REBLOG

Article du Jour : La vision dystopique de H.G. Wells prend vie avec l’agenda du Grand Reset Par Matthew Ehret

La vision dystopique de H.G. Wells prend vie avec l’agenda du Grand Reset

26 DÉCEMBRE 2020 ASR

Dans La machine à voyager dans le temps, la société, un million d’années dans le futur, a évolué en deux espèces distinctes appelées Morlocks et Eloi.

Les Morlocks représentent les vilains producteurs sales qui, à l’ère du futur, vivent tous sous terre et dirigent la production mondiale. Les Eloi sont le résultat de la consanguinité de l’élite, qui à cette époque sont des Aryens simples d’esprit, vivant en surface dans l’oisiveté et ne consommant que ce que les Morlocks produisent. Quel était le compromis ?

Les Morlocks s’élèvent périodiquement au-dessus du sol dans des groupes de chasseurs pour enlever et manger des Eloi sans méfiance dans ce cercle vicieux de vie symbiotique.

Cette célèbre histoire a été écrite en 1893 par un jeune écrivain britannique dont les idées et le travail de pionnier ont façonné de nouvelles techniques de guerre culturelle qui ont profondément marqué les 130 années suivantes de l’histoire humaine. Ces idées ont conduit à l’innovation de nouvelles techniques de « programmation prédictive », et à la guerre psychologique de masse. Contrairement à la vision optimiste de l’humanité et du potentiel futur envisagé par le grand écrivain de science-fiction Jules Verne plus tôt, les contes misanthropes de Wells ont eu pour effet de réduire le potentiel créatif et l’amour de l’humanité que l’œuvre de Verne a éveillé.

Pour reformuler la technique plus clairement : En façonnant l’imagination de la société du futur et en intégrant les résultats existentiels/nihilistes dans ses intrigues, Wells a réalisé que l’ensemble de l’esprit de l’humanité pouvait être affecté à un niveau plus profond que ne le permettait la simple raison consciente. Depuis qu’il a mis son poison dans le tissu de la « fiction », les esprits de ceux qui recevaient ses récits se sont trouvés désengagés de leurs facultés de pensée critique et ont simplement accueilli dans leur inconscient tous les chevaux de Troie incorporés dans les histoires. C’est une idée utilisée depuis plus d’un siècle par les ingénieurs sociaux et les agences de renseignement dont le but a toujours été l’asservissement volontaire de tous les peuples de la terre.

Bien qu’il soit surtout connu pour des œuvres de fiction telles que La guerre des mondesLa Destruction libératriceL’homme invisibleL’île du docteur Morrow et La machine à voyager dans le temps, les écrits de Wells, moins connus, comme La Conspiration au grand jourLe nouvel ordre mondialLes grandes lignes de l’histoireLa science de la vie et Le cerveau mondial ont servi de guide stratégique pour toute la guerre du XXe siècle contre les États nations souverains et l’idée même d’une société fondée sur le principe de l’humanité faite à l’image de Dieu.

La révolution de Thomas Huxley

Les membres de l’oligarchie centrée sur Londres à laquelle Wells s’était consacré dès son plus jeune âge s’étaient retrouvés coincés dans une ornière au tournant du XIXe siècle. Ces familles consanguines et ces serviteurs qui dirigeaient l’Empire britannique mourant étaient depuis longtemps incrustés dans les vices de la décadence, au moment où un jeune homme de faible éducation et de grand talent a surgi au milieu des ghettos londoniens pour traiter les patients atteints de syphilis en tant qu’assistant du chirurgien. Ce jeune chirurgien s’appelait Thomas Huxley.

