REBLOG

Cette élection US n’est pas terminée… Et les médias le savent/Trump, la fraude et la vérité des faits (Antonin Campana)

Cette élection n’est pas terminée… Et les médias le savent

PAR JADE · PUBLIÉ 9 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 9 NOVEMBRE 2020

Comme beaucoup, j’ai passé les dernières nuits à me réveiller à 2h03 du matin, sans raison, puis à regarder mon téléphone pour avoir des nouvelles, n’importe lesquelles, qui pourraient être positives pour le président Trump. J’ai survécu grâce à Rush, Bongino, Mark Levin. Quand les nouvelles ont continué à être mauvaises, j’ai même vérifié sur des blogs ridicules qui promettaient que les bulletins de vote étaient en filigrane et que D.J. (notre nom pour un président que nous aimons) lançait en fait une attaque contre l’Etat Profond.

C’en est déjà assez. Cessez la folie.

Hé, j’ai un diplôme en statistiques et j’ai un certain niveau de pensée critique. S’il y a un tel pessimisme dans ma tribu, je n’irai pas.

Alors aujourd’hui, j’ai commencé à creuser dans les chiffres, et comme je l’ai fait, j’ai combattu mon préjugé de confirmation à chaque étape.

J’ai réalisé que, comme des millions d’autres, j’avais été plongé dans le découragement par l’écrasante pression exercée par la presse, les médias, les médias sociaux pour certifier le président élu Biden. (J’ai mis ça là-dedans pour que vous puissiez voir à quel point c’est repoussant).

Hé les gars, non seulement ce n’est pas fini, mais c’est effrayant pour Biden. Je veux dire vraiment effrayant, et surtout, les médias le savent. Ainsi, la ruée pour que tout le monde s’aligne sur le récit qu’un ex vice-président de 78 ans, atteint de démence précoce, qui ne pouvait pas attirer une foule de plus d’une douzaine de personnes, vient de battre D.J. lors d’une élection équitable.

Réfléchissez à cela un instant.

Commençons avec la Pennsylvanie. Biden, au moment où nous écrivons ces lignes, est à 290 voix du collège électoral. La Pennsylvanie en compte 20.

J’ai lu l’avis du juge Alito, et il est assez clair qu’il veut que les votes d’après l’élection de 20 heures soient séparés pour une raison. Biden va perdre à la Cour suprême, et ils le savent. Quatre juges ont déjà déclaré que la Cour suprême de Pennsylvanie ne peut pas ajuster les règles de vote. Une nouvelle venue, la juge Barrett, dit qu’elle est là pour appliquer les règles de la Constitution. OK, on parie qu’elle les applique ?

Retirez les bulletins de vote d’après 20h, et Biden perd la Pennsylvanie. Biden à 270 voix du collège électoral donc.

Penchons-nous sur le Nevada. J’ai beaucoup d’amis en Californie qui ont des appartements dans le Nevada pour échapper aux impôts de l’État. Il n’y a pas un couple de personnes qui font cela ; il y en a des dizaines de milliers. Tout le monde le sait, et la Californie les recherche.

Notre vieux copain Harry Reid le sait aussi et il les fait apparemment voter en masse lors de cette élection. Ce n’est probablement pas une grande circonscription de D.J. Dans les 72 heures suivant l’élection, l’équipe de Trump a trouvé, validé plus de 3 500 d’entre eux. Je ne pense pas que les gens de Trump aient cessé de compter.

Chacun d’entre eux est une réduction des votes pour Biden.

Le Nevada, dès maintenant, est à la portée de D.J. et de l’équipe de Trump – surtout quand la populace californienne est réduite. Et quelques-uns d’entre eux pourraient témoigner, car un faux vote est une très mauvaise chose, avec une peine de prison en cas de condamnation. Peut-être une affaire plus importante ici.

Rappelez-vous où nous sommes, les gens. Biden en est à 270 après une décision très probable de la Cour suprême (lire Alito et opinions concordantes).

Perdre le Nevada, c’est perdre l’élection.

Mais attendez : il y a mieux.

Allons visiter le Wisconsin. En ce moment, il y a 20 000 votes en faveur de l’oncle Joe. Beaucoup d’histoires circulent, bien en dessous du pli de Google, selon lesquelles il y a bien plus de votes au Wisconsin qu’il n’y a d’électeurs inscrits. OK, peut-être que les morts peuvent voter là-haut – probablement un truc du Midwest.

Eh bien, la nuit dernière, nous avons découvert que les greffiers électoraux du Wisconsin ont reçu l’ordre, et ont suivi la directive, de modifier les bulletins de vote par correspondance et de remplir les blancs où les témoins ont omis des informations cruciales.

Je suis sûr que c’était juste une question de bon service à la clientèle et qu’ils ne voulaient pas faire de mal. Le problème, c’est que tous ces bulletins sont maintenant cuits.

