A Chaud!!!!!

Douce France – Politique Friction : la primaire à Droite, prisonnière du monde ancien Par Ivan Rioufol

Douce France : la primaire , prisonnière du monde ancien

cxlkzkhw8aqbqcy

Par Ivan Rioufol le 17 novembre 2016   

L’élection de Donald Trump est un requiem  pour le monde ancien. Celui qui va lui succéder réclame déjà des limites. Limites à la mondialisation qui abîme les peuples, au libre-échange qui paupérise les faibles, à l’immigration qui déséquilibre les nations, à l’islam politique qui veut asservir la planète. L’ombre de la guerre est partout présente. La révolution conservatrice qui déboule désacralisera aussi, au nom de la protection de la planète, le culte voué à la croissance économique et démographique. Mais les vieilles idéologies sont des obstacles à ces défis : pas plus le progressisme que le pacifisme, le relativisme ou le bienpensisme ne peuvent répondre aux désastres créés par leurs erreurs. Les idées neuves courent après l’histoire que les peuples excédés ont choisi d’improviser. Dans ce contexte, la primaire de la droite a gentiment ronronné. Saura-t-elle répondre à l’ère nouvelle ?

Quand Alain Juppé évoque la « vendeuse de Prisunic » (chaîne disparue en 2002) ou assure, lundi soir au Zénith devant une salle peine : « J’ai la super-pêche ! », il laisse voir un « vieux style » qui dépasse la seule anecdote. Sa défense des élites n’est certes pas sans panache, à l’heure où elles viennent d’être balayées par l’ouragan trumpiste. Mais si la tornade atteignait la France dès ce dimanche – jour du premier tour de la primaire LR – elle rendrait vulnérable le représentant d’une classe politico-médiatique qui vient d’être pulvérisée outre-Atlantique. Juppé, favori des médias comme l’était Hillary Clinton, personnifie le conformisme, le moralisme facile, la suffisance. Or ce politiquement correct, qui étouffe la France depuis des décennies, est insupportable à beaucoup de citoyens. Seul le socialisme en faillite s’y reconnaît encore et pourrait venir en aide au candidat de l’identité heureuse, cette farce.

En démocratie, il n’est jamais bon de se moquer trop longtemps du peuple, en l’accusant d’incarner le populisme ou en accablant ceux qui parlent en son nom.

cxkcdftxuaatr1i

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/11/bloc-notes-la-primaire-prisonn.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s