Huxley possédait un esprit sardonique, une profonde misanthropie et une intelligence qui furent rapidement découverts par de puissants mécènes. Vers le milieu de la vingtaine, ce jeune homme se retrouva une étoile montante à l’Académie royale des sciences de Grande-Bretagne. Il y devient rapidement une force créative de premier plan, façonnant le puissant X Club britannique, servant de bouledogue à Darwin pour promouvoir des débats populaires où il se met en scène contre des membres littéralement opposés du clergé. Dans ces débats, il a défendu l’interprétation de l’évolution de Darwin, liée au chaos. Il a également fondé le magazine Nature comme instrument de propagande qui a été utilisé pour faire respecter le consensus scientifique favorable à un empire mondial jusqu’à ce jour.

Huxley a choisi ses adversaires avec soin, s’assurant qu’il pouvait facilement et publiquement effacer les arguments du clergé anglican simple d’esprit, et ainsi convaincre tous les spectateurs que le seul choix qu’ils avaient pour rendre compte de l’évolution des nouvelles espèces était soit le créationnisme biblique littéral, soit sa marque d’évolution darwinienne. Les nombreuses théories scientifiques alternatives du XIXe siècle (comme celles que l’on trouve dans les ouvrages de Karl Ernst von Baer, Georges Cuvier, Lamarck et James D. Dana) qui rendaient compte à la fois de l’évolution des espèces et des harmoniques de toutes les parties d’un tout, ainsi que des sauts créatifs, ont été oubliées au milieu de cette fausse dichotomie que cet auteur a déballé dans une récente interview.https://www.youtube.com/embed/5yAitkCMvP0

Wells reprend le flambeau de Huxley

Au cours de ses dernières années, Huxley a été le mentor d’un jeune H.G. Wells, ainsi que de toute une génération de nouveaux praticiens impériaux des arts de l’ingénierie sociale (et du darwinisme social). Cette ingénierie sociale a rapidement pris la forme de l’eugénisme de Galton, qui est rapidement devenu une science acceptée et pratiquée dans tout le monde occidental.

Wells était lui-même le fils d’un modeste jardinier, mais, comme Huxley, il faisait preuve d’un fort esprit misanthrope, d’une passion et d’une créativité qui manquaient à la haute noblesse, et il fut donc élevé des rangs inférieurs de la société à l’ordre de la gestion oligarchique dès les années 1890. En ce moment de grand potentiel – et, on ne le répétera jamais assez, l’ordre oligarchique qui s’était montré trop confiant pendant plus de 200 ans d’hégémonie a été pétrifié de voir les nations de la terre se libérer rapidement de cette hégémonie grâce à la diffusion internationale du système américain de Lincoln en Allemagne, en Russie, au Japon, en Amérique du Sud, en France, au Canada et même en Chine avec la révolution républicaine de Sun Yat-sen en 1911.

Comme l’explique Cynthia Chung dans « Why Russia Saved the USA », l’oligarchie ne semblait plus avoir la vitalité créative et la sophistication nécessaires pour éteindre ces flammes révolutionnaires.

Wells a décrit ce problème dans les termes suivants :

« La contraction indéniable de la perspective britannique au cours de la première décennie du nouveau siècle est une contraction qui a exercé mon esprit de façon très importante… Peu à peu, la croyance en la possibilité d’un leadership mondial de l’Angleterre a été dégonflée par le développement économique de l’Amérique et l’audace militante de l’Allemagne. Le long règne de la reine Victoria, si prospère, progressiste et sans effort, avait produit des habitudes d’indolence politique et d’assurance à bon marché. En tant que peuple, nous étions sortis de l’entraînement, et lorsque le défi de ces nouveaux rivaux s’est ouvert, il nous a tout de suite coupé le souffle. Nous ne savions pas comment le relever… »

La science du contrôle de la population avancée par Huxley, Galton, Wells, Mackinder, Milner et Bertrand Russell était la base d’un nouveau sacerdoce scientifique et d’un « gouvernement mondial » qui mettrait un terme au déséquilibre saisissant déclenché par la propagation électrique des États-nations souverains, le protectionnisme et l’engagement en faveur du progrès scientifique et technologique.

