Art de la guerre monétaire et économique

La Réflexion du Jour : D’une pierre, deux coups ! Par Le LUPUS

D’une pierre, deux coups !

Les roulements de tambours entre les faux frères ennemis chinois et américains ne visent qu’à flatter la fibre nationaliste des deux camps. Et puis c’est aussi un excellent moyen pour les gouvernements en place de faire diversion quant aux réels problèmes économiques des uns et des autres.

La réalité veut que depuis 1972, et les accords signés entre Nixon et Mao, la « Chinamerica » soit lancée et constitue alors le véritable moteur de la mondialisation qui prendra son essor au début des années 80 et le début de la complète financiarisation de l’économie suite à l’abandon de l’étalon Or par les Etats-Unis en 1972, décidément une date fatidique. Entre la Chine et les Etats-Unis c’est : Partenaire un jour, partenaire toujours, à la vie, à la mort !

Depuis 1972 la convergence entre les 2 grands est totale, si bien que l’on ne sait guère qui déteint sur l’autre au fur à mesure que les Etats Unis ressemblent de moins en moins à un régime démocratique et la Chine de moins en moins à un régime communiste.

Reste que pour les deux empires il y a un impératif : faire tourner le complexe militaro-industriel, pompe à fric et générateur de brevets de recherche, mais surtout véritable soutient de leur monnaie respective et fondation de leur Ponzi économique. Cela sert à cela la course aux armements : s’inventer des ennemis et en fabriquer pour que le business puisse continuer à se faire, et à ce jeu là les Chinois ont bien retenu la leçon américaine.

Et même si les Néoconservateurs américains ne diraient pas non à une petite guerre de tranchées en Mer de Chine, le véritable ennemi à abattre comme toujours reste la Russie en faisant pourquoi pas un petit détour par l’Iran ! D’une pierre deux coups…

Le LUPUS

« Si un grand peuple cesse de croire qu’il est le seul capable, grâce à sa vérité, de rénover et de sauver les autres peuples, il cesse aussitôt d’être un grand peuple et devient une simple matière ethnographique. » — Fiodor Dostoïevski, Les Démons (1871)

EN BANDE SON :

 

4 réponses »

  1. Si seulement ils pouvaient s’annihiler l’un l’autre mais au contraire ils se nourrissent l’un de l’autre .L’aigle et le dragon: hybridation .parfaitement perverse a l’image de ceux qui ont initié » ce nouveau monde.

  2. Ce sont les deux piliers du Nouvel Ordre Mondial. Leur pseudo affrontement n’a d’intérêt que de dissimuler cela et d’attiser des tensions en périphéries afin de vérifier l’adage selon lequel il faut diviser pour mieux régner. L’épisode australien récent a été inspiré par un soucis de faire monter les tensions dans la zone afin d’isoler l’élève rebelle à ce projet de NOM qu’est l’Inde et par la même occasion à dissuader toute réédition française de la fameuse troisième voie surtout en zones pacifiques et indo-orientales. Il n’y a que les idiots serviles de service qui ont marché dans la thèse officielle d’un redoutable bras de fer sino-nord-américain. Vraiment quel spectacle de bourricots !!

Laisser un commentaire