Art de la guerre monétaire et économique

Depuis début 2014, les obligations d’Etat américaines sur-performent tous les autres actifs et cela devrait s’amplifier en 2015. Par Pierre Leconte

Ainsi que nous l’avions prévu: depuis début 2014, les obligations d’État US ont sur-performé les actions US, les actions européennes, asiatiques et émergentes, l’or et les matières premières. Mais aussi les autres obligations d’État, en raison de la hausse du dollar US par rapport à toutes les monnaies. Comme la hausse des actions en 2014 a été plutôt limitée mais que la plupart des gestionnaires qui les ont achetées ont aussi vendu à découvert les obligations, ils se retrouvent au total perdants. C’est d’ailleurs la persistance de très grandes positions ouvertes shorts sur les marchés à terme et dérivés des obligations d’État US qui rend leur probabilité de hausse supplémentaire évidente à notre avis, puisqu’il faudra bien qu’elles soient à un certain moment couvertes.

http://www.marketoracle.co.uk/Article48417.html

Prévisions erronées de la plupart des banques sur les taux d’intérêt US:

http://www.businessinsider.com/wrong-10-year-yield-forecasts-in-january-2014-12

Depuis le 1er janvier 2914 à ce jour, le DJIA est monté de 8,34%, le Nikkei de 10% et le DAX de 5,60%, pendant que le TLT (obligations d’Etat US) montait de plus de 21%.

tlt

Selon nous, cette tendance de hausse des obligations d’État US qui a commencé en 2014, année qui doit être considérée comme une période charnière de transition entre la fin du bull market sur les actions et le début du bull market sur les obligations (pour une raison de vieillissement démographique poussant les épargnants à sortir du risque pour revenir dans la rémunération -même faible- à taux fixe), a toutes les raisons de s’amplifier en 2015 étant donné que les actions (surtout), l’or et les matières premières, ont probablement devant elles une marge importante de baisse. Tant en raison de la hausse du dollar US, qui devrait se poursuivre, que de l’environnement de récession/déflation globale mondialisée, qui devrait s’aggraver. 

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-02/name-bond-long-bond

https://www.tradingfloor.com/posts/jakobsen-fixed-income-safest-bet-2663370

Jeffrey Gundlach et Laurence Fink ont souvent raison:

http://www.newsmax.com/Finance/Fink-Treasury-yield-2-/2014/12/03/id/610798/

http://www.businessinsider.com/jeffrey-gundlach-on-dollar-2014-12

http://www.businessinsider.com/second-worst-time-to-own-stocks-2014-11

http://www.fuw.ch/article/we-are-living-in-an-aberrational-world/

http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/jeremy-warner/11269329/Five-reasons-why-markets-are-heading-for-a-crash.html

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-04/us-treasury-warns-investors-underestimate-potential-market-reversal-take-low-volatil

http://www.economicnoise.com/2014/12/02/stock-market-worries/

https://www.tradingfloor.com/posts/jakobsen-market-correction-will-be-deeper-and-deeper-in-2015-2559139

http://www.moneynews.com/Markets/Price-oil-financial-crisis/2014/12/03/id/610850/

http://www.lecontrarien.com/2014/12/04

http://www.lecontrarien.com/2014/12/03

Delamarche et Sabatier sont haussiers sur les US Treasury Bonds:

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/olivier-delamarche-vs-pierre-sabatier-vs-jean-francois-robin-22-black-friday-decevant-aux-etats-unis-quels-impacts-sur-la-reprise-americaine-0112-362392.html

http://www.moneynews.com/StreetTalk/El-Erian-stocks-commodities-bond/2014/12/01/id/610425/

 

http://www.businessinsider.com/oil-company-stocks-tumble-november-28-2014-11

http://www.businessinsider.com/r-inside-opec-room-naimi-declares-price-war-on-us-shale-oil-2014-11

http://www.bloomberg.com/news/2014-11-30/oil-at-40-possible-as-market-transforms-caracas-to-iran.html