Fabians, tables rondes et club de Londres : De nouveaux groupes de réflexion émergent

H.G. Wells, Russell et d’autres premiers ingénieurs sociaux de ce nouveau sacerdoce se sont organisés en plusieurs groupes de réflexion interconnectés connus sous le nom de 1) la Fabian Society of Sidney et Beatrice Webb qui fonctionnait par l’intermédiaire de la London School of Economics, 2) le Round Table Movement lancé par les fortunes laissées à la postérité par le magnat raciste du diamant Cecil Rhodes qui a également donné naissance au Rhodes Trust, et les programmes de bourses Rhodes établis pour endoctriner les jeunes talents dans les salles d’Oxford, et enfin 3) le Co-Efficients Club of London. Comme l’a fait remarquer le professeur Carol Quigley de Georgetown, dans son ouvrage The Anglo-American Establishment de 1981, les membres de ces trois organisations étaient pratiquement interchangeables.

Wells a décrit la montée de ces premiers groupes de réflexion et a documenté l’incapacité de l’élite intérieure à relever le défi de l’époque en disant :

« Notre classe dirigeante, protégée dans ses avantages par un snobisme universel, était large d’esprit, facile à vivre et profondément paresseuse… Notre libéralisme n’était plus une grande entreprise, il était devenu une indolence généreuse. Mais les esprits s’éveillaient à cela. À notre table du St Ermin’s Hotel, Maxse, Bellairs, Hewins, Amery et Mackinder se disputent, tous piqués par le petit mais humiliant récit des désastres de la guerre d’Afrique du Sud, tous sensibles à la menace de récession des entreprises, et tous profondément alarmés par l’agressivité navale et militaire de l’Allemagne. »

Craignant la perspective d’une alliance américano-russe-chinoise décrite en profondeur par Halford Mackinder et Lord Alfred Milner, membres de la table ronde de Fabian, la solution était simple : faire tomber l’échiquier et amener tout le monde à se massacrer. Des récits des efforts de l’impérialisme britannique pour orchestrer cette guerre ont été racontés dans de nombreux endroits, mais aucun aussi efficacement que le documentaire de 2008 sur 1932: Speak Not of Parties.

Au lendemain de la destruction qui a fait 9 millions de morts de toutes parts et ruiné d’innombrables vies, Wells, Russell et la Milner Roundtable sont devenus les principales voix pour un gouvernement mondial sous la Société des Nations (vers 1919) prônant un « cosmopolitisme éclairé » pour remplacer l’ère des « États-nations égoïstes ».

La bataille pour un gouvernement mondial

Une décennie après sa fondation, la Ligue a connu moins de succès que Wells et ses co-référents l’auraient souhaité, les nationalistes du monde entier reconnaissant la main maléfique de l’empire qui se cache derrière le langage apparent des « valeurs libérales et de la paix mondiale ». Sun Yat-sen, parmi beaucoup d’autres, était parmi les voix anti-Wellsian et a averti ses compatriotes chinois en 1924 de ne pas tomber dans ce piège en disant

« Les nations qui utilisent l’impérialisme pour en conquérir d’autres et qui essaient de conserver leurs positions privilégiées de seigneurs souverains du monde entier prônent le cosmopolitisme [alias : gouvernance mondiale/globalisation -ed] et veulent que le monde se joigne à elles… Le nationalisme est ce bien précieux par lequel l’humanité maintient son existence. Si le nationalisme se désintègre, alors lorsque le cosmopolitisme prospérera, nous ne pourrons pas survivre et nous serons éliminés. »

En réponse à cette résistance patriotique à travers le monde, une nouvelle stratégie a dû être concoctée. Celle-ci a pris la forme du livre de H.G. Wells, The Open Conspiracy: Blueprint for a World Revolution, publié en 1928. Ce livre peu connu a servi de guide pour le siècle suivant de grande stratégie impériale appelant à une nouvelle religion et à un nouvel ordre social mondial. Selon Wells :

