REBLOG

Le complot contre la Libye : Une conspiration criminelle Obama-Biden-Clinton

La Libye une Illustration pertinente de « On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres. » (Voltaire)

Le soleil brûlant du désert s’écoule à travers les lamelles étroites de la minuscule fenêtre. Une souris se précipite sur le sol en béton fissuré, le sabordage de ses petits pieds noyés par le son de voix lointaines parlant en arabe.

Leur bavardage se fait dans un dialecte de l’ouest de la Libye, différent du dialecte oriental privilégié à Benghazi. Quelque part au loin, au-delà de l’horizon chatoyant du désert, se trouve Tripoli, le joyau de l’Afrique désormais réduit à une guerre perpétuelle.

Mais ici, dans cette cellule d’un vieil entrepôt délabré de Bani Walid, il n’y a ni contrebandiers, ni violeurs, ni voleurs, ni meurtriers. Il y a simplement des Africains capturés par des trafiquants alors qu’ils faisaient route depuis le Nigeria, le Cameroun, le Tchad, l’Erythrée ou d’autres parties disparates du continent, à la recherche d’une vie sans guerre ni pauvreté, fruit pourri du colonialisme anglo-américain et européen. Les marques de bétail sur leur visage racontent une histoire plus tragique que tout ce qui est produit par Hollywood.

Ce sont des esclaves : des êtres humains achetés et vendus pour leur travail. Certains sont destinés aux chantiers de construction, d’autres aux champs. Tous sont confrontés à la certitude d’une servitude forcée, un cauchemar éveillé qui est devenu leur réalité quotidienne.

C’est la Libye, la vraie Libye. La Libye qui a été construite sur les cendres de la guerre entre les États-Unis et l’OTAN qui a déposé Mouammar Kadhafi et le gouvernement de la Jamahiriya arabe libyenne. La Libye est maintenant divisée en factions belligérantes, chacune soutenue par une variété d’acteurs internationaux dont l’intérêt pour le pays est tout sauf humanitaire.

Mais cette Libye n’a pas été construite par Donald Trump et sa bande de goules fascistes dégénérées. Non, c’est le grand humanitaire Barack Obama, avec Hillary Clinton, Joe Biden, Susan Rice, Samantha Power et leur cercle de paix harmonieux d’interventionnistes libéraux qui ont causé cette dévastation. Avec ses discours sur la liberté et l’autodétermination, le premier président noir, avec ses camarades de l’OTAN en France et en Grande-Bretagne, a lâché les chiens de guerre sur une nation africaine considérée par une grande partie du monde comme un parangon de développement économique et social.

Mais il ne s’agit pas d’un simple exercice journalistique visant à documenter un seul des innombrables crimes perpétrés au nom du peuple américain. Non, c’est nous, la gauche anti-guerre aux États-Unis, qui regardons à travers les fissures de l’artifice impérial – s’effondrant comme il l’est par suite de la pourriture interne et de la décadence politique – pour faire briller une lumière à travers la morosité nommée Trump et directement au cœur des ténèbres.

Il y a des vérités qui doivent être mises en évidence, de peur qu’elles ne soient enterrées comme autant de corps dans le sable du désert.

La guerre contre la Libye : Une conspiration criminelle

Pour comprendre l’ampleur de la criminalité impliquée dans la guerre entre les États-Unis et l’OTAN contre la Libye, nous devons démêler une histoire complexe impliquant des acteurs américains et européens qui ont littéralement conspiré pour provoquer cette guerre, tout en exposant simultanément la présidence impériale anticonstitutionnelle incarnée par Mr Hope and Change lui-même.

Ce faisant, une image se dégage qui est en contradiction flagrante avec le récit dominant sur les bonnes intentions et les mauvais dictateurs. Car si Kadhafi a été présenté comme le méchant par excellence dans cette histoire racontée par les scribes de l’Empire dans les médias d’entreprise, ce sont en fait Barack Obama, Hillary Clinton, Joe Biden, l’ancien président français Nicolas Sarkozy, le philosophe français Bernard Henri-Levy, aventurier néocolonial, et l’ancien Premier ministre britannique David Cameron qui sont les véritables forces malveillantes. Ce sont eux, et non Kadhafi, qui ont mené une guerre manifestement illégale sous de faux prétextes et pour leur propre expansion. C’est eux, et non Kadhafi, qui ont conspiré pour plonger la Libye dans le chaos et la guerre civile dont elle doit encore sortir. Ce sont eux qui ont battu les tambours de guerre tout en proclamant la paix sur terre et la bonne volonté des hommes.

