Art de la guerre monétaire et économique

Humeur de Loup du Mercredi 1er Avril 2015 : Défiler contre le terrorisme, c’est défiler pour! Par Bruno Bertez

Humeur de Loup du Mercredi 1er Avril 2015 : Défiler contre le terrorisme, c’est défiler pour! Par Bruno Bertez

Défiler contre le terrorisme est plus facile que le combattre. C’est comme contre le banditisme, il est plus aisé de harceler les honnêtes gens par les contrôles abusifs que d’aller titiller les racailles, les voyous et les bandits sur leur terrain, là où on sait qu’ils se trouvent. Les statistiques sont meilleures et puis, il y a moins de risque. Nous avons entendu, il y a peu, à un barrage contrôle à l’aveugle, la radio qui intimait, alors que le gendarme avait arrêté une personne intéressante: « le permis est faux, mais sujet dangereux, souvent armé, ne pas appréhender ».

 François Hollande accueilli à l'aéroport par l'un des fils du défunt, le prince Turki ben Abdallah, gouverneur de la région de Ryad

Voyant que cela a marché ailleurs, voyant que cela fonctionne en France, Hollande est dans une grande campagne de marche. Cela lui fait du bien, physiquement,  même si on a appris que ces marches n’en étaient pas, qu’elles étaient bidons, autant de  poses pour les photos et les caméras.

 

Nous maintenons notre texte dur et terrible intitulé « Défiler derrière les salauds… »  On ne défile pas contre le terrorisme. C’est un non-sens. On défile contre un gouvernement démocratique ou pseudo démocratique, pour créer un rapport de forces comme dirait Mélenchon; on défile contre des patrons, contre un  texte de loi etc. Dans ces cas c’est utile car il s’agit d’exprimer une opinion, laquelle n’est pas forcément transmise par les corps intermédiaires et les médias. Nous sommes dans une forme de convention, de consensus. Le défilé est un moyen de faire passer un message par le spectacle. Nos systèmes valident ce type de manifestation de la vox populi. 

Permalien de l'image intégrée

Défiler contre le terrorisme est d’une toute autre nature. Les terroristes ne partagent pas nos conventions. Ils les méprisent, ils ont les leurs, elles font partie de leur culture ou des dérives de leur culture, de sa radicalisation. Leur analyse est que c’est dérisoire en tant que protestation et contre-productif en termes de forme de lutte. Au contraire, on voit des remarques qu’il faut qualifier de pertinentes, qui font valoir que le défilé est la meilleure publicité pour leur action, c’est en quelque sorte la magnification de ce qu’ils ont commis, sa mise en scène globale. L’attentat est local, régional, national, mais il a du mal à traverser les frontières, tandis que le défilé avec la pression des Dominants présents à la manifestation, sur les médias mondiaux et les Agences de Presse, devient un sujet mondial. L’objectif des terroristes étant de monter en spectacle la peur, la terreur et l’impuissance réelle des chefs de gouvernements, bref de montrer le retentissement de leur acte, cet objectif est servi par ceux qui sont censés représenter les victimes. Il y  a longtemps que les Etats-Unis ont compris cela: il ne faut pas fournir une tribune, aux terroristes. D’autant que si cela continue, les « penseurs » de l’action terroriste, franchiront une étape, ils prépareront des répliques de leurs attentats initiaux, déclencheurs, au sein même de la cible « soft », molle que constituent les manifestations.  On ne défile pas contre le terrorisme ou contre les terroristes. Soit on les combat, soit on négocie avec eux, politiquement. Défiler contre le terrorisme est aussi stupide que défiler contre la mort. On a beau réunir des millions de personnes, cela ne change rien, la mort poursuit son œuvre inexorablement. Pourquoi? Parce qu’elle a d’autres causes,  qui sont ailleurs, dans un registre différent de celui qui est touché par le spectacle.  On nous présente le terrorisme comme un vice, une horreur unilatérale, de gens qui seraient barbares et désaxés. On occulte les causes du terrorisme, car si on acceptait d’en reconnaître les causes, alors, on cesserait de défiler contre le terrorisme et on se mettrait à défiler contre la guerre, tous azimuts, contre l’interventionnisme délirant qui est en train de mettre à feu et à sang la planète.

  

Ceux qui sont en tête des défilés sont ceux qui, sans mandat ni de l’ONU, ni de la souveraineté populaire, multiplient les interventions militaires unilatérales et dissymétriques. Ils bombardent, ils assassinent des civils- dégâts collatéraux-sans stratégie, sans objectif géopolitique, sans même être menacés. Ceux qui défilent mènent des croisades laïques, coloniales afin d’imposer un ordre du monde que les populations concernées refusent. Ceux qui défilent entretiennent le chaos. Ils  divisent, montent les uns contre les autres, arment les belligérants de façon irresponsable,  comme on le voit avec EI, la Libye, le Yémen  , sans autre projet que la dévastation d’un ordre ancien qui ne leur convient pas, qui ne convient pas aux marchands et aux financiers. Qui a dit « derrière toute guerre, il y a toujours les banques ». Ceux qui défilent soutiennent des monarchies surarmées qui sont plus barbares que les barbares qui sont nommés « ennemis », ils soutiennent les champions de la décapitation et de la tyrannie.