« Les anciennes religions sont devenues peu convaincantes, peu substantielles et peu sincères, et bien qu’il y ait des indications claires d’une nouvelle foi dans le monde, elle attend toujours d’être incarnée dans des formules et des organisations qui la feront réagir efficacement sur les affaires humaines dans leur ensemble. »

Dans son livre, Wells souligne la nécessité d’un nouvel évangile scientifique pour remplacer les croyances judéo-chrétiennes du monde occidental. Ce nouvel évangile consiste en une série de tomes que lui et son collègue Julian Huxley ont composés, intitulés : 1) The Outline of History (1920) où Wells réécrit toute l’histoire en souhaitant que cette analyse remplace le livre de la Genèse, 2) The Science of Life (1930), co-écrit avec Sir Julian Huxley (petit-fils de Thomas Huxley qui a poursuivi la tradition familiale avec Aldous), et 3) The Work, Wealth and Happiness of Mankind (1932).

Une partie de cet immense projet de création d’une nouvelle religion synthétique cohérente pour réorganiser l’humanité a consisté à remodeler un darwinisme qui perdait la faveur de nombreux scientifiques des années 20. Ils reconnaissaient que ce darwinisme ne tenait pas compte des caractéristiques évidentes de la nature telles que la direction de l’évolution, l’esprit, l’intention, les idées et la conception.

Ce ré-emballage a pris la forme de la « Nouvelle synthèse évolutive » qui a tenté de sauver la théorie de Darwin et ses corollaires eugéniques en utilisant la doctrine de l’« Homme Oméga » du prêtre jésuite Pierre Teilhard de Chardin. Le système de Chardin a synthétisé les fondements des hypothèses darwiniennes en reconnaissant la direction de l’évolution, la possibilité de l’esprit et l’existence de l’esprit en tant que force de la nature. La légèreté destructrice de la main utilisée par Chardin était que toutes ces caractéristiques « transcendantes » de la conception – l’esprit, l’âme, la raison, etc : 1) liées à un point futur fini de non changement qui dominait et guidait tout changement apparent dans l’espace-temps de la vie, et 2) liant le monde de l’esprit et de la raison aux forces du monde matériel. Le remix de Chardin-Huxley-Wells a permis de maintenir la pertinence des lois de Darwin et de garder la science compatible avec les modes impériaux d’organisation sociale.

Exposant les objectifs de The Open Conspiracy, Wells écrit : « Premièrement, la nature entièrement provisoire de tous les gouvernements existants, et donc de toutes les loyautés qui y sont associées ; deuxièmement, l’importance suprême du contrôle de la population dans la biologie humaine et la possibilité qu’il nous offre de nous libérer de la pression de la lutte pour l’existence sur nous-mêmes ; et troisièmement, la nécessité urgente d’une résistance protectrice contre la dérive traditionnelle actuelle vers la guerre. »

En 1933, la Dictature des banquiers prévue, destinée à résoudre la grande dépression de quatre ans et organisée pendant les mois de la Conférence de Londres, était sur le point d’être sabotée par le président américain récemment élu, Franklin Delano Roosevelt. C’est alors que Wells a publié un nouveau manifeste sous la forme d’un livre de fiction intitulé Shape of Things to Come: The Ultimate Revolution. Ce livre (qui deviendra bientôt un film hollywoodien) a servi d’outil de programmation prédictive de masse pour présenter un monde détruit par des décennies de guerre mondiale, de pandémie et d’anarchie, toutes causées par… des États nations souverains.

La « solution » à ces âges sombres a pris la forme d’une société maçonnique d’ingénieurs sociaux qui descendaient des avions (Wells’ ‘Benevolent Dictatorship of the Air’) pour rétablir l’ordre sous un gouvernement mondial. Wells avait son personnage principal (un psychologue social) qui déclarait : « Pendant que le Conseil mondial se battait pour l’État mondial unifié, le contrôle de l’éducation remodelait l’humanité. » Les psychologues sociaux qui dirigeaient le gouvernement mondial « devenaient toute la littérature, la philosophie et la pensée générale du monde… l’âme raisonnante dans le corps de la race ».