La guerre américano-OTAN contre la Libye représente peut-être l’un des exemples les plus flagrants d’agression militaire et d’anarchie américaine de mémoire récente. Bien sûr, les États-Unis n’ont pas agi seuls, car un large éventail de personnages ont joué un rôle, les Français et les Britanniques étant désireux de s’impliquer dans la réaffirmation du contrôle d’un bien africain autrefois lucratif arraché au contrôle européen par le maléfique Kadhafi. Et ce, quelques années seulement après que l’ancien Premier ministre britannique et criminel de guerre en Irak, Tony Blair, ait rencontré Kadhafi pour inaugurer une nouvelle ère d’ouverture et de partenariat.

L’histoire commence avec Bernard Henri-Lévy, philosophe, journaliste et diplomate amateur français qui se voyait comme un espion international. N’étant pas arrivé en Égypte à temps pour renforcer son ego en tirant parti du soulèvement contre l’ancien dictateur Hosni Moubarak, il a rapidement porté son attention sur la Libye, où un soulèvement dans le foyer anti-Kadhafi de Benghazi était en cours. Comme le rapporte Le Figaro, Henri-Levy a réussi à obtenir une rencontre avec Mustapha Abdeljalil, alors chef du Conseil national de transition (CNT), un ancien responsable de Kadhafi qui est devenu le chef du CNT anti-Kadhafi. Mais Henri-Levy n’était pas là uniquement pour une interview à publier dans son journal français, il était là pour aider à renverser Kadhafi et, ce faisant, à faire de lui une star internationale.

Henri-Levy a rapidement fait pression sur ses contacts et a téléphoné au président français Nicolas Sarkozy pour lui demander, assez franchement, s’il acceptait de rencontrer Abdeljalil et la direction du CNT. Quelques jours plus tard, Henri-Levy et ses collègues sont arrivés au Palais de l’Élysée avec la direction du CNT à leurs côtés. Au grand choc des Libyens présents, Sarkozy leur annonce qu’il envisage de reconnaître le CNT comme le gouvernement légitime de la Libye. Henri-Levy et Sarkozy ont maintenant, au moins en théorie, déposé le gouvernement Kadhafi.

Mais le petit problème des victoires militaires de Kadhafi et la possibilité très réelle qu’il sorte victorieux du conflit compliquent les choses, car l’opinion publique française a pris conscience de ce projet et fustige à juste titre Sarkozy. Henri-Levy, toujours opportuniste, alimente la ferveur patriotique en annonçant que sans l’intervention française, le drapeau tricolore flottant au-dessus des hôtels cinq étoiles de Benghazi serait taché de sang. La campagne de relations publiques a fonctionné, car Sarkozy a rapidement eu l’idée d’une intervention militaire.

Cependant, Henri-Levy avait un rôle encore plus crucial à jouer : faire entrer le poids militaire américain dans le complot. Henri-Levy a organisé le premier de ce qui allait être plusieurs entretiens de haut niveau entre des responsables américains de l’administration Obama et les Libyens du CNT. Plus important encore, Henri-Levy a organisé la rencontre entre Abdeljalil et la secrétaire d’État Hillary Clinton. Bien que Mme Clinton ait été sceptique au moment de la rencontre, il faudra attendre plusieurs mois avant qu’elle et Joe Biden, ainsi que des personnalités comme Susan Rice, Samantha Power et d’autres, ne planifient la voie politique, diplomatique et militaire vers un changement de régime en Libye.

Les Américains entrent dans la mêlée

Il n’y aurait pas eu de guerre en Libye sans la machine politique, diplomatique et militaire américaine. En ce sens, malgré l’implication militaire relativement faible des États-Unis, la guerre en Libye était une guerre américaine. C’est-à-dire qu’elle n’aurait pas pu avoir lieu sans la collaboration active de l’administration Obama avec ses homologues français et britanniques.

