Art de la guerre monétaire et économique

La Californie a brûlé  : John Rubino nous explique pourquoi ?

La Californie a brûlé  : John Rubino nous explique pourquoi ?

 

Suite à l’immigration folle et à la croissance démographique, on construit n’importe quoi, n’importe où, avec l’aide d’emprunts bidon et d’un gouvernement socialo-écolo inepte. Les arbres ne brûlent pas, leurs baraques oui. : Nous sommes dirigés par des gens qui ne nous prennent pas pour des cons, mais en sont vraiment : (Simon).

By Nicolasbonnalnicolasbonnal.wordpress.com décembre 10, 2018

Écrit par John Rubino via DollarCollapse.com,

Les incendies apocalyptiques qui ont frappé la Californie le mois dernier ont laissé des observateurs se gratter la tête et se demander comment une destruction de cette ampleur pourrait être possible – et  combien cela coûterait  à l’avenir si les causes ne sont pas traitées immédiatement.

Le Wall Street Journal de ce matin conclut que 1) les problèmes ne sont pas réglés et 2) que cet échec va coûter une fortune qu’aucun gouvernement n’est prêt à couvrir (soulignement ajouté ci-dessous).

Pourquoi les Californiens ont été attirés vers les zones d’incendie

Les codes du bâtiment, les subventions de l’État et les bas taux d’assurance ont encouragé les habitants à fuir des villes coûteuses en raison de leur dangerosité extrême.

Une vue du 15 novembre à Paradise, en Californie, ci-dessous, montre des restes calcinés de maisons parmi les arbres après l’incendie du camp qui a brûlé plus de 11 000 maisons.

Les incendies de forêt historiquement mortels qui ont ravagé la Californie cet automne, ainsi qu’une série de destructions similaires au cours des deux dernières années, incitent de plus en plus à faire plus pour ralentir le changement climatique. Mais un autre problème sous-jacent a contribué aux dommages tragiques causés par les incendies:  pendant des décennies, la Californie, soi-disant le plus vert des États, a artificiellement réduit le coût de l’envahissement de la nature par la vie dans les bois.

Les codes du bâtiment permissifs, les bas taux d’assurance et la flambée des dépenses des contribuables en matière de lutte contre les incendies et autres services ont fourni un cadre économique qui a encouragé les habitants à fuir les villes de plus en plus chères de l’état pour leurs franges verdoyantes. Les zones boisées, y compris des endroits autrefois jugés trop vallonnés ou trop secs pour se développer en toute sécurité, offrent une vie relativement abordable avec des vues époustouflantes.

Le résultat: plus de maisons ont été entassées dans la frontière entre la civilisation et la forêt – connue parmi les planificateurs sous le nom d ’« interface forêt-urbain », en Californie, plus que dans tout autre État.

Ce problème ne se limite pas aux forêts californiennes. Le long des côtes, des normes de construction peu strictes et une assurance fédérale simple contre les inondations ont socialisé les coûts de la construction face aux tempêtes et au niveau de la mer qui s’aggravent. Dans le langage économique classique, il est temps d’internaliser les coûts, longtemps externalisés, de la construction dans les arbres ou près de la plage.

La Californie, à la fois un défenseur de la politique environnementale agressive et un pionnier de l’étalement urbain, caractérise le problème. Depuis des années, Cal Fire, l’agence nationale de lutte contre les incendies de forêt, dépense de plus en plus pour éteindre les incendies de forêt, à l’instar du US Forest Service. Déjà en 2006, selon un audit, la majeure partie des fonds que le service forestier dépensait pour éteindre les grands incendies était «directement liée à la protection de la propriété privée» dans l’interface forêt-ville. Entre temps, aux frais de l’État, le gouvernement a encouragé davantage de développement en poussant les infrastructures – routes, services publics, services de secours – toujours plus loin dans la forêt.