Le plus grand problème à surmonter, selon Wells, était « la variabilité de la résistance mentale à la direction et les limites fixées par la nature à l’idéal d’un monde coopératif acquiescent ».

Le héros de Wells, Gustav de Windt, « préoccupé par ses gigantesques projets d’organisation mondiale, avait traité l’”esprit d’opposition” comme un mal pur, comme un vice à éviter, comme un problème dans la machine qu’il fallait minimiser le plus possible ».

En 1932, Wells a prononcé un discours à Oxford en faveur d’un ordre mondial dirigé par les fascistes libéraux, disant : « Je demande des fascistes libéraux, des nazis éclairés. » Ce n’était pas paradoxal quand on sait que la montée du fascisme n’a jamais été un phénomène « nationaliste » comme l’affirment les livres d’histoire populaires depuis des décennies, mais plutôt la conséquence artificielle d’une financière-oligarchie supranationale venue d’en haut qui voulait utiliser des « exécutants » pour plier leurs sociétés à une volonté supérieure.

Le cerveau mondial

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les idées de Wells avaient développé de nouvelles composantes insidieuses qui ont ensuite donné naissance à des mécanismes tels que Wikipédia et Twitter sous la forme de The World Brain (19937) où Wells préconise de réduire la langue anglaise à un « anglais de base » de 850 mots acceptés qui constitueraient une langue mondiale. Dans ce livre, Wells déclare que « les penseurs du type prospectif dont nous étudions actuellement les idées commencent à réaliser que la ligne la plus prometteuse pour le développement de notre intelligence raciale réside plutôt dans la création d’un nouvel organe mondial pour la collecte, l’indexation, la synthèse et la diffusion des connaissances, que dans le rafistolage du système universitaire très conservateur et résistant, de texture locale, nationale et traditionnelle, qui existe déjà. Ces innovateurs, qui sont peut-être des rêveurs aujourd’hui, mais qui espèrent devenir des organisateurs très actifs demain, projettent un organe mondial unifié, sinon centralisé, pour rassembler l’esprit du monde ».

En 1940, Wells écrit le Nouvel ordre mondial qui amplifie encore son message. En écrivant cela, il a coordonné ses efforts avec les nombreux Fabian et Rhodes Scholars qui avaient infiltré les établissements occidentaux de politique étrangère afin de façonner la structure mondiale de la guerre, mais surtout de l’après-guerre. Il s’agissait des réseaux qui détestaient Franklin Roosevelt, le vice-président Henry Wallace, Harry Hopkins et d’autres véritables « New Dealers » qui ne voulaient rien d’autre que détruire le colonialisme une fois pour toutes au lendemain de la guerre.

Wells insiste sur le fait que le « nouvel âge de la fraternité » qui doit guider les nouvelles Nations unies ne doit pas tolérer les États nations souverains comme l’a rêvé FDR (et comme cela a été formellement inscrit dans la Charte des Nations unies) mais doit plutôt être guidé par sa caste d’ingénieurs sociaux tirant les leviers de la production et de la consommation dans un système de « collectivisation » de masse disant :

« La collectivisation signifie la gestion des affaires communes de l’humanité par un contrôle commun responsable devant l’ensemble de la communauté. Elle signifie la suppression du “go-as-you-please” dans les affaires sociales et économiques tout autant que dans les affaires internationales. Elle signifie l’abolition pure et simple de la recherche du profit et de tout dispositif par lequel l’être humain s’efforce de parasiter son prochain. C’est la réalisation pratique de la fraternité des hommes par un contrôle commun. »

Si les contours de Wells ressemblent aux idées récemment rendues publiques par le Grand Reset du Forum économique mondial, ne soyez pas surpris.