Un double motif pour lequel les banques centrales occidentales (US, européenne, britannique), du Japon et de Chine, seront incapables de remonter leurs taux d’intérêt à court terme en 2015, d’autant que l’inflation, potentiellement dérivée de la création monétaire, happée par la « trappe à liquidités », a presque partout disparu, ce qui plaide pour une poursuite de la baisse des taux d’intérêt US à moyen et long termes en direction de leurs plus bas de 2012, voire même en dessous. Toutefois, les politiques monétaires ultra laxistes de ces banques centrales, qui sont la seule cause de la hausse des marchés d’actions, ne devraient pas pouvoir se poursuivre au même rythme, ce qui devrait faire rebaisser lesdits marchés d’actions dans la mesure où la Federal Reserve US a cessé son QE, la BCE (en dépit du bluff de Draghi) ne pourra pas faire un vrai QE puisque l’Allemagne le refuse et que la Banque du Japon pourrait devoir faire machine arrière afin d’éviter l’effondrement complet du yen sur le point de devenir contre-productif pour ce pays. Il n’y a que la BNS, dont le bilan représente déjà le pourcentage ahurissant de 85% du PIB suisse, qui soit en mesure d’aller encore plus loin, personne ne tirant le signal d’alarme à son propos…

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-04/markets-slide-draghi-kicks-can

http://www.bloomberg.com/news/2014-12-02/draghi-treads-path-of-ecb-powerlessness-toward-qe-without-reform.html

http://www.reuters.com/article/2014/12/05/us-bundesbank-weidmann-idUSKCN0JJ0V120141205

http://www.lecontrarien.com/

http://www.bloomberg.com/news/2014-11-30/german-opposition-at-ecb-hardens-as-lautenschlaeger-rebuffs-qe.html

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-04/draghi-loses-majority-blasts-triumphant-german-press

http://www.businessinsider.com/germany-stimulus-bundesbank-eurozone-economic-2014-12

https://fr.finance.yahoo.com/actualites/taux-bce-douche-espoirs-qe-141500644.html

http://www.moneynews.com/StreetTalk/ECB-Europe-Economy-Draghi/2014/12/03/id/610744/

http://www.latribune.fr/blogs/le-blog-de-l-economie-internationale/20141203trib3bc6ebb7f/achats-d-obligations-souveraines-la-bce-confrontee-a-l-heterogeneite-de-la-zone.html#xtor=AL-13

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20141202trib4dc5adda7/secteur-bancaire-l-europe-ce-continent-a-la-traine-et-sans-profit-economique.html#xtor=AL-13

http://www.atlantico.fr/decryptage/plan-juncker-mirage-siecle-france-ne-beneficiera-pas-tout-315-milliards-relance-et-voila-pourquoi-nicolas-goetzmann-alexandre-1875546.html

Une hausse du dollar/yen (principale source de liquidité alimentant la hausse des marchés d’actions via le carry trade) au dessus de 125 pourrait faire exploser la situation économico-financière du Japon… et entrainer des réactions très fortes de ses partenaires commerciaux qui prendraient alors contre lui des mesures protectionnistes pour se protéger de la monstrueuse dévaluation compétitive sans fin du yen… Comme c’est probablement le retournement à la baisse du dollar/yen qui sera la cause immédiate directe du krach boursier mondial, il faut le surveiller particulièrement… Le franchissement des 125 précipiterait aussi, selon les agences de notation, un défaut sur la dette publique japonaise (la plus grande du monde), accidentel ou sciemment organisé par Shinzo Abe, que plus personne n’achèterait, ni les Japonais ni les étrangers.

Steen Jakobsen de Saxo Bank prévoyait déjà fin 2013 qu’il était possible que: « La Banque du Japon supprime la dette du gouvernement après que le taux yen/dollar soit passé en dessous de 80. En 2014, la reprise mondiale s’essouffle, avec à la clé une correction des actifs risqués qui oblige les investisseurs à se repositionner sur un yen qui passe sous le seuil des 80 pour un dollar américain. En désespoir de cause, la Banque du Japon passe tout simplement par pertes et profits l’ensemble des emprunts d’Etat en sa possession, un subterfuge comptable simple mais inédit dont le résultat engage le pays dans un voyage en terre inconnue éprouvant pour les nerfs et aux effets secondaires potentiellement dévastateurs. »

jpy

usd jy

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-02/panic-premium-beyond-level-usdjpy-japan-collapses

