total de sa dette par rapport au PIB, son marché immobilier fait toujours l’objet d’un surendettement massif, la balance commerciale et les flux nets de capitaux continuent de se détériorer et sa notation AAA risque d’être remise en cause.

Conséquences et inconséquences de tout cela : Il est donc tout à fait possible que la livre sterling ait tendance quant à elle  à s’affaiblir »naturellement »…Une  dynamique qui plaide en faveur de liens politiques plus étroits entre l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les exportations britanniques vers l’Allemagne augmentent à un rythme annuel de 20%, sous l’impulsion des équipements médicaux, des médicaments, des composants automobiles et des produits pétroliers, selon The Telegraph. Le Royaume-Uni est devenu la première destination des investissements allemands à un moment où les intérêts allemands se concentrent de moins en moins sur la zone euro. Depuis l’introduction de la monnaie unique, les échanges allemands avec la zone euro sont tombés de 46 à 37% du total. Après les trois premiers trimestres de 2012, le commerce anglo-allemand s’est élevé à 153 milliards d’euros et les échanges franco-allemands à 150 milliards, selon les statistiques de la Bundesbank. (Pour info les Etats-Unis quant à elle se rapprochent de la France, avec 149 milliards, et la Chine elle-même n’est plus très loin, avec 115 milliards d’euros.)

L’Euro protège des fléaux et des guerres?  Gare aux faux monnayeurs car la Commission européenne veille!!!

Certaines banques de l’Union européenne (UE) ont décidé de rembourser une partie des fonds empruntés via le mécanisme d’opération de refinancement à long terme (LTRO) sur trois ans.  Ces remboursements ont fait office de «resserrement quantitatif» – ou de réduction du bilan de la BCE – dans un monde où d’autres banques centrales font tout ce qu’elles peuvent pour accroître leurs bilans afin de soutenir…. leurs banques.

Au mème moment l’on apprend que l’UE renforce la lutte contre les faux euros et que 280 000 faux billets ont été retirés au deuxième semestre 2012. Un minimum de 6 mois de prison et un maximum pouvant aller jusqu’à 8 ans. C’est la peine de prison que propose la Commission européenne pour les cas de fabrication et de distribution de monnaie de contrefaçon. Ces mesures dissuasives sont appelées à renforcer la protection de l’euro contre les activités criminelles dans l’ensemble de l’Union. «L’euro est l’un de nos précieux atouts, et si nous ne luttons pas collectivement pour le protéger, personne d’autre ne le fera», a déclaré mardi Algirdas Semeta, commissaire chargé de la Fiscalité, de l’audit et de la lutte anti-fraude. 

«Le faux monnayage par le crime organisé sape la confiance des citoyens dans la monnaie et a des lourdes conséquences tant pour les gouvernements que pour les entreprises, a déclaré Viviane Reding, commissaire chargée de la Justice. Il est temps de mettre un terme aux lacunes réglementaires afin d’enrayer ce fléau.» La Commission compte mettre à la disposition des Etats des outils d’investigation efficaces afin que les responsables des délits ne restent pas impunis. La nouvelle disposition européenne vient renforcer la Convention pour la répression du faux monnayage (1929) de Genève. 

Et cela ne s’invente pas : Une nouvelle série de billets de banque à l’effigie de la déesse grecque Europa sera mise en circulation dès mai 2013.

EN BANDE SON 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s