Il y a eu des “milliers” de votes à première vue erronés de ce type. Oups. Augmentez cela à 20 000 – ce chiffre est maintenant remis en question. Chaque bulletin éliminé par l’équipe de D.J. rapproche le président élu Biden de l’ancien vice-président Biden, qui vit dans un sous-sol. La situation n’est pas bonne ici.

Et en Caroline du Nord ? On dirait bien que c’est fini et que D.J. l’a remportée. La rumeur veut que Fox News dira que Trump a été vainqueur dans cet Etat vers avril 2021.

Rappelez-vous où nous sommes. Biden va probablement perdre la Pennsylvanie, alors s’il perd ne serait-ce qu’un seul État, ne serait-ce qu’un seul vote du Collège électoral, aïe !

Soit D.J. gagne carrément, soit il va à la Chambre, ce qui signifie que D.J. a encore quatre ans.

Nous n’avons pas encore fini.

Le Michigan. Oh, oui, le pays des “pépins” dans les machines à voter. Six mille votes pour Trump donnés à Biden dans l’un des 47 comtés où ce logiciel est utilisé. Environ 150 000 votes en faveur de Biden en ce moment.

Allez sur Google et cherchez pour les 130 000 votes de Biden qui sont apparus au milieu de la nuit, et vous pouvez voir comment les gens merveilleux de Google vérifient les faits de cette histoire “débunkée”. En fait, pour le plaisir, cherchez sur Google “fraude vote Michigan”, et vous obtenez littéralement trois pages de “cela a été factchecké et s’est avéré être faux”. Pourquoi Google serait-il si assidu ?

Ils voient aussi que si Amy vote avec les quatre, Biden est à un vote de la cave.

Des poursuites sont en cours dans le Michigan et dans les autres États, et la découverte aura lieu. Google ne sera pas présent.

La fraude électorale est un peu comme un vol. Un peu, c’est bien. C’est même un peu divertissant.

Les morts votent depuis une centaine d’années dans les villes démocrates. C’est une constante telle que l’on pourrait penser que le parti républicain envisagerait un programme de sensibilisation des électeurs morts pour obtenir leur participation.

Mais une fraude électorale de cette ampleur n’est tout simplement pas viable. Elle ne passe pas le test du bon sens.

Nous avons des blogueurs qui ont beaucoup de temps pour parcourir les listes électorales et montrer que les personnes qui ont voté dans un État charnière ont également participé à la guerre civile ou peut-être à la guerre de 1812. C’était drôle au début, mais le nombre impressionnant de blogueurs va maintenant au-delà de l’humour et nous le placarde en plein visage.

Je pense que D.J. doit faire basculer un État. En fait, un vote électoral. Non seulement ce n’est pas fini, mais l’équipe de Biden doit être en sueur.

La fraude électorale à cette échelle semblait être une idée vraiment cool jusqu’à ce que D.J. entre dans la mêlée. Maintenant qu’il se bat un électeur à la fois, avec la Cour suprême susceptible de fixer le point de départ de Biden à 270 votes du collège électoral, Biden a tout à perdre.

Que les festivités commencent !

Traduction de AmericanThinker.com par Aube Digitale

Trump, la fraude et la vérité des faits

Publié par Antonin Campana sur 8 Novembre 2020, 

Trump, la fraude et la vérité des faits

 

A l’heure où nous écrivons, les Etats-Unis subissent un véritable coup d’Etat ! La fraude électorale est indéniable et massive (scrutateurs républicains interdits d’accès aux bureaux de dépouillement, votes par correspondance à 99% démocrates, arrêt brutal du comptage des votes en attendant l’arrivée de camions miraculeusement chargés de bulletins 100% démocrates, votes des morts et des immigrants, etc.).

La fraude en question est une œuvre collective. Elle unit les sondeurs (les sondages bidons ont justifié par avance l’élection de Biden), les GAFA et les réseaux sociaux ( censure des tweets de Trump, censures sur Facebook, Youtube…), les médias (qui sont allés jusqu’à couper d’antenne et « corriger » les propos du président des Etats-Unis, « l’homme le plus puissant du monde », dit-on !), les barons républicains (qui lâchent Trump avant même la fin des dépouillements), le parti démocrate bien sûr, mais aussi les Antifas et le mouvement BLM qui tiennent les rues (des villes), sans oublier les juges (y compris peut-être, l’avenir le dira, les juges républicains de la Cour suprême). Tout ce petit monde agit en système pour que les choses reviennent comme avant. Avant Trump.