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-05/crashing-yen-leads-record-number-japanese-bankruptcies

http://www.newsmax.com/Finance/Roubini-currency-wars-Japan/2014/12/01/id/610326/

Les manipulations des banques centrales visant à ACHETER DU TEMPS, n’ayant de chance d’être couronnées de succès que si elles parviennent à injecter toujours plus de liquidité dans les marchés d’actions, ne devraient plus être aussi efficaces à retarder l’inéluctable éclatement de la seconde plus grande bulle boursière jamais artificiellement organisée, l’économie réelle n’étant pas parvenue à prendre le relai desdites banques centrales avant que celles-ci doivent revenir à des politiques moins laxistes.

http://www.moneynews.com/Economy/Weisman-political-uncertainty-economy/2014/12/03/id/610856/

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-03/17-states-sue-obama-over-unconstitutional-executive-action-immigration

http://www.businessinsider.com/boehner-obama-is-damaging-the-presidency-itself-2014-11

http://www.bloomberg.com/politics/articles/2014-12-04/this-means-war-the-gop-preps-for-2016

Comme d’habitude excellents commentaires de Bill Gross:

http://www.businessinsider.com/bill-gross-investment-outlook-december-4-2014-12

A noter, enfin, que la hausse du dollar US, si elle est plutôt positive pour les actions européennes, asiatiques et émergentes (les entreprises de ces pays enregistrant dans ce cas une amélioration de leurs exportations), surtout en raison du supplément de liquidité provenant du carry trade sur le dollar/yen, est à terme négative pour les actions US (les entreprises US perdant des parts de marché du fait de la sur-évaluation de leur monnaie) qui vont donc devoir subir ce choc monétaire de plein fouet. Le problème étant que les niveaux de prix de tous les indices boursiers très sur-évalués, au-delà des phénomènes monétaires, n’ont déjà plus depuis longtemps aucune correspondance avec la réalité économique d’une croissance US faible et de la récession-déflation tant en Europe qu’au Japon (deux trois noirs se trouvant dans des impasses durables faute de politiques adaptées pour les en sortir, c’est-à-dire consistant à baisser massivement tous les impôts et à rendre du pouvoir d’achat aux consommateurs via la hausse des salaires, quitte à laisser filer les déficits publics dont la diminution sera ultérieurement et mécaniquement obtenue par le retour de la croissance) sans parler des BRICS qui, eux-aussi, ont commencé une spirale de renversement de leurs « miracles » économiques passés.  La hausse du dollar US n’ayant évidemment pas que des aspects positifs pour les pays étrangers, dont elle fait chuter les revenus de ceux qui produisent des matières premières et renchérit le coût des importations de ceux qui n’en produisent pas, tout en aggravant le coût réel de la dette de presque tous dans un contexte de déflation prolongée (Union européenne actuellement) ou, tout au contraire, de dérapage inflationniste incontrôlé (Russie actuellement).

http://blog.kimblechartingsolutions.com/2014/12/king-dollar-is-near-6-year-breakout-how-will-it-impact-the-sp-500/#sthash.N7YyGlRp.dpbs

http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2014/12/05/stagflation-possible-for-japan-morgan-stanley-says/?mod=WSJ_LatestHeadlines

http://www.businessinsider.com/r-sp-doubts-japan-government-will-have-detailed-fiscal-consolidation-plan-2014-12

http://www.bloomberg.com/politics/articles/2014-12-02/6-charts-that-illustrate-vladimir-putins-world-of-pain

http://www.latribune.fr/bourse/actualite/20141202trib38a2d7b5b/le-rouble-a-perdu-un-quart-de-sa-valeur-en-un-mois.html#xtor=AL-13

De telle sorte que, en achetant le TLT ou le TMF, l’on bénéficiera (via une rémunération fixe non négligeable et de gains en capital) tant de la baisse des taux d’intérêt US à moyen et long termes que de la chute des actions aux USA et dans d’autres pays, de la chute de l’or et des matières premières, comme de la hausse du dollar US. Évidemment, les tendances précitées pourraient être renforcées par la montée des risques de guerre froide ou chaude en Europe et en Asie, sans parler du Moyen-Orient déjà à feu et à sang, comme d’explosion politico-sociale en Europe (en France et dans les pays périphériques de l’Union européenne -cette organisation ayant totalement échoué devant finir par être rejetée par les peuples et certains de leurs dirigeants qui décideront enfin d’en sortir-), évènements tous haussiers pour le dollar US et les obligations d’État US qui constituent le principal véhicule de placement et de conservation des réserves de change des banques centrales.