Comme l’expliquait Jo Becker du NY Times en 2016, Hillary Clinton a rencontré Mahmoud Jibril, un éminent homme politique libyen qui allait devenir le nouveau Premier ministre de la Libye post-Kadhafi, ainsi que ses associés, afin d’évaluer la faction qui recueille aujourd’hui le soutien des États-Unis. Le travail de Clinton, selon Becker, était de « prendre la mesure des rebelles que nous soutenons » – une façon fantaisiste de dire que Clinton a assisté à la réunion pour déterminer si ce groupe de politiciens parlant au nom d’un groupe diversifié de voix anti-Kadhafi (allant des militants pro-démocratie aux terroristes purs et durs affiliés aux réseaux terroristes mondiaux) devrait être soutenu par l’argent américain et les armes secrètes.

La réponse, en fin de compte, a été un oui retentissant.

Mais bien sûr, comme pour toutes les mésaventures bellicistes des États-Unis, il n’y a pas eu de consensus sur une intervention militaire. Comme l’a rapporté Becker, certains membres de l’administration Obama étaient sceptiques quant à la victoire facile et au calcul politique d’après-conflit. L’ancien ministre de la défense Robert Gates a été l’une des principales voix de la dissidence, du moins selon Becker. Lui-même pas colombe, Gates craignait que l’attitude belliciste de Clinton et de Biden envers la Libye ne conduise finalement à un cauchemar politique de type irakien qui se terminerait sans aucun doute par la création puis l’abandon par les États-Unis d’un État en faillite – exactement ce qui s’est passé.

Il est important de noter que Clinton et Biden ont été deux des principales voix en faveur de l’agression et de la guerre. Ils ont tous deux soutenu la zone d’exclusion aérienne dès le début et ont tous deux plaidé en faveur d’une intervention militaire. En effet, les deux ont été sympathisants dans presque tous les crimes de guerre commis par les États-Unis au cours des 30 dernières années, y compris, peut-être de manière plus flagrante, en soutien au crime contre l’humanité de Bush que nous appelons la seconde guerre d’Irak.

Comme l’a expliqué Derek Chollet, ancien laquais de Clinton (directeur adjoint du service de planification politique de la secrétaire d’État Clinton), « la Libye semblait être un cas facile ». Chollet, un des principaux participants à la conspiration américaine pour faire la guerre à la Libye, qui a ensuite servi directement sous Obama et au Conseil national de sécurité, illustre par inadvertance et avec un relief saisissant l’arrogance impériale du camp interventionniste libéral Obama-Clinton-Biden. En qualifiant la Libye de « cas facile », il signifie bien sûr que ce pays était un candidat parfait pour une opération de changement de régime dont le principal avantage serait de stimuler politiquement ceux qui le soutenaient.

Chollet, comme de nombreux planificateurs stratégiques de l’époque, a vu en la Libye une occasion de transformer les manifestations et les soulèvements de 2010-2011, rapidement connus sous le nom de « Printemps arabe », en capital politique du camp démocrate de la classe dirigeante américaine. C’est rapidement devenu la position de Clinton. Et bientôt, le consensus de toute l’administration Obama.

La guerre d’Obama en dehors des livres

L’un des mythes les plus pernicieux de la guerre américaine contre la Libye était l’idée – propagée consciencieusement par les lobbyistes de la défense – que la guerre était une petite guerre bon marché qui ne coûtait presque rien aux États-Unis. Aucun Américain n’a perdu la vie dans la guerre elle-même (Benghazi est une autre mythologie qui sera démêlée plus tard), et très peu de coût en termes de « trésor », pour reprendre cette expression impérialiste méprisable.

Mais alors que le coût total de la guerre a pâli par rapport aux crimes monumentaux commis en Irak et en Afghanistan, les moyens par lesquels elle a été financée ont coûté aux États-Unis bien plus que des dollars ; la guerre contre la Libye était une entreprise criminelle et anticonstitutionnelle qui a encore jeté les bases de la présidence impériale et d’un pouvoir exécutif sans contraintes. Comme l’a rapporté le Washington Post à l’époque :

Notant qu’Obama avait déclaré que la mission pourrait être payée avec l’argent déjà alloué au Pentagone, Boehner [l’ancien président de la Chambre des représentants] a fait pression sur le président pour savoir si un financement supplémentaire serait demandé au Congrès.