N’allons pas croire que le coup d’Etat en question, qui vise seulement à enlever un caillou dans la chaussure des oligarques, ait commencé il y a quelques semaines seulement. Il a été préparé dès l’élection de Trump, en 2016. Dès ce moment en effet, il n’a plus été question dans les médias que des mensonges et des « fake news » de Trump, il n’a pas plus été question que de destituer Trump (voir de le tuer), il n’a plus été question que du Russiagate et de l’Ukrainegate, etc… On nous a dépeint un Trump immoral, cynique, malhonnête, arriviste, sans principe, raciste, prêt à tout pour réussir et incapable d’accepter la défaite. En bref, on nous a préparé à « comprendre » l’intolérable réaction de Trump face au résultat des élections. Autrement dit, on nous a préparé à valider le coup d’Etat.

Tout cela pose la question du discours médiatique partisan, de la « vérité objective » qui contredit celui-ci, et de la fraude.

Un sondage du 02 novembre nous apprend que 85% des Français sont hostiles à Donald Trump (82% des Français souhaitent la victoire de Biden). Aux Etats-Unis, par contre, 50% des Américains sont favorables à Trump (et 50% à Biden). D’où vient cet écart, important, de 35% ?

L’explication est simple. En France, les Français ne peuvent juger de Trump qu’en fonction du discours des médias officiels. Or, ce discours est totalement anti-Trump. En revanche, aux Etats-Unis, la population peut juger de Trump en fonction de deux sources : d’une part le discours des médias-Systèmes et d’autre part l’expérience de la « vérité objective ».

Le discours des médias-Système est le même qu’en France. Il est donc caricaturalement négatif. La « vérité objective », quant à elle, est ce que les gens perçoivent de l’action concrète de Trump dans les faits (et non dans la représentation-Système des faits) : dans les faits, Trump a-t-il agi malhonnêtement ? Est-il raciste ? A-t-il donné du travail aux gens ? A-t-il amélioré la situation des Américains ? Etc.

Il apparaît donc nettement que la perception de la vérité objective favorise Trump aux Etats-Unis (50% d’opinions favorables) et que l’ignorance de la vérité objective le desserve en France (15% d’opinions favorables). Au contraire des Américains, en effet, les Français en sont réduits à juger de Trump à partir seulement de ce que les médias-Système leur racontent sur Trump. En France, l’information est unanimement anti-Trump et ne peut-être contredite ou nuancée par une réalité dont on aurait fait l’expérience ou dont on aurait une connaissance de « première main » ! Ce n’est bien sûr pas le cas aux Etats-Unis.

Aux Etats-Unis, où les faits sont objectivement perceptibles, le discours médiatique anti-Trump semble inopérant sur 50% de la population, alors qu’en France, où la vérité objective n’est pas directement perceptible, le discours médiatique anti-Trump est bien plus efficace puisqu’il est inopérant sur seulement 15% de la population. Notons ici, entre parenthèses, que l’impact du discours médiatique anti-Trump est quasiment le même dans tous les pays, dès lors que la population n’a pas accès à la vérité objective (84% des Allemands, 79% des Espagnols, 73% des Britannique et 68% des Italiens ont une mauvaise opinion de Trump).

Si l’on excepte la proportion de la population qui est réfractaire à toute propagande et qui s’informe sur des médias alternatifs (en France 15%), proportion qui doit se retrouver aussi aux Etats-Unis, alors il faut convenir que le discours médiatique a eu une influence déterminante sur le choix des électeurs américains. Le fait que de nombreux électeurs aient refusé de dire aux sondeurs  qu’ils voteraient pour Trump en dit long sur la terreur que génère ce discours à sens unique. On peut supposer qu’une information objective et neutre, depuis 2016, aurait sans aucun doute fait largement basculer le résultat en faveur de Trump. Si 15% des électeurs sont insensibles aux manipulations, quelle que soit l’intensité de celles-ci, si 50% des électeurs passent outre les discours médiatiques partisans quand la vérité objective les contredit, quel aurait été le pourcentage de ceux qui auraient voté pour Trump si le discours médiatique avait été impartial et équitable : 60%, 75% ?

Le discours-Système, qui se moque de la vérité objective et ne laisse entendre qu’un récit narratif orienté, est donc très puissant puisqu’il détermine les opinions de la moitié des électeurs aux Etats-Unis.

Dans le cadre d’une « démocratie », un tel discours-Système constitue donc en lui-même une fraude électorale !

Quoi qu’il en soit, Donald Trump pouvait difficilement surmonter à la fois quatre année de discours-Système ralliant contre lui 50% de la population et une fraude massive permettant de faire pencher la balance en faveur de Biden.

Trump a probablement perdu l’élection. Dans les semaines qui viennent Trump tentera sans doute de se rattacher à la « vérité objective ». Il dénoncera la dictature du discours médiatique (ce qu’il fait déjà) et fera connaître la fraude (ce qu’il tente déjà de faire). Cela suffira-t-il ?

Antonin Campana

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s