REBLOG

Le Vatican affirme que l’utilisation de vaccins Covid-19 fabriqués à partir de tissus fœtaux avortés dans les années 1960 est éthique/Le pape François va être injecté avec le vaccin de Pfizer contre le coronavirus

Le Vatican affirme que l’utilisation de vaccins Covid-19 fabriqués à partir de tissus fœtaux avortés dans les années 1960 est éthique

23 DÉCEMBRE 2020 ASR

La Congrégation du Vatican pour la doctrine de la foi (CDF) a déclaré dans un communiqué publié lundi qu’il était éthique pour les catholiques romains d’utiliser des vaccins contre les coronavirus qui ont utilisé des lignées cellulaires provenant de fœtus avortés.

Dans le document approuvé par le Pape François le 17 décembre, la congrégation doctrinale a déclaré que tous les vaccins reconnus comme cliniquement sûrs et efficaces peuvent être utilisés, « avec la certitude que l’utilisation de ces vaccins ne constitue pas une coopération formelle avec l’avortement ».

L’Église catholique approuve l’utilisation de vaccins produits avec des lignées cellulaires provenant de deux fœtus avortés dans les années 1960, a déclaré Vatican News.

Il est moralement acceptable de recevoir des vaccins Covid-19 qui ont utilisé des lignées cellulaires provenant de fœtus avortés dans leur processus de recherche et de production.

La « Note sur la moralité de l’utilisation de certains vaccins anti-Covid-19 » arrive au moment où les vaccinations commencent dans de nombreux pays et vise à dissiper les doutes. Toutefois, elle n’a pas pour but de « juger de la sécurité et de l’efficacité » des vaccins et se concentre sur les aspects moraux.

Notant qu’un grave danger existe sous la forme d’une « propagation incontrôlable d’un agent pathologique grave », la FDC a souligné que la vaccination n’est pas une obligation morale et doit être volontaire. Mais elle a déclaré : « En l’absence d’autres moyens pour arrêter ou même prévenir l’épidémie, le bien commun peut recommander la vaccination, en particulier pour protéger les plus faibles et les plus exposés ».

L’industrie pharmaceutique et les gouvernements doivent veiller à ce que des vaccins efficaces et éthiquement acceptables soient accessibles aux pays les plus pauvres, a-t-elle ajouté.

Le pape François, qui a condamné le « nationalisme vaccinal », a exhorté les chefs d’État à « garantir l’accès aux vaccins Covid-19 et aux technologies essentielles nécessaires pour soigner les malades, les pauvres et les plus vulnérables ».

Source : RT – Traduit par Anguille sous roche

Le pape François va être injecté avec le vaccin de Pfizer contre le coronavirus

ROME – Le Vatican a annoncé que le pape François recevra en janvier le vaccin contre le coronavirus de Pfizer, qui sera également mis à la disposition des 800 habitants et près de 3 000 travailleurs de la petite ville-état.

Le Vatican lancera son programme de vaccination contre le coronavirus au cours du premier trimestre 2021, ce qui permettra également au pape de se rendre en Irak en toute sécurité en mars. La vaccination ne sera pas obligatoire pour les travailleurs et les résidents du Vatican, a indiqué le chef du département de la santé du Vatican, Andrea Arcangeli, mais sera mise à la disposition de tous ceux qui souhaitent la recevoir.

Le pape a souvent parlé du vaccin, soulignant la nécessité de veiller à ce qu’il parvienne aux groupes qui en ont le plus besoin.

En septembre, François a appelé à une distribution universelle des vaccins contre les coronavirus, insistant sur le fait que les personnes “les plus riches” ne devraient pas être les premières à les recevoir.

“L’expérience récente de la pandémie, en plus d’une urgence sanitaire majeure dans laquelle près d’un million de personnes sont déjà mortes, se transforme en une grave crise économique, donnant encore naissance à des personnes et des familles pauvres qui ne savent pas comment aller de l’avant”, a déclaré le pape.

“Alors que l’aide caritative est mise en œuvre, il s’agit aussi de lutter contre cette pauvreté pharmaceutique, notamment avec une large diffusion de nouveaux vaccins dans le monde”, a-t-il poursuivi. “Je répète qu’il serait triste que les personnes les plus riches aient la priorité lors de la distribution du vaccin, ou que ce vaccin devienne la propriété de telle ou telle nation et ne soit plus pour tout le monde”.

“Il doit être universel, pour tout le monde”, a-t-il dit.

Le pape a répété que dans la course à la production d’un vaccin contre les coronavirus, les résultats positifs doivent être partagés par tous.

“Ceux qui vivent dans la pauvreté sont pauvres en tout, y compris en médicaments, et leur santé est donc plus vulnérable”, a déclaré François. “Il y a parfois le risque de ne pas pouvoir être soigné par manque d’argent, ou parce que certaines populations du monde n’ont pas accès à certains médicaments”.

“Sur le plan éthique, s’il y a la possibilité de guérir une maladie avec un médicament, celui-ci devrait être disponible pour tous, sinon une injustice est créée”, a-t-il déclaré. “Trop de gens, trop d’enfants meurent encore dans le monde parce qu’ils ne peuvent pas avoir un médicament ou un vaccin disponible dans d’autres régions”.

Selon une enquête réalisée en septembre par le Pew Research Center, près de la moitié de la population américaine n’accepterait pas un vaccin contre les coronavirus si celui-ci devenait disponible.

“Environ la moitié des adultes américains (51%) déclarent aujourd’hui qu’ils recevraient certainement ou probablement un vaccin pour prévenir le COVID-19 s’il était disponible aujourd’hui ; presque autant (49%) disent qu’ils ne seraient certainement ou probablement pas vaccinés à l’heure actuelle”, a déclaré le Pew. “L’intention de se faire vacciner contre le COVID-19 a chuté de 72% en mai, soit une baisse de 21 points de pourcentage”.

Lundi dernier, les dirigeants de la Conférence des évêques américains ont publié une déclaration controversée déclarant qu’il était de la “responsabilité morale” de chacun de se faire vacciner contre le coronavirus.

Les évêques n’ont pas dit si cette même obligation morale existe dans le cas de tous les vaccins contre une maladie éventuelle, ni comment déterminer quels vaccins sont moralement obligatoires et lesquels ne le sont pas.

Dans leur déclaration, les évêques ont spécifiquement abordé le cas du vaccin Pfizer, déclarant qu’au vu de la gravité de la pandémie actuelle et du manque de disponibilité de vaccins alternatifs, les raisons d’accepter le nouveau vaccin contre le COVID-19 de Pfizer sont “suffisamment sérieuses” pour justifier son utilisation, malgré son “lien distant avec des lignées cellulaires moralement compromises”.

Au début des essais, le vaccin Pfizer/BioNTech a été testé sur des lignées cellulaires produites à partir de cellules provenant à l’origine d’un fœtus avorté. Cependant, le vaccin ne fait pas partie de ceux qui utilisent des lignées cellulaires issues d’un avortement dans le processus de fabrication.

Traduction de Breitbart par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. Tentative sournoise de corruption pour nous forcer à participer à l’iconoclasme.
    Heure cruciale du choix ; croisée des chemins ;
    la terreur suggérée, puis subie, outrepassée ou irréelle, acculera chacun en face de sa propre nature, peut être essence, pour certains.
    poison de l’âme ajouté au plus que poison ( corporel et mental) du vaccin matériel. …

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s