Les codes du bâtiment laxistes sont à la base du problème. Même en Californie, où certaines des règles les plus sévères du pays sont en vigueur, elles ne sont souvent ni adéquates ni appliquées. Les codes dictent souvent l’utilisation de matériaux ignifuges dans la construction de maisons, mais ne disent généralement pas comment un développement doit être situé dans le paysage – et cela peut aider à déterminer si ce développement brûlera dans un incendie, explique Max Moritz, une coopérative- spécialiste des incendies de forêt à l’université de Californie à Santa Barbara. «Ainsi, les développeurs peuvent entrer, proposer quelque chose et souvent, sans trop de supervision, s’en aller après avoir construit quelque chose dans un endroit dangereux», dit-il. « Et nous prenons l’onglet. »

À Redding, une ville de l’extrême nord de la Californie où certains quartiers ont été dévastés par le gigantesque incendie de Carr, les responsables de la ville ont déjà travaillé avec des promoteurs pour qu’ils respectent le code du bâtiment afin de les aider à réduire leurs coûts, a déclaré le directeur de la ville, Barry Tippin. Par exemple, Redding a laissé un développeur construire une sous-division avec une seule route entrante et sortante au lieu de deux sous une exception autorisée dans le code; la route était plus large, mais deux sont généralement considérées comme plus sûres en cas d’urgence. Maintenant, dit-il, les responsables réévaluent leur vision du code et ont obtenu une subvention pour payer une révision externe de leurs règles. «À l’avenir, nous devrions adopter une position plus délibérée et peut-être plus ferme», a-t-il déclaré.

Entre 2000 et 2013, plus des trois quarts de tous les bâtiments détruits par un incendie en Californie se trouvaient dans l’état de WUI de l’État, et davantage encore que dans l’ensemble des zones de WUI du reste de la zone continentale des États-Unis combinée, selon une récente étude menée par Anu Kramer, chercheur à l’Université de Wisconsin-Madison. Cela est dû en partie à l’augmentation du nombre de constructions dans l’industrie, et en partie à la faiblesse de sa réglementation. Ray Rasker, directeur exécutif de Headwaters Economics, une société de recherche à but non lucratif basée dans le Montana, spécialisée dans les incendies de forêt, note que les règles visant à protéger les bâtiments contre les incendies – par exemple, les exigences relatives aux sprinklers et aux inspections régulières du code de prévention des incendies – ont tendance à être beaucoup plus strictes à l’échelle nationale dans les zones urbaines que dans l’UE, malgré le risque relatif. « Si vous placez une maison dans les bois, dans une poudrière, ces règles ne s’appliquent pas », dit-il. « C’est en arrière. »

Une fois qu’une maison est construite dans l’IUE de Californie, les taux d’assurance exceptionnellement bas de l’État ont pour effet de déplacer une grande partie du coût réel. En Californie, le propriétaire moyen paie environ 1 000 dollars par an en assurance habitation, soit environ la moitié de ce qu’il est en Floride ou au Texas, deux autres États où le nombre de catastrophes naturelles considérées comme liées au changement climatique est en nette augmentation.

Cela découle de la politique de l’État et non d’un accident. La Californie a un commissaire à l’assurance sur l’État élu, un des 11 du pays élus, qui plafonne les taux que les compagnies d’assurance privées peuvent exiger. Lorsque les assureurs demandent l’autorisation d’augmenter leurs taux pour couvrir les sinistres, la loi en vigueur leur impose d’avoir en moyenne au moins 20 ans de données sur les sinistres catastrophiques antérieurs, ce qui minimise l’augmentation dramatique récente des dégâts causés par un incendie. Les spécialistes de la faune avertissent que ces augmentations suggèrent des choses à venir.

Si votre réponse après avoir lu ceci est «Ces gens sont des abrutis», vous êtes probablement majoritaire . Utiliser une assurance artificiellement peu coûteuse et des normes de construction délibérément laxistes pour détruire ce qui reste d’un écosystème unique est un crime contre nature.

Et demander aux contribuables de couvrir les coûts catastrophiques qui en résultent est un suicide politique. Mais bien sûr, les politiciens, les constructeurs et les bureaucrates qui ont créé ce système seront parvenus à la tombée du jour avec leur fortune intacte avant que toutes les conséquences n’éclatent les contribuables de demain.