Les opérations militaires imprévues qui nécessitent des dépenses telles que celles effectuées pour l’effort libyen nécessitent normalement des crédits supplémentaires puisqu’elles sont en dehors du budget de base du Pentagone. C’est pourquoi les fonds pour l’Afghanistan et l’Irak sont séparés du budget régulier du ministère de la défense. Les coûts supplémentaires pour certaines des opérations en Libye sont minimes… Mais les dépenses pour les armes, le carburant et les équipements perdus sont tout autre chose.

Parce que l’administration Obama n’a pas demandé de crédits au Congrès pour financer la guerre, il y a très peu de traces écrites pour faire une comptabilité correcte des coûts de la guerre. Alors que le coût de chaque bombe, avion de chasse et véhicule de soutien logistique a disparu dans l’abîme de l’oubli comptable du Pentagone, il en va de même pour tout semblant de légalité constitutionnelle. En substance, Obama a contribué à l’établissement d’une présidence sans loi qui non seulement ne respecte guère les contrôles et équilibres prévus par la Constitution, mais ignore complètement l’État de droit. En effet, certains des crimes dont Trump et le procureur général Bill Barr sont coupables ont leur corollaire direct dans la poursuite de la guerre en Libye par l’administration Obama.

Alors, d’où venait l’argent et où est-il allé ? C’est une question que tout le monde se pose, à moins que vous ne soyez un de ces ploucs qui aiment croire le Pentagone sur parole. Comme un porte-parole du Pentagone l’a déclaré à CNN en 2011, « Le prix des opérations du Département de la Défense américain en Libye au 30 septembre [était] de 1,1 milliard de dollars. Cela comprenait les opérations militaires quotidiennes, les munitions, le retrait des fournitures et l’aide humanitaire ». Cependant, pour illustrer l’impossibilité orwellienne de discerner la vérité, le vice-président Joe Biden a doublé ce chiffre lors de son intervention sur CNN, suggérant que « l’alliance de l’OTAN a fonctionné comme elle avait été conçue pour le faire, en partageant le fardeau. Au total, elle nous a coûté 2 milliards de dollars, sans aucune perte de vie américaine ».

Comme il est douloureusement évident, il n’y a pas de moyen clair de savoir combien a été dépensé, si ce n’est en prenant au mot ceux qui ont mené la guerre. Sans surveillance du Congrès et sans dossier documentaire clair, la guerre contre la Libye disparaît dans le trou de la mémoire, et avec elle l’idée qu’il y a une séparation des pouvoirs, l’autorité du Congrès pour faire la guerre, ou une Constitution qui fonctionne.

La sale guerre de l’Amérique en Libye

Si la mémoire durable de la Libye pour la plupart des Américains est le théâtre politique qui a résulté de l’attaque contre les installations américaines à Benghazi qui a tué plusieurs Américains, y compris l’ambassadeur américain Stevens, elle est loin d’être la plus conséquente. Au contraire, l’utilisation par l’Amérique de groupes terroristes (et des insurgés qui en sont issus) comme mandataires militaires est peut-être le véritable héritage d’un point de vue stratégique. Car si les médias d’entreprise ont présenté le récit de protestations et de soulèvements spontanés pour renverser Kadhafi, c’est en fait un réseau informel de groupes terroristes qui a fait le sale boulot.

Si une grande partie de cette histoire récente a été enterrée par de mauvais reportages, la création de mythes par l’establishment et le brouillage de la vérité par les conspirateurs, elle a été étonnamment bien rapportée à l’époque. Par exemple, comme l’a écrit le New York Times à propos de l’une des principales forces soutenues par les États-Unis sur le terrain pendant la guerre en 2011 :

« Le Groupe de combat islamique libyen a été créé en 1995 dans le but d’évincer le colonel Kadhafi. Poussés dans les montagnes ou en exil par les forces de sécurité libyennes, les membres du groupe ont été parmi les premiers à se joindre à la lutte contre les forces de sécurité de Kadhafi… Officiellement, le groupe de combat n’existe plus, mais les anciens membres se battent en grande partie sous la direction d’Abou Abdullah Sadik [alias Abdelhakim Belhadj]. »