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-01/tensions-between-us-russia-are-worse-you-realize-%E2%80%93-foreign-minister-sergey-lavrov

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/12/04/ukraine-crimee-sanctions-poutine-droit-dans-ses-bottes_4533930_3214.html#xtor=AL-32280515

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-04/fight-breaks-out-parliament-when-ukraine-learns-it-has-quietly-become-newest-us-stat

http://www.bloombergview.com/articles/2014-12-03/ukraines-truly-foreign-ministers

https://fr.news.yahoo.com/ukraine-am%C3%A9ricaine-ministre-finances-lituanien-%C3%A0-leconomie-182253595.html

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-03/us-army-sends-100-bradley-and-abrams-tanks-eastern-europe-deter-russian-aggression

http://www.anna-news.info/node/26096

Ce qui ne sera pas modifié avant longtemps étant donné que l’épisode malheureux du rejet par le peuple suisse de l’initiative « Sauvons l’or de la Suisse » (mal conçue d’ailleurs) et la perte actuelle par la Russie de la guerre économico-monétaire que l’Occident lui livre  (Moscou devant faire face à la triple déroute tragique du rouble, des prix du pétrole et du gaz et du prix de l’or, dans un contexte de sanctions occidentales l’empêchant de se refinancer à l’extérieur)devraient peser à court et moyen terme positivement pour le dollar US et négativement sur l’or. Quant à l’idée d’un passage unilatéral de la Russie d’un rouble-papier à un rouble-or c’est une élucubration sans fondement dans la mesure où toute convertibilité automatique du rouble en or viderait en quelques jours toutes les réserves russes de métal jaune, tout le monde allant à changer son papier contre du métal comme cela a failli se produire pour les USA à la fin des années 1960 et au début des années 1970 (l’étalon-or n’étant praticable que si la plupart des États s’y rallient ensemble et que la fixité des principaux taux de change monétaires vis-à-vis de l’or -dont le prix fixé d’un commun accord devient alors invariable- est rétablie). En réalité, le risque pour l’or, c’est que la Russie et d’autres États en situation critique finissent par vendre leurs stocks de métal jaune à vil prix, indépendamment du fait que les grands États occidentaux ont une envie folle de confisquer celui qui est en mains des particuliers (attention au pays dans lequel on garde ses actifs physiques en métaux si l’on en a !).

http://www.bloomberg.com/news/2014-12-02/gold-chart-still-bearish-after-biggest-rally-in-more-than-a-year.html

http://www.kitco.com/news/2014-12-04/ECB-Won-t-Buy-Gold-As-Part-Of-QE-Program.html

 

gold pl

14178211822971227303325

-A ce propos, nous avons été en mesure, n’ayant pas été stoppés en dessous de 14,50 USD l’once, niveau qui a été atteint dans la nuit de dimanche à lundi dernier en Asie mais pas sur le Comex, de sortir sans perte de nos achats d’options calls au Comex sur l’argent-métal lors de sa reprise vers 16,75 et restons dorénavant sans aucune position sur les métaux précieux. D’autant que les prix du pétrole brent devraient finalement chuter en direction de 62 USD et le cuivre chuter en direction des 2,20 USD, ce qui aurait un effet négatif sur les métaux, mais qui peuvent aussi se stabiliser d’ici la fin de l’année du fait de la proximité de la clôture de la plupart des positions ouvertes pour une raison comptable.