La mort de Wells et la continuité d’une mauvaise idée

Avec la mort de Wells en 1946, d’autres Fabiens et ingénieurs sociaux ont poursuivi son travail pendant la guerre froide. L’une des principales figures ici est l’associé de Wells, Lord Bertrand Russell, qui a écrit en 1952 The Impact of Science on Society :

« Je pense que le sujet qui sera le plus important politiquement est la psychologie de masse (….). Son importance a été énormément accrue par le développement des méthodes modernes de propagande. Parmi celles-ci, la plus influente est ce que l’on appelle “l’éducation”. La religion joue un rôle, bien qu’en diminution ; la presse, le cinéma et la radio jouent un rôle croissant… on peut espérer qu’avec le temps, chacun pourra persuader n’importe qui de n’importe quoi s’il peut attraper le patient jeune et si l’État lui fournit de l’argent et du matériel. »

« Le sujet fera de grands progrès lorsqu’il sera abordé par des scientifiques sous une dictature scientifique. Les psychologues sociaux de l’avenir auront plusieurs classes d’écoliers sur lesquelles ils essaieront différentes méthodes pour produire une conviction inébranlable que la neige est noire. Différents résultats seront bientôt obtenus. D’abord que l’influence du foyer est obstructive. Deuxièmement, on ne peut pas faire grand-chose si l’endoctrinement ne commence pas avant l’âge de dix ans. Troisièmement, les vers mis en musique et entonnés à plusieurs reprises sont très efficaces. Quatrièmement, l’opinion selon laquelle la neige est blanche doit être considérée comme un goût morbide pour l’excentricité. Mais j’anticipe. Il appartient aux futurs scientifiques de préciser ces maximes et de découvrir exactement combien il en coûte par tête pour faire croire aux enfants que la neige est noire, et combien il en coûterait moins pour leur faire croire qu’elle est gris foncé. »

Bien que les corps de Wells, Russell et Huxley aient depuis longtemps pourri, leurs idées pourries continuent d’animer leurs disciples comme Sir Henry Kissinger, George Soros, Klaus Schwab, Bill Gates, Lord Malloch-Brown (dont l’inquiétante célébration du Coronavirus comme une occasion en or de restructurer enfin la civilisation) devrait concerner tout citoyen réfléchi. L’idée d’un « Grand Reset » exposée par ces porte-parole modernes des mauvaises idées de l’histoire ne signale rien de plus qu’un nouvel âge des ténèbres qui devrait retourner l’estomac de tout être moral.

Il est utile ici de garder à l’esprit les paroles de Kissinger qui avait canalisé le spectre de Wells en s’adressant à un groupe de technocrates à Evian, en France, en 1992 :

« Aujourd’hui, l’Amérique serait scandalisée si les troupes de l’ONU entraient à Los Angeles pour rétablir l’ordre. Demain, ils seront reconnaissants ! C’est particulièrement vrai si on leur disait qu’il y avait une menace extérieure, réelle ou promulguée, qui menaçait notre existence même. C’est alors que tous les peuples du monde plaideront pour les délivrer de ce mal. La seule chose que chaque homme craint, c’est l’inconnu. Face à ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés pour la garantie de leur bien-être qui leur est accordée par le gouvernement mondial. »

Source : The Strategic Culture Foundation – Traduit par Anguille sous roche

Catégories :REBLOG

Tagué:

4 réponses »

  1. Merci d’ illustrer les articles par les dessins de Danilo Santini qui sont toujours forts percutants,
    mais qui est ce Danilo Santini ? on n’en trouve nulle trace sur la toile ? Comment ce diable d’homme réussit-il à se cacher totalement dans notre monde hyper-connecté ?
    Encore mieux dissimulé que Banksy !

