Commentaire de Marché

Commentaire du Wolf : My Taylor is poor…

Commentaire du Wolf : My Taylor is poor…  

La Fed a annoncé la mise en place et précisé les modalités de son 2ème plan de Quantitative Easing. Il s’agira d’acquérir pour $600 Mds de titres d’Etat d’ici à juin 2011, soit un rythme de $75 Mds par mois.

Les montants engagés ainsi que la fréquence des achats seront à même d’être adaptés aux chiffres macro-économiques, à la baisse comme à la hausse. Si l’on rajoute les remboursements des titrisations àvenir que la Fed s’était engagée à réinvestir, le total est porté à $900 Mds soit 10% de l’endettement public total du pays….

PLUS DE TAYLOR EN SUIVANT :

 Cela est légèrement supérieur aux 500 milliards de dollars anticipés par les investisseurs mais ce programme d’investissement sera étalé sur une période de huit mois au lieu des six mois prévus. Les achats porteront sur des obligations d’une duration moyenne de 5 à 6 ans et viendront en complément des montants liés au réinvestissement du produit des émissions arrivées à échéance, émissions adossées à des créances hypothécaires qui ont été acquises lors du précédent programme d’assouplissement monétaire quantitatif. Cela signifie que les achats de la Fed totaliseront 850-900 milliards de dollars jusqu’en juin 2011 soit 10% de l’endettement public total du pays…. En pratique, la banque centrale américaine va donc acheter pour quelque 110 milliards de dollars par mois durant les huit prochains mois, soit autant que durant le programme précédent, déployé au plus fort de la crise…

Pour mettre ces chiffres en perspective, de tels achats permettront de financer plus de la moitié du déficit budgétaire américain anticipé en 2011, ce qui constitue une monétisation extrême de la dette.

Le communiqué du FOMC promet d’assurer « une revue régulière » du programme et de l’ajuster « si nécessaire au profit de l’emploi et de la stabilité des prix ».Le vrai message sous-jacent est que la Fed mettra tout en oeuvre pour assurer une repriserobuste et qu’elle ne se soucie pas de l’inflation que cela pourrait produire.

 

 

Les Néokeynésiens objectent qu’il en faudrait bien plus pour assurer une reprise solide, si l’on en croit (et ils y croient)les conclusions des modèles basés sur la Règle de Taylor. Ces modèles déterminent le taux d’équilibre des Fed Funds compte tenu de l’écart d’une part entre l’inflation actuelle et l’objectif d’inflation et d’autre part entre la croissance réelle et la croissance potentielle (« output gap »), et suggèrent actuellement que le niveau « d’équilibre » se situerait  autour de -5%, d’où ce besoin d’un QE. D’ailleurs, d’après les indications générales données par la Fed, qui estime que 500 milliards de dollars d’achats d’actifs équivalent à une baisse d’environ 50-75pb des Fed Funds, il faudrait donc en réalité pour ètre totalement en phase avec les préceptes tayloriens un nouvel assouplissement monétaire de près de….. 3000 milliards de dollars…..Que Dieu nous préserve !!!!!

2 réponses »

  1. La BCE va-t-elle se lancer dans un gigantesque QE elle-aussi ?

    La Grèce évoque un rééchelonnement de sa dette.

    George Papandréou évoque la possibilité d’un rééchelonnement du remboursement du prêt consenti par l’Union Européenne et le FMI.

    « La question d’un rééchelonnement du remboursement du prêt a d’ores et déjà été évoquée », dit Papandréou dans une interview au journal grec Proto Thema.

    « Mais cela ne signifie pas que le problème sera automatiquement résolu. Le déficit est un déficit et les problèmes sont les nôtres, pas ceux d’autrui (…) », ajoute-t-il.

    Un membre de la BCE a cependant indiqué que « la Grèce doit atteindre ses objectifs pour retrouver sa crédibilité. Les autres discussions, comme la renégociation des conditions de prêt, ne font que porter atteinte à sa crédibilité ».

    Le FMI a indiqué qu’un rééchelonnement des remboursements était possible, mais en octobre l’Allemagne s’y est fortement opposée, et la Commission européenne a indiqué qu’aucune discussion n’avait lieu en ce sens.

    L’Euro est déjà confronté à la crise irlandaise et la déclaration du premier ministre grec pourrait ne pas être appréciée par les marchés.

    http://info.france2.fr/economie/la-grece-evoque-un-reechelonnement-de-sa-dette-65850859.html

Laisser un commentaire