Ajoutez le coût des futures communautés entières consumées par les flammes à la pile déjà énorme de dettes de retraite non capitalisées accumulées par l’État, puis lancez-vous dans la chute des recettes fiscales qui devrait résulter de la récession imminente et du marché baissier des actions, et la Californie aurait pu être dépassée Illinois du haut de la liste des «premiers États à faire faillite».

Pour ce qui est de savoir pourquoi les non-californiens devraient se soucier, eh bien, remontez d’une décennie à l’autre et notez comment le gouvernement fédéral (lire les contribuables nationaux) a dû assumer la quasi-totalité des 10 000 milliards de passifs de l’industrie du crédit hypothécaire. Les États en faillite bénéficieront sans doute du même sauvetage lorsque leur heure sera venue. Ce qui signifie que le dysfonctionnement finira par se retrouver sur les marchés des changes.

https://nicolasbonnal.wordpress.com/2018/12/10/la-californie-a-brule-john-rubino-nous-explique-pourquoi-suite-a-limmigration-folle-et-a-la-croissance-demographique-on-construit-nimporte-quoi-nimporte-ou-avec-l/

Californie : manque d’entretien des forêts et interdits écologiques favorisent les incendies, plutôt que le climat

Incendies Californie entretien forêts interdits écologiques climat

Alors que les incendies de Californie – Camp et Woolsey – n’étaient toujours pas éteints, la guerre des mots était lancée et le réchauffement climatique revenait comme une rengaine. Le gouverneur démocrate Jerry Brown, qui sera remplacé en janvier par un autre Démocrate, Gavin Mewsom, est allé jusqu’à accuser les « climato-sceptiques » d’avoir « évidemment contribué » au départ des incendies. Brown, un des climato-alarmistes les plus extrémistes, a qualifié les feux « d’anormaux », causés selon lui par un réchauffement global d’origine humaine. A l’opposé, le président Donald Trump a sévèrement mis en cause le manque d’entretien des forêts qui laisse sur place les bois morts, laisse envahir les buissons et se multiplier les lignes électriques. Ce manque d’entretien renvoie non seulement à la responsabilité de l’Etat de Californie, mais aussi aux règlementations et interdits fédéraux supposément écologiques qui prônent la non intervention de l’homme dans les massifs forestiers.

Déjà 44 morts dans les deux incendies de Californie

L’incendie de Camp, dans le nord de la Californie, a parcouru 50.500 hectares, 6.500 maisons individuelles, 85 immeubles collectifs, 260 bâtiments commerciaux et causé le décès de 42 personnes. C’est le feu le plus vaste et le plus meurtrier de toute l’histoire connue de l’Etat. L’incendie de Woolsey, près de Los Angeles, a parcouru environ 40.400 hectares, tué deux personnes et détruit 435 bâtiments. Des enquêtes sont ouvertes pour déterminer les causes de ces incendies, et non encore conclues, même si le gouverneur démocrate affirme qu’elles sont liées au changement climatique.

L’année dernière, Jerry Brown avait qualifié les feux de forêts de « nouvelle normalité » liée au changement climatique. Cette année, son discours se durcit puisqu’il parle de « nouvelle anormalité ». « Et cette nouvelle anormalité va continuer, certainement ces 10, 15 voire 20 prochaines années », a-t-il ajouté. Brown reprend les assertions du dernier rapport du GIEC : « Certains scientifiques affirment que nous avons déjà augmenté d’un degré ; je crois que nous pouvons nous attendre à augmenter d’un demi-degré supplémentaire, ce qui est catastrophique, pour les 10-12 prochaines années. Nous devons relever ce défi, qui menace tout notre mode de vie. »

Pour Trump, le manque d’entretien des forêts est en cause, et non le climat

De son côté, Donald Trump a donné un avis différent sur la question. Quelques heures après avoir publié une déclaration d’urgence accordant des fonds fédéraux supplémentaires aux services de lutte contre les incendies, le président a mis en cause le manque d’entretien des forêts et exigé de la Californie qu’elle mette de l’ordre dans ses services forestiers sous peine de ne pas recevoir les subventions fédérales. Jerry Brown et son successeur élu Gavin Newsom ont rejeté son interprétation… tout en lui demandant de déclare l’état de catastrophe naturelle qui garantit le versement de fonds supplémentaires. Pour Brown, « entretenir les forêts partout où nous le pouvons ne pourra pas empêcher le changement climatique – et ceux qui sont d’un avis contraire sont évidemment complices de la tragédie ». Newsom, lui, a préféré déclarer « que l’heure n’était pas aux polémiques partisanes ».

