Art de la guerre monétaire et économique

Les assureurs sous pression par Geert Noels

Les assureurs sous pression par Geert Noels

Nous pensons encore que nous vivons dans une économie de marché alors que les caractéristiques d’une économie planifiée dirigée par l’Etat se multiplient de jour en jour. Combien de secteurs ne sont-ils pas subsidiés par l’Etat, de façon directe ou indirecte ? A quel point la politique des banques centrales diffère-t-elle encore (surtout aux Etats-Unis mais aussi ailleurs) de celle appliquée dans une économie centralisée ?

Les assureurs sont victimes d’un triple empoisonnement à effet lent. Les pouvoirs publics et les banques centrales ont intérêt à ne pas rester trop longtemps les bras croisés. Les solutions d’urgence que l’on concocte à chaque fois pour faire face à la crise financière mondiale me font penser à un joueur d’échecs incapable d’anticiper plus d’un ou deux coups. Avec une vision aussi étriquée, il perd tous ses matches à coup sûr.

 PLUS DE NOELS EN SUIVANT :

L’exemple classique est celui du «moral hazard» : en intervenant chaque fois qu’une organisation, une banque ou un pays risque de faire faillite, on résout un problème à court terme mais on en crée un plus gros qui éclatera plus tard. Et le fait qu’on s’attend à ce qu’il y ait à chaque fois une main forte, prête à tendre un filet de secours, ne rend le secteur concerné que plus téméraire.

Mais le drame ne s’arrête pas là. Les interventions massives des banques centrales ont encore plus d’effets néfastes qui ne se manifestent qu’à terme. Considérons la politique du taux zéro que le Japon mène sans succès depuis plus de 10 ans dans sa lutte contre la crise économique. En réalité, cette politique n’a engendré qu’un plus grand marasme. La population nipponne a épargné de plus en plus mais n’a reçu que des rendements moindres. L’Etat japonais ne s’est pas senti discipliné par le paiement de faibles intérêts et a laissé grimper la dette. A cause des taux d’intérêt bas, les assureurs nippons ont eu bien du mal à garder la tête hors de l’eau alors que la population devenait plus âgée qu’on ne l’avait initialement estimé.

 

«Nipponisation»

 Nous pensons encore que nous vivons dans une économie de marché alors que les caractéristiques d’une économie planifiée dirigée par l’Etat se multiplient de jour en jour. Combien de secteurs ne sont-ils pas subsidiés par l’Etat, de façon directe ou indirecte ? A quel point la politique des banques centrales diffère-t-elle encore (surtout aux Etats-Unis mais aussi ailleurs) de celle appliquée dans une économie centralisée ?

 

Entre-temps, la «nipponisation» du monde occidental se fait à toute vitesse. Partout, le phénomène du vieillissement est, consciemment ou inconsciemment, continuellement sous-estimé, avec des effets désastreux pour la jeune génération dans les pays où l’on n’a pas constitué de réserves pour les pensions.

Mais il y a un secteur en particulier qui verra – avec retardement – fondre sur lui une triple onde de choc dans les prochaines années. Le secteur des assurances sera d’abord frappé par la durée de vie de plus en plus longue de la population. Et en même temps, les taux d’intérêt peu élevés commenceront à étrangler leur modèle de revenus. Troisièmement, la réglementation plus sévère deviendra un fardeau supplémentaire pour les assureurs. 

Des prises de risque plus rares

Solvency II, le Bâle III pour les assureurs, est sur le point d’entrer en vigueur. Un nouveau flot de règles qui fournit déjà à coup sûr du travail à vie à la génération actuelle d’actuaires dans le monde entier. Les analystes ne sont pas d’accord sur les effets. Il semble que les petits assureurs ne seront pas capables de suivre et d’intégrer cette nouvelle matière complexe et que cela entraînera une poursuite de la consolidation dans le secteur. Par ailleurs, cela laisse présumer que les assureurs prendront moins de risques à l’avenir. Dans un monde où le rendement est aussi rare que l’herbe dans le désert, le triple étranglement (vieillissement, taux d’intérêt, réglementation) incitera les assureurs à pousser de grandes lamentations et à rejoindre les secteurs qui doivent compter sur des interventions massives de l’Etat.

Geert Noels,CEO et chief economist d’Econopolis 

Réactions : trends@econopolis.be

 BILLET PRECEDENT : L’absurdité de l’indice Big Mac par Geert Noels

4 réponses »

  1. Irish banks bought billions of euros of Government bonds after being recapitalised by the taxpayer last year, the Irish Mail on Sunday can reveal…

    AIB’s holding of Irish bonds went from € 165m in December 2007, the last figures before the bank bailouts began, to € 4.1bn in July this year – a 25-fold increase…

    The revelation that the State’s two biggest banks spent € 5.8bn between them buying bonds now begs the question whether Mr Lenihan has put pressure on the banks to buy Irish bonds – a claim his officials denied last night.

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1329576/Banks-took-bailout-billions-bought-Government-bonds.html

    1- Les contribuables irlandais ont dû payer des milliards d’euros pour recapitaliser les banques irlandaises.

    2- Avec cet argent, les banques irlandaises n’ont pas prêté aux entreprises irlandaises. Avec cet argent, les banques irlandaises n’ont pas prêté aux citoyens irlandais.

    3- Mais en revanche, avec cet argent, les banques irlandaises ont prêté … à l’Etat irlandais.

    Conclusion : en Irlande, l’Etat renfloue les banques, l’Etat sauve les banques … et à la fin, l’Etat paie les banques pour qu’elles lui re-prêtent l’argent de l’Etat !

    L’Etat paie les banques pour qu’elles lui re-prêtent son propre argent !

    Conclusion numéro 2 : les dirigeants politiques allemands, et aussi les contribuables allemands, ne veulent plus payer d’impôts pour aider les autres Etats européens surendettés. Et ça vous étonne ?

    J'aime

  2. Mardi 16 novembre 2010 :

    La zone euro joue sa « survie », estime le président de l’Union Européenne.

    La zone euro et l’Union européenne tout entière jouent leur « survie », a mis en garde mardi le président de l’UE, au moment où les inquiétudes grandissent à propos des difficultés budgétaires de l’Union monétaire.

    « Nous sommes confrontés à une crise pour notre survie », a déclaré Herman Van Rompuy lors d’une intervention devant un centre de réflexion bruxellois, le European Policy Center.

    « Nous devons tous travailler de concert afin de permettre à la zone euro de survivre. Car si la zone euro ne survit pas, l’Union européenne ne survivra pas non plus », a-t-il ajouté.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=ce52acc0d485b90c03d9ca05f9190d49

    J'aime

  3. hello I was luck to discover your topic in baidu
    your topic is outstanding
    I learn much in your subject really thanks very much
    btw the theme of you blog is really impressive
    where can find it

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s