Même à l’époque, il existait un malaise considérable parmi les planificateurs stratégiques de Washington, car l’adoption par l’administration Obama d’un groupe terroriste ayant des liens connus avec Al-Qaïda pourrait s’avérer être une bévue majeure. « Les services de renseignement américains, européens et arabes reconnaissent qu’ils s’inquiètent de l’influence que les membres de l’ancien groupe pourraient exercer sur la Libye après le départ du colonel Kadhafi, et ils essaient d’évaluer leur influence et tout lien qui pourrait subsister avec Al-Qaïda », a noté le Times.

Bien sûr, les personnes au courant des différentes agences de renseignement américaines avaient déjà une assez bonne idée de qui elles soutenaient, ou du moins des éléments susceptibles d’être impliqués dans une opération américaine. Plus précisément, les États-Unis savaient que les régions d’où ils tiraient les forces d’opposition anti-Kadhafi étaient un foyer d’activités criminelles et terroristes.

Dans une étude de 2007 intitulée « Les combattants étrangers d’Al-Qaida en Irak : premier regard sur les records de Sinjar » qui examinait les origines de divers groupes criminels et terroristes actifs en Irak, le Centre de lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire américaine de West Point a conclu que :

« Près de 19 % des combattants de Sinjar Records viennent de la seule Libye. De plus, la Libye a fourni beaucoup plus de combattants par habitant que toute autre nationalité dans les registres de Sinjar, y compris l’Arabie Saoudite… L’augmentation apparente des recrues libyennes se rendant en Irak peut être liée à la relation de plus en plus coopérative du Groupe islamique combattant en Libye (Libyan Islamic Fighting Group – LIFG) avec Al-Qaida, qui a culminé avec l’adhésion officielle du LIFG à Al-Qaida le 3 novembre, 2007…Les villes les plus souvent citées par les combattants étaient Darnah [Derna], en Libye, et Riyad, en Arabie Saoudite, avec respectivement 52 et 51 combattants. Darnah [Derna], avec une population d’un peu plus de 80 000 habitants, contre 4,3 millions à Riyad, a de loin le plus grand nombre de combattants par habitant dans les registres du Sinjar. »

On savait à l’époque que la majorité des forces anti-Kadhafi étaient originaires de la région, notamment de Derna, Benghazi et Tobrouk – la « Libye orientale » si souvent appelée anti-Kadhafi – et que la probabilité qu’Al-Qaïda et d’autres groupes terroristes fassent partie des rangs des recrues américaines était très élevée. Néanmoins, ils ont persisté.

Prenons le cas de la Brigade des Martyrs du 17 février, chargée par les États-Unis de garder les installations de la CIA à Benghazi où l’ambassadeur Stevens a été assassiné. Comme l’a rapporté le Los Angeles Times en 2012 :

« Au cours de l’année dernière, alors qu’ils étaient affectés par leur milice pour aider à protéger la mission américaine à Benghazi, les deux hommes avaient été entraînés par le personnel de sécurité américain à utiliser leurs armes, à sécuriser les entrées, à escalader les murs et à mener des combats au corps à corps… Les miliciens nient catégoriquement avoir soutenu les assaillants mais reconnaissent que leur importante force alliée au gouvernement, connue sous le nom de Brigade des martyrs du 17 février, pourrait inclure des éléments anti-américains… La brigade du 17 février est considérée comme l’une des milices les plus compétentes dans l’est de la Libye. »

Mais il n’y avait pas que des groupes criminels affiliés au LIFG et à Al-Qaida qui entraient en lice grâce à Washington qui déroulait le tapis rouge taché de sang.