Pour le journaliste américain James Murphy, « si Trump a raison de dénoncer le manque d’entretien des forêts comme cause principale de la violence des feux, il a tort de faire porter la responsabilité première sur l’Etat ». De fait, « les bureaucraties fédérales telles que l’EPA (Agence fédérale pour l’Environnement) et l’Office des Forêts des Etats-Unis, entre autres, ont imposé de telles limites à l’exploitation forestière, aux éleveurs et aux véhicules récréatifs que l’entretien de base des forêts est quasi impossible, et pas seulement en Californie ». Plus de 20 % de l’Etat de Californie est couvert par des forêts nationales, qui ne sont donc ni des forêts d’Etat ni des forêts privées.

La Californie sera bridée tant que le fédéral ne lèvera pas ses interdits « écologiques »

Le président Trump demande donc à l’administration de l’Etat d’ôter la paille qui est dans son œil alors que c’est une poutre qui est dans l’œil des administrations fédérales. La Californie peut certainement faire beaucoup mieux pour gérer ses forêts. Mais tant que l’administration fédérale continuera d’imposer ses réglementations et ses interdits supposément écologiques, qui limitent les interventions et activités humaines sous prétexte de défendre « la nature », elle n’y arrivera pas. Pour Donald Trump, les incendies de Californie devraient être un bon indicateur de l’urgence à nettoyer les écuries d’Augias de la bureaucratie fédérale, obsédée par son idolâtrie de la déesse Gaïa dans laquelle la raison de l’homme n’aurait aucune place.

Matthieu Lenoir

https://reinformation.tv/incendies-californie-entretien-forets-interdits-ecologiques-climat-lenoir-90158-2/

Incendies de forêts en Californie : rien à voir avec le climat et rien d’exceptionnel, affirment des scientifiques

Incendies forets californie climat

Les médias obtus du climato-alarmisme s’en donnent à cœur joie : si la Californie brûle « comme jamais », c’est que le climat change à cause de l’homme, thèse reprise ad nauseam par les organes de la pensée obligatoire. The Economist, organe central du libéral-réchauffisme anglo-saxon et hebdomadaire des élites économiques « disruptives », titrait récemment sur fond de flammes : « Sur la ligne de feu. On est en train de perdre la guerre contre le changement climatique » Mensonge. « Les incendies de forêts sont bien plus un problème social qu’un problème naturel » assurent les chercheurs de l’Université Carlos III de Madrid. Le professeur David B. South de l’Université d’Auburn témoignait devant le Sénat américain en 2014 que « Les chiffres démontrent que les très grands incendies de forêts étaient quatre fois plus fréquents avant 1940 » que de nos jours. Il ajoutait que « Nous ne pouvons raisonnablement pas affirmer qu’un réchauffement global anthropique entraîne des incendies d’ampleur » et « qu’attribuer une augmentation du risque d’incendies aux émissions humaines de carbone est juste antiscientifique ».
 

Pour Al Gore, les incendies « empirent », pour l’Université de Galles, « ils sont moins nombreux »

 
Al Gore, grand prêtre du réchauffisme et affairiste des droits carbone, prétendait l’an dernier que « partout en Occident nous subissons des incendies qui empirent chaque année », ajoutant que « la cause sous-jacente, c’est la chaleur ». Pourtant, en 2016, une étude de l’Université de Galles publiée par la Royal Society relevait que « les incendies de forêts sont moins nombreux aujourd’hui qu’il y a un siècle » et que « les surfaces mondiales consumées ont connu un léger déclin durant les dernières décennies ». Cette étude montre que les chiffres concernant l’Ouest américain traduisent « peu de changement et que les zones incendiées le plus gravement ont globalement décliné si on les compare à la situation prévalant avant le peuplement européen ».
 
