1984

Chinamerica : « Le système de crédit social chinois arrive aux Etats-Unis »

« Le système de crédit social chinois arrive aux Etats-Unis »

La Chine veut finaliser complètement la mise en œuvre de son système de crédit social d’ici 2020. Ce système a été largement critiqué en Occident et ailleurs. Cependant, d’autres pays semblent prendre de plus en plus de mesures similaires. Les États-Unis, par exemple. 

Pékin veut alimenter son système de crédit social avec des informations provenant de divers services. Cela permettrait d’obtenir une image plus détaillée des citoyens. Ces informations sont faciles à recueillir car la vie économique en Chine se déroule de plus en plus souvent en ligne.

Des services tels que WeChat de Tencent et Alipay de Ant Financial constituent une plate-forme centrale pour effectuer des paiements, obtenir des prêts et organiser les transports. Ces comptes sont généralement liés à des numéros de téléphone mobile, qui sont enregistrés auprès du gouvernement. 

L’une des premières réalisations a été  le lancement d’une plate-forme nationale ouverte d’informations en ligne sur les informations de crédit. Les citoyens ayant des arriérés de dette considérables risquent de figurer sur cette liste noire.

Cela peut s’accompagner d’un certain nombre de sanctions, telles que la limitation de l’accès à certains services. En mars de cette année, 13,49 millions de Chinois étaient déjà classés comme citoyens peu fiables. En outre, le gouvernement a refusé de leur délivrer 20,47 millions de billets d’avion et 5,71 millions de billets pour les trains à grande vitesse.

Un système de crédit social : Uniquement dans les régimes autoritaires ?

Jusqu’à présent, un tel système de crédit social semblait être l’apanage des régimes autoritaires, mais ces derniers mois, de nombreuses annonces dans la presse américaine pointant vers une augmentation de la surveillance. Casey Newton de The Verge en énumère quelques-une :

  • Le service de taxi alternatif Uber a annoncé le mois dernier qu’il refuserait les passagers auxquels ses conducteurs ont attribué un faible score faible. 
  • Auparavant ce mois-ci, on a appris que les personnes souhaitant obtenir un visa américain devaient désormais ajouter leur profil sur les médias sociaux à leur demande. [En 2017, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis avait déjà reçu l’autorisation de surveiller l’utilisation des médias sociaux par les immigrants.]

Bien entendu, il existe encore des différences importantes entre ces mesures et le système qui doit maintenir au pas 1,4 milliard de Chinois.

Contrairement au système chinois, bon nombre de ces mesures existent également indépendamment les unes des autres. A l’exception des demandes de visa, toutes doivent encore être mises en œuvre. Mais la question de savoir combien de temps cela prendra est justifiée. Plus les entreprises recueillent d’informations sur les gens, plus la tentation est grande de partager ces données avec d’autres après leur vente.

EN BANDE SON :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s