    J'aime

  2. la vaccination a commencé le 7 décembre 2020 au Royaume Uni, ils ont très bien pu mourir du vaccin et cela est faussement attribué au covid
    rappel pour la première piqure, ils ne donnent aucun certificat de vaccination, donc si vous mourrez suite à la première piqure, vos proches n’auront aucune preuve que vous avez été vacciné, et ne pourront pas dénoncer que votre décès est causé par le vaccin
    les hôpitaux français ont déjà le vaccin Pfizer avant même son approbation officiel par l’UE le 22 décembre 2020
    « Alors que la Haute autorité de santé doit rendre un avis sur le vaccin Pfizer/BioNTech jeudi, les premiers lieux de livraisons des doses, eux, sont déjà fixés. Ainsi, ce samedi, les Hospices Civils de Lyon (Rhône), l’Assistance publique – Hôpitaux (AP-HP) de Paris, des hôpitaux de Lille (Nord) et de Tours (Indre-et-Loire) seront fournis. Tous ces établissements de santé recevront au moins deux « thermal shipper » où sont conservés les vaccins à moins 80 °C.
    Lire aussi – ENQUETE. Covid-19 : comment et quand seront distribuées les doses de vaccin en France
    Ces sortes de caisses isothermes contiennent jusqu’à cinq boîtes de 195 flacons renfermant chacun cinq doses de vaccin. Elles seront acheminées par camions, sous haute surveillance comme le révélait le JDD ce dimanche, depuis l’usine Pfizer de Puurs en Belgique.
    Des premières vaccinations symboliques
    De premiers convois avaient déjà été organisés début décembre en direction du Royaume-Uni, après l’approbation de l’autorité sanitaire britannique. La campagne de vaccination a également commencé ce mercredi en Suisse.
    En France, deux premières opérations de vaccination, symboliques, se tiendront au lendemain des livraisons, dimanche 27 décembre. Elles se dérouleront dans l’unité de séjour de longue durée de l’hôpital René-Muret à Sevran, en Seine-Saint-Denis et dans le centre gériatrique du centre hospitalier universitaire de Dijon (Côte d’Or). La vraie campagne dans les Ehpad, elle, démarrera courant janvier »https://fr.news.yahoo.com/info-jdd-vaccins-quatre-livraisons-160453376.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly9kdWNrZHVja2dvLmNvbS8_cT1oJUMzJUI0cGl0YXV4K2QlQzMlQTlqJUMzJUEwK3ZhY2NpbnMrZW4rc3RvY2srJnQ9ZmZhYiZpYT13ZWI&guce_referrer_sig=AQAAABrAI1x2j4WuczeB2VZO3i4xAdPxCFcEnbQ1kE8NalmSGvqM0nICycQsMMK3sqKhJkUlFTK-PNCV55ebXKyNVUHpJyf10Tq6x1GYM1Kmgl88a7RTUzY483ynO98quV24ymRalUQnms4ZDxKuOQS046JX5Dqn1byNy3-ocvZfqY-e
    La première phase de vaccination devrait durer en France jusqu’à la fin du mois de février et a pour objectif d’immuniser un million de résidents et de personnels à risque dans les Ehpad.La nouvelle souche détectée en Angleterre ne semble pas perturber le processus. Les responsables de l’Agence européenne du médicament précisent qu’à ce stade, rien ne prouve que le vaccin soit inefficace sur le virus muté.( donc ils ont déjà inventé un faux virus bidon pour faire croire que les morts sont causés par ce nouveau virus qui comme par concidence est apparu juste après la campagne des vaccins pfizer au royaume uni et pas les vaccins, comme cela ils vont utiliser les morts des vaccins pour imposer la vaccination obligatoire en disant que leur vaccin marche autant pour leur nouveau virus bidon causé par les vaccins que pour le cov19 bidon créé par les tests bidons positifs)
    le vaccin vient de belgique
    « Devant l’usine Pfizer de Purse, en Belgique, là où est fabriqué le vaccin, quelques départs de camions frigorifiques ont déjà eu lieu. Deux semi-remorques rouges ont quitté les lieux vers 15 heures chacun, suivis de près par une puissante berline aux vitres teintées et immatriculée aux Pays-Bas. Vers où vont-ils aller ?