Si l’on suit l’étude de l’Université de Galles, « le feu et un agent écologique naturel et fondamental dans de nombreux écosystèmes et ne devient un ‘’problème’’ que si nous choisissons d’habiter les zones facilement inflammables ou qu’on y introduit des écosystèmes inadaptés aux incendies ». C’est ainsi que, pour reprendre l’expression des chercheurs de l’université madrilène, « Les incendies de forêts est d’abord un problème social plus qu’un problème naturel ».
 

Un institut d’Oregon n’a trouvé « aucune augmentation de la taille ou de la sévérité des incendies »

 
Dominick DellaSala, chef de service au Geos Institute d’Ashland en Oregon, a dirigé une vaste étude sur les feux dans l’Ouest américain. Sa conclusion est que leur intensité décline  : « Si l’on prend un point de départ historique en comparaison, nous n’avons pas trouvé d’augmentation de la taille ou de la sévérité des incendies. (…) Ce que nous avons découvert, c’est en vérité un déficit de feux de forêts comparé à ce que les premiers colons ont dû subir quand ils sont arrivés sur ces territoires ».
 
Une étude menée en 2014 par Tania Schoennagel, publiée par le journal PLOS ONE et financée par la National Science Foundation, a établi que les incendies de forêts « ne sont pas devenus plus sévères au cours du XXe siècle, si l’on se réfère à la période antérieure ». Pour Bjorn Lomborg, président du Copenhagen Consensus Center, les raisons pour lesquelles le nombre mondial de feux a tendance à décliner après un pic en 1930 au XXe siècle, résident « dans l’amélioration de la lutte contre les incendies, de la gestion forestière et de la progression de l’agriculture ». L’évolution des températures et de l’humidité de l’air ne jouent qu’un rôle marginal. Pour le chercheur, il est temps « d’arrêter ces affirmations stupides basées sur l’anecdote, jamais sur des chiffres, selon lesquelles les feux n’en finissent pas d’augmenter ».
 

Les incendies de forêts en Californie cette année suivent un hiver humide qui a favorisé la végétation

 
Pour Roger A. Pielke Sr, de l’Université du Colorado à Boulder, « Les incendies destructeurs en Californie cette année ne sont pas surprenant en raison de l’hiver humide de l’année dernière, de la croissance importante des végétaux qu’il a permise, puis d’un temps chaud et sec depuis ». Il pointe une autre raison : les mises à feux intentionnelles ou accidentelles par des hommes. « Si l’on exclut les incendies allumés par des actes humains – y compris les arcs électriques de lignes à haute tension – combien de feux auraient-ils eu une origine naturelle ? Probablement aucun », a-t-il affirmé, ajoutant qu’impliquer le climat « par une augmentation du CO2 » est « trop facile et inapproprié ».
 
Si des lobbies écologistes peuvent continuer de lier les incendies de cet été à un supposé réchauffement climatique et de prétendre qu’ils ont parcouru une surface plus vaste que jamais « c’est parce que le centre américain des incendies (NIFC) a curieusement – et probablement très opportunément – publié les relevés annuels seulement depuis 1960, quand la lutte contre les incendies s’est vraiment améliorée, entraînant une réduction considérable des incendies », relève Bjorn Lomborg. Or les statistiques officielles remontant à 1926 et jusqu’aux années 1950 écrasent littéralement les suivantes : les années 1928 à 1936 enregistrent des surfaces incendiées annuelles entre 40 et 50 millions d’acres (1 acre = 0,404 ha) quand les vingt dernières années sont inférieures à 10 millions. C’est la même série statistique que celle brandie par les climato-alarmistes. Juste un peu plus longue.
 

Matthieu Lenoir

https://reinformation.tv/87132-2-incendies-forets-californie-climat-lenoir/

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s