REBLOG

Tucker Carlson condamne la censure de la virologiste chinoise sur Facebook : “Cela transforme notre pays en Union Soviétique”/Des milliers de personnes infectées par une bactérie après une fuite dans une usine pharmaceutique chinoise

Facebook et d’autres géants de la technologie se sont engagés dans un schéma troublant de censure des discours entourant les questions majeures du débat sur le coronavirus, a affirmé l’animateur de Fox News, Tucker Carlson, lors de son monologue de mercredi soir.

Les commentaires de Carlson sont arrivés après que Facebook a apposé une étiquette d’avertissement sur la vidéo de son interview de mardi avec la Dre Li-Meng Yan, virologue chinois, qui a prétendu avoir des preuves montrant que la Chine a “intentionnellement” répandu le COVID-19 à la population générale.

“Quelques heures après son interview hier soir,” a déclaré Carlson, “une vidéo de ce segment a attiré 1,3 million de personnes sur Facebook.”

“Et pourquoi pas ? La pandémie de coronavirus a touché la vie de chaque Américain. Et à juste titre, les gens veulent savoir d’où elle vient. Mais Facebook ne veut toujours pas que vous le sachiez.”

“Donc Facebook a supprimé la vidéo, probablement au nom du gouvernement chinois. Les dirigeants de Facebook ont rendu plus difficile pour les utilisateurs de regarder notre segment. Ceux qui ont trouvé la vidéo ont dû passer outre un avertissement selon lequel l’interview ‘propage des informations sur COVID-19 que des vérificateurs de faits indépendants disent être fausses’”, a-t-il ajouté.

“Instagram, dont Facebook est également propriétaire, a fait la même chose. Twitter a entièrement suspendu le compte de la Dre Yan. Le média social n’a pas expliqué pourquoi…”

“Les entreprises technologiques n’ont pas non plus expliqué comment elles en sauraient plus sur la transmission des maladies qu’un virologue titulaire d’un doctorat en médecine comme la Dre Li-Meng Yan. Au lieu de cela, Facebook et Instagram ont établi un lien avec trois soi-disant vérificateurs des faits qui auraient prouvé que Yan mentait.”

“Mais si vous avez cliqué sur les liens fournis, vous avez remarqué quelque chose d’étrange. Les vérifications des faits ont toutes été publiées il y a plusieurs mois, en janvier, février et mars, et elles n’avaient rien à voir avec ce que la Dre Li-Meng Yan a dit dans notre émission… L’une des vérifications des faits attaque une affirmation sans aucun rapport, à savoir que le virus a été breveté et qu’un vaccin a été préparé et prêt à l’emploi.”

“Qu’est-ce que cela a à voir avec l’interview que nous avons faite hier soir ? Personne ne nous le dira. La vérité, et vous le savez si vous avez bien regardé, c’est que les experts se sont souvent trompés tout au long de cette pandémie … Ils ont changé leurs prescriptions à de nombreuses reprises”.

Carlson a fait valoir que la solution pour que les experts soient faillibles était davantage de discours.

“La solution à ce problème séculaire, et nous avions l’habitude de le comprendre intuitivement, c’est d’avoir des voix plus informées dans la conversation. C’est comme ça que l’on prend des décisions sages, que l’on arrive à la vérité. La diversité des points de vue. Facebook n’y croit pas”, a-t-il déclaré.

“Ils croient en la censure. La censure ne nous rend pas plus sages. Elle ne nous rend pas mieux informés. Si c’était le cas, nous parlerions en russe en ce moment même, l’Union soviétique dirigerait le monde. Cela aurait fonctionné. Mais au lieu de cela, l’Union soviétique a disparu. Elle s’est effondrée sous le poids de ses propres absurdités – absurdités favorisées par la censure. Et c’est la leçon la plus fondamentale des dictatures, de toutes les dictatures. Tout ce qui est construit sur des mensonges s’effondre avec le temps.”

Carlson a également défendu Yan et ses recherches.

“Le COVID-19 ne vient pas de la nature”, a-t-elle dit. “Il a été créé dans un laboratoire à Wuhan, en Chine. Le gouvernement chinois l’a délibérément lancé sur le monde. Ce sont ses revendications. Sont-elles vraies ? Nous n’avons aucun moyen de les vérifier. Nous savons que la Dre Li-Meng Yan n’est pas une faussaire”, a déclaré Carlson.

“Elle est l’auteur d’articles sur la transmission des coronavirus dans les magazines Nature et The Lancet. Ce sont deux des publications les plus respectées de toute la science. Son article sur l’origine du COVID-19, qu’elle a publié en ligne, n’est pas frivole. Elle y présente des preuves spécifiques pour les affirmations qu’elle fait. Elle identifie des sites dits ‘coupés’ qui sont fréquemment utilisés en ingénierie génomique et qui permettraient aux scientifiques d’échanger des séquences d’autres virus pour créer ce qu’elle a décrit hier soir comme une arme biologique de type monstre de Frankenstein”.

Source : Tucker Carlson condamne la censure de la virologiste chinoise sur Facebook : “Cela transforme notre pays en Union Soviétique”

Des milliers de personnes infectées par une bactérie après une fuite dans une usine pharmaceutique chinoise

Ils n’ont pas réussi à désinfecter les gaz résiduaires, qui ont infecté des milliers de personnes dans la région.

Des milliers de personnes dans le nord-ouest de la Chine ont attrapé une maladie bactérienne après qu’une fuite ait provoqué une épidémie chez un biopharmaceutique l’année dernière, rapporte CNN.

Selon les médias locaux, plus de 3 000 personnes dans la capitale de la province du Gansu ont contracté la brucellose, une maladie généralement associée au bétail porteur de la bactérie brucella.

La brucellose est également connue sous le nom de fièvre de Malte ou mélitococcie et peut être attrapée en mangeant des aliments contaminés ou en respirant la bactérie. Les symptômes comprennent des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fièvre et de la fatigue. Certains symptômes peuvent persister « pendant de longues périodes »selon les CDC« D’autres peuvent ne jamais disparaître ou se reproduire. »

Le profil d’infection de la bactérie est extrêmement différent de celui du COVID, qui semble également être apparue en Chine l’année dernière. Brucella est une bactérie plutôt qu’un virus, elle est rarement mortelle et ne se propage presque jamais d’une personne à l’autre. Et heureusement, aucun décès n’a été signalé au cours de cette épidémie.

Les États-Unis ont connu leurs propres épisodes de brucellose, ce qui a coûté des milliards de dollars à l’industrie de l’élevage pour l’éradiquer du bétail, en particulier des bisons dans la région du Grand Yellowstone.

Selon les autorités locales de Lanzhou, les ouvriers de l’usine n’ont pas réussi à désinfecter les gaz résiduaires, le vent les ayant transportés jusqu’à l’Institut de recherche vétérinaire de Lanzhou, où l’épidémie a été signalée pour la première fois en novembre.

Au moins 181 personnes de l’institut ont attrapé le virus très tôt, selon le site d’information de l’État Xinhua.

Les autorités ont révoqué les licences de production des vaccins, y compris l’approbation de deux vaccins contre la brucellose, à l’usine en janvier, rapporte CNN. Les huit personnes jugées responsables de l’événement ont été « sévèrement punies », selon des excuses publiques présentées par l’usine.

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

« Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur. » Paul VALERY

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s