    On compte plus d’une centaine d’hôpitaux « pivots » en France, au moins un par département, ainsi que six plateformes prestataires de Santé publique France réparties sur tout le territoire. Ces 130 sites se chargeront ensuite de répartir les doses dans les Ehpad les plus proches pour commencer la première phase de vaccination française. Mais cela se fait avec une contrainte de temps non négligeable, puisque les doses peuvent se conserver seulement cinq jours au maximum entre 2 et 8 degrés Celsius avant d’être administrées aux patients. »https://www.europe1.fr/sante/covid-19-en-europe-le-vaccin-de-pfizer-autorise-que-va-t-il-se-passer-maintenant-4013962
    144 000 personnes ont déjà eu le vaccin covid au royaume uni par force et le début de la campagne a commencé le 7 décembre, ils ont donc vacciné 144 000 personnes en 13 jours seulement
    https://fr.euronews.com/2020/12/07/debut-de-la-campagne-de-vaccination-au-royaume-uni
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/pres-de-140000-personnes-deja-vaccinees-au-royaume-uni-1274568130 000 vaccinés au royaume uni en une semaine
    https://www.bbc.co.uk/news/topics/cdl8n2ede1zt/vaccination
    7 décembre 2020: début des vaccins au royaume Uni
    13 décembre 2020: 144 000 vaccinés au royaume Uni
    21 décembre 2020: annonce d’une souche mutante covid 2021 au royaume uni
    https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Le-virus-mutant-detecte-en-Italie-le-Royaume-Uni-isole-le-point-sur-le-coronavirus-1717812
    22 décembre 2020: UE annonce son autorisation pour les vaccins Pfizer et Moderna, et Pfizer en profite pour dire que son vaccin marche autant pour le covid19 que la nouvelle souche apparu au Royaume Uni
    https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Le-virus-mutant-detecte-en-Italie-le-Royaume-Uni-isole-le-point-sur-le-coronavirus-1717812
    En gros, juste en regardant les dates cela se voit que tout est préparé d’avance
    attribuer les effets des secondaires du vaccin covid de la première piqure à une nouvelle souche
    utiliser le prétexte des effets secondaires du vaccin covid pour imposer la vaccination sous motif que cela protégera autant contre la nouvelle souche (que l’on sait ne peut être attrapé que par la vacination contre le covid19, car il s’agit bien des effets secondaires du vaccin covid19) que le covid19
    maintenant, ouais, il y a intérêt à ce que les gens refusent en masse cette vaccination, car sinon les morts des vaccins covid 19 seront faussement attribués au covid 19, et ils l’utiliseront pour appliquer leur plan martial, enfermer tous les endettés des banques dans les camps FEMA (créé par les traités du TAFTA, CEFTA, JEFTA, MERCOSUR) sauf s’ils acceptent la vaccination
    https://numidia-liberum.blogspot.com/2020/10/covid-arnaque-voici-le-plan-fuite-du.html
    donc espérons que la population refusera en masse ce vaccin ou plutot thérapie génique, sinon c’est ce plan ci dessous qui s’appliquera
    https://numidia-liberum.blogspot.com/2020/10/covid-arnaque-voici-le-plan-fuite-du.html

    J'aime

  3. Un projet de loi a été déposé, ayant pour but d’échapper au contrôle du Parlement en cas de crise sanitaire, donnant tous pouvoirs au ministre de la Santé et au Premier ministre.
    https://jeune-nation.com/actualite/actu-france/un-projet-de-loi-a-ete-depose-ayant-pour-but-dechapper-au-controle-du-parlement-en-cas-de-crise-sanitaire-donnant-tous-pouvoirs-au-ministre-de-la-sante-et-au-premier-ministre (article censuré)
    mais visible ici
    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/22/1677/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s