Pour conclure, depuis plusieurs années que la « planète finance » fait l’objet des manipulations des banques centrales et des grandes banques privées « too big to fail », les marchés financiers « libres » n’existent plus, leurs fluctuations sont la plupart du temps irrationnelles et donc durablement éloignées de toute logique, raison pour laquelle la prévision et la gestion financières sont devenues hautement aléatoires et risquées. Il importe donc de se garder des théories compliquées et/ou fumeuses, de raisonner simplement avec bon sens, en tentant de ne pas se faire prendre dans les pièges constamment tendus par les manipulateurs publics ou privés, ce qui est hélas plus facile à énoncer qu’à pratiquer… Planification monétaire centrale des institutions monétaires + répression financière des gouvernements + pratiques déloyales des grandes banques privées = quasi impossibilité pour un particulier (comme pour la plupart des professionnels de la finance d’ailleurs) de faire fructifier un patrimoine sur le moyen et long terme à moins d’être très chanceux ou de disposer d’informations « inside » (ce qui n’est l’apanage que de très peu de gens à la tête des Goldman Sachs et consorts, parce que proches de la Fed ou de la BCE, qui les gardent pour eux en faisant d’ailleurs faire à leurs clients le contraire de ce qu’ils font eux-mêmes afin de « brouiller les pistes » et de ne pas se faire prendre par les régulateurs dans leur utilisation répréhensible de ces informations) !!!

Le graphique du DJIA montre que cet indice boursier, constamment et systématiquement manipulé à la hausse par les autorités et les grandes banques US, ce qui suffit à prouver qu’il n’a plus de correspondance avec l’économie réelle depuis des années, a maintenant atteint un cul de sac: la pointe extrême de sa hausse vers 18.000 ne pouvant que se retourner sauf à ce qu’il commence une évolution latérale le menant nulle part.

 

djia

La baisse des taux d’intérêt US à 10 ans devrait se poursuivre au moins vers leur plus bas de 2012, ce qui est en principe haussier pour les obligations d’Etat US et baissier pour les actions US:

us int rates

10 y note

SOURCE ET REMERCIEMENTS: FORUM MONETAIRE DE GENEVE

http://www.forum-monetaire.com/depuis-debut-2014-les-obligations-detat-americaines-sur-performent-tous-les-autres-actifs-et-cela-devrait-samplifier-en-2015/

2 réponses »

  1. Et oui la quantité de monnaie imprimée n’est plus en relation avec la quantité de monnaie en circulation. Les trappes a liquidité fonctionnent a merveille. La baisse de la demande de dollar n’influe en rien sur la valeur de celui ci, c’est réservent fraichement imprimé non plus.
    Les US en plus d’avoir une quantité de dollar astronomique ont réussi a avoir un dollar a la hausse, c’est magique. Il vont pouvoir prendre le controle de toute les entreprises coté en bourse.
    Le nouvelle ordre mondial ressemble étrangement a un nouvelle ordre économique plutot que politique. Les chinois et les russes n’osent même pas se débarrasser des bond du trésor US, de les shoorter. Les chinois sont gagnant grace a la baisse des matiéres premiéres qui va leur permettre de réaliser quelques point de PIB supplémentaire en baissant leur prix. Chine/US semble être les grands gagnant de la stratégie de déflation tout comme les consommateurs finaux. Les chinois gagnent aussi sur la valorisation de leur avoirs en dollar et la baisse des matiéres premiéres compense la hausse mécanique du yuan, qui reste apparié au dollar. Du coup les chinois vont surement en profité pour investir a l’étranger et prendre eux aussi une part du gateau.
    Les européens et les russes vont du coup devoir avaler la pillule ou bien se défendre. Mais qu’elle tactique peuvent’il adopter, sachant que l’europe est deja sous controle US. Et que tout est fait pour l’europe et la russie brisent leurs liens.
    Le nouvelle ordre mondial semble être le suivant, a la chine aura le controle industriel et au US le controle militaire et monnaitaire.
    pour le momment L’europe ne gagne rien et ne perds rien, a par son âme.
    L’impression monnaitaire US étant absorbé par le japon et la chine n’influe donc pas sur la valeur de change du dollar. Le yuan et le yen étant dépendant du dit dollar.
    Voici quelleques idées un peut en vrac qui peuvent nous permettre de regarder le jeux qui se joue d’un peut plus haut.
    Mais il reste tout de même une question fondamentale. Celle des relations US/Chine ? jouent’ils mains dans la mains ou chacun pour eux. Est ce une volonté de coopération mutuel ou tout simplement un bras de fer ? Est ce un impérialisme militaire contre un impérialisme économique ou tout simplement une victoire économique chinoise et une défaite US ?
    Notre monde deviens de plus en plus complexe et les risques augmentent en fonction de la complexité du système.

    a suivre

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s