Le général Khalifa Hifter et sa soi-disant Armée nationale libyenne, un atout de longue date des États-Unis, sont sur le terrain en Libye depuis 2011 et sont devenus l’une des principales forces en lice pour le pouvoir dans la Libye d’après-guerre. Hifter a une longue et sordide histoire de travail pour la CIA dans ses tentatives de renverser Kadhafi dans les années 1980 avant d’être commodément réinstallé près de Langley, en Virginie. Comme l’a rapporté le New York Times en 1991 :

L’opération paramilitaire secrète, lancée dans les derniers mois de l’administration Reagan, a fourni une aide militaire et une formation à environ 600 soldats libyens qui figuraient parmi ceux qui ont été capturés lors des combats frontaliers entre la Libye et le Tchad en 1988… Ils ont été formés par des agents des services de renseignements américains au sabotage et à d’autres techniques de guérilla, ont déclaré les responsables, dans une base près de Ndjamena, la capitale tchadienne. Le plan d’utilisation des exilés s’inscrit parfaitement dans l’empressement de l’administration Reagan à renverser le colonel Kadhafi.

Hifter, chef de file de ces efforts infructueux, est devenu l’homme de main de la CIA en Libye, ayant participé à de nombreux efforts de changement de régime, y compris la tentative avortée de renverser Kadhafi en 1996. Son arrivée en 2011 au plus fort du soulèvement a donc signalé une escalade du conflit, passant d’un soulèvement armé à une opération internationale. Que Hifter ait travaillé directement avec les services de renseignement américains ou qu’il ait simplement complimenté les efforts américains en poursuivant sa guerre personnelle contre Kadhafi, qui dure depuis des décennies, n’est pas pertinent. Ce qui importe, c’est que Hifter et l’armée nationale libyenne, comme le LIFG et d’autres groupes, ont participé à l’effort de déstabilisation plus large qui a réussi à renverser Kadhafi et à créer le paysage infernal chaotique qu’est la Libye moderne.

Tel est l’héritage de la sale guerre des États-Unis contre la Libye.

Le passé est un prologue

Nous sommes en septembre 2020. Les Américains se concentrent sur une élection entre un criminel fasciste orange et un criminel de guerre démocrate de droite de la vieille école. Là où Donald Trump projette le chaos et le désordre, Biden projette la stabilité, l’ordre et un retour à la normale. Si Trump est le virus, alors Biden est sûrement le remède.

Nous sommes en septembre 2020. La Libye se prépare à entrer dans sa huitième année de guerre civile. Les marchés aux esclaves comme celui de Bani Walid sont aussi courants que les centres d’alphabétisation des jeunes l’étaient dans la Libye de Kadhafi. Des gangs armés et des milices exercent le pouvoir même dans les régions qui sont théoriquement sous le contrôle du gouvernement. Un chef de guerre se regroupe à l’Est et se tourne vers la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis pour obtenir du soutien.

Nous sommes en septembre 2020 et la guerre entre les États-Unis et l’OTAN contre la Libye est tombée dans l’oubli, alors que d’autres questions comme « Black Lives Matter » et le meurtre de jeunes Noirs par la police ont capté l’imagination et le discours du public.

Mais ces questions sont, en fait, unies par le lien de la suprématie blanche et de l’anti-Noir. La Libye, autrefois connue comme le « Joyau de l’Afrique », pays qui a servi de refuge à de nombreux travailleurs migrants d’Afrique subsaharienne tout en conservant son indépendance vis-à-vis des États-Unis et des anciennes puissances coloniales d’Europe, n’est plus. Elle est remplacée par un État en faillite qui reflète désormais le type de racisme anti-noir vicieux réprimé avec force par le gouvernement Kadhafi.

La Libye comme exemple mondial de l’exploitation et de la disposition du corps noir.

En louchant un peu, vous pouvez voir le président Joe Biden remettre l’ancien groupe sur pied. Hillary Clinton a accueilli dans le Bureau ovale une voix influente, quelqu’un pour donner des mots aux pensées démentes du cadavre vivant servant de commandant en chef. Derek Chollet et Ben Rhodes rient ensemble alors qu’ils achètent une autre tournée à leur lieu de rendez-vous préféré à Washington, trinquant au rétablissement de l’ordre à Washington. Barack Obama en tant qu’éminence grise derrière la résurgence politique de la structure dominante libérale-conservatrice.

Mais en Libye, il n’y a pas de retour en arrière, pas de réparation du passé pour échapper au présent.

Il en va peut-être de même pour les États-Unis.

Source : Le complot contre la Libye : Une conspiration criminelle Obama-Biden-Clinton

Catégories :REBLOG

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s