Art de la guerre monétaire et économique

Etats-Unis – Ryancare : Fausse Défaite de Trump et vraie victoire de Bannon !

Ryancare : Fausse Défaite de Trump et vraie victoire de Bannon

Défaite de Trump ?

Il y a d’abord l’épisode de la nouvelle loi de sécurité sociale destinée à remplacer le catastrophique Obamacare, ce qui fut une des principales promesses de campagne de Trump. La loi élaborée en remplacement, ironiquement baptisée par certains Obamacare-2.0, et qu’on retiendra finalement sous le surnom de Ryancare, du nom du Speaker de la Chambre (Paul Ryan) qui mena la bataille (perdue) pour la faire voter, – ce surnom montrant l’intention de certains de faire porter toute la responsabilité de la défaite par Ryan et nullement par Trump. Pourtant, Trump a complètement approuvé l’effort de Ryan, par ailleurs créature complète de l’establishment qui s’opposa à Trump plus qu’à son tour lors de USA-2016.

Dans ce cas, Trump a joué double jeu, extrêmement visible, un peu brouillon et pêchant par une trop grande assurance. Il a soutenu Ryancare et il a ainsi essuyé une défaite sévère, Ryan ayant été obligé de repousser le vote de la Chambre à deux reprises parce que la majorité républicaine n’est pas prête à la suivre et stagnant aujourd’hui dans cette impasse. Le Freedom Caucus, qui rassemble dans le parti républicain les populistes proches de Tea Party, ne veulent rien entendre parce que cette loi massacre une fois de plus ce qu’il reste de la classe moyenne. Si l’on ajoute leur opposition à celle des démocrates, opposés à Ryancare parce que viscéralement anti-Trump sur quelque matière que ce soit, la loi ne passe pas.

Ce qui est intéressant dans cet épisode, aussitôt labellisé “une défaite de Trump” par tous les porte-voix européens de la presseSystème, c’est que le Trump dont il est question trahit le Trump de la campagne USA-2016, justement celui que hait l’establishment (et la susdite presseSystème européenne). Trump soutient Ryancare parce que la loi fait, encore plus qu’Obamacare, la part si belle aux industries pharmaceutiques, aux assurances et à quelques donateurs importants des républicains, notamment les frères Koch. Dans ce cas, Trump est main dans la main avec le Système.

… Victoire pour Bannon

… Ce qui fait que certains voient dans la défaite de Ryan et de Trump, une victoire de Bannon qui a une solide conception populiste et une assise de jugement, sinon idéologique parce que le terme n’a guère notre faveur mais sans aucun doute intellectuelle, sinon principielle avec ses tendances guénoniennes. C’est ce que nous explique le New York Magazine qui, entre les manœuvres cousues de fil blanc de Trump et l’aveuglement affreusement stupide des démocrates, distingue les conditions de la victoire de Bannon, l’homme qui, plus qu’aucun autre, plus que Trump lui-même, détient la clef interprétative de la victoire de Trump. (On comprendra que ce n’est pas un hasard si Breitbart.News, l’ancien site de Bannon, reprend l’article du New York Magazine.)

« With hours to go before the House is set to (finally) vote on Paul Ryan’s health-care bill, the Trump administration is putting a full-court press on recalcitrant Republicans to rally votes. Last night, the White House sent senior officials including Chief of Staff Reince Priebus, Budget Director Mick Mulvaney, and Chief Strategist Steve Bannon to Capitol Hill to deliver an ultimatum to wavering House members: Pass the bill or Trump is moving on to other priorities. The message was intended to put blame for a failed vote on Congress.

» The failure to repeal and replace Obamacare would be a stinging defeat for Trump. But it would be an even bigger defeat for Paul Ryan, who has all but staked his Speakership on passing this bill. And in the hall of mirrors that is Washington, the big winner to emerge out of the health-care debacle could be Steve Bannon. That’s because Bannon has been waging war against Ryan for years. For Bannon, Ryan is the embodiment of the “globalist-corporatist” Republican elite. A failed bill would be Bannon’s best chance yet to topple Ryan and advance his nationalist-populist economic agenda.

» Publicly, Bannon has been working to help the bill pass. But privately he’s talked it down in recent days. According to a source close to the White House, Bannon said that he’s unhappy with the Ryan bill because it “doesn’t drive down costs” and was “written by the insurance industry.” While the bill strips away many of Obamacare’s provisions, it does not go as far as Bannon would wish to “deconstruct the administrative state” in the realm of health care. Furthermore, Bannon has been distancing himself from the bill to insulate himself from political fallout of it failing. He’s told people that Trump economic adviser Gary Cohn — a West Wing rival — has run point on it. (Bannon did not respond to a request for comment.)

» Whether or not the bill passes, Ryan has been weakened, the pro-Breitbart Freedom Caucus has been emboldened. It’s hard to see how the Republican health-care civil war hasn’t been a boon for Bannon. »

http://www.dedefensa.org/article/notes-sur-la-transversale-des-fureurs-ultimes

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s