Le terrorisme est produit, il ne tombe pas du ciel, même si il a une composante religieuse, Il est corrélé aux interventions militaires en chaîne, tous azimuts qui mettent en présence des armées suréquipées d’un côté et de l’autre des bandes qui n’ont pour armement que celles que les soi-disant civilisés veulent bien leur donner pour qu’ils s’entretuent et, et … leur absence de peur de la mort. Ils n’ont pour eux que l’horreur infinie de la terreur et du sacrifice. Les terroristes réintroduisent la peur, le mal, le coût dans les guerres menées par les civilisés. Ils les réintroduisent parce qu’ils ont compris que c’est parce que les citoyens  des pays occidentaux ne paient pas le prix  de leurs guerres qu’ils  acceptent de les multiplier. Il faut les frapper chez eux, afin qu’ils constatent, afin qu’ils comprennent, voilà leur logique.

Bin Laden avait beaucoup étudié la guerre du Viêt-Nam, il n’a jamais cru qu’Al Qaeda avait la moindre chance militaire devant l’armée et les services Américains, mais il tablait sur la peur et la lassitude du peuple Américain. En fait l’analyse de ses discours montre qu’il tablait sur deux choses: la lassitude du peuple Américain et la surexposition Américaine, coûteuse, qui finirait par peser sur le dollar et entamerait son impérialisme. Il frappait au moral et à la caisse. C’est exactement ce que veulent les terroristes : multiplier les horreurs afin de susciter des représailles, de susciter une multiplication, extension des zones de combat. Ils veulent diviser les populations comme ils viennent de le réussir en France en relançant le débat sur l’Islam, en clivant et en enflammant. Défiler contre le  terrorisme est une manœuvre de basse politique car elle n’est rien d ‘autre que défiler derrière les têtes des cortèges, derrière les fauteurs de guerre tous azimuts. En fait c’est les soutenir, leur donner un blanc-seing pour l’escalade. Ceux qui défilent et vous font défiler contre le terrorisme vous font défiler derrière eux, ils se font plébisciter pour continuer les guerres et … produire toujours plus de terrorisme. Ils ont trouvé la martingale gagnante: « je fais le mal, le mal produit l’horreur, je me fais plébisciter, moi qui produite  le mal ». Défiler contre le terrorisme, c’est défiler pour soutenir ceux qui font les guerres qui produisent le terrorisme, c’est défiler pour le terrorisme, objectivement. BERTEZ Le Mercredi 1 Avril 2015 

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

5 réponses »

  1. @ Bruno Bertez
    Désolé pour le bug….Je reprends.

    Ma thèse, déjà exprimée, est que les manifestations anti-terroristes se font en réalité
    CONTRE les brochettes de chefaillons du premier rang.
    Ce que vous dites au sujet des « dirigeants » est vrai, mais les pensées de la foule sont plus
    complexes. La citation de Michel Onfray me semble un détournement légèrement méprisant
    à l’endroit de beaucoup de nos concitoyens. (Je constate aussi qu’on ne se précipite pas
    pour répondre à votre texte, il y a un petit malaise…). La population sait pertinemment de quel
    bois sont faits ses « élus ». Qu’attendez-vous donc? Qu’elle les pende? Même si l’Etat est
    oppresseur, et il l’est de plus en plus, il maintient un semblant d’ordre, les magasins sont
    fournis, on peut circuler sans risque inconsidéré. Quant à l’offre politique, l’alternative FN
    est décidément trouble, n’apparaît pas fiable et sert juste à titiller l’UMPS.
    Notons que le défilé de Tunis s’est fait dans le pays du moyen-orient le plus influencé de
    longue date par les institutions françaises, ce que les barbus supportent mal.
    Parler comme Onfray, dont les thèses sont par ailleurs respectables, de « consommateurs
    abrutis et aliénés » est vraiment simplet de sa part. C’est du 68 pur jus.
    Eh oui, la sécurité relative est un bien auquel il est très difficile de renoncer, même si l’on
    sait que c’est un trompe-l’œil.
    La « solution » actuellement la plus radicale, dont se gaussent évidemment les petits malins
    qui savent tout, est celle des survivalistes. Vos thèses et analyses ne peuvent que conforter
    leur opinion et leur retrait de la société globale. Ils ont bien compris que la majorité ne
    bougerait pas, et en cas de pépin se soumettrait à une dictature étatique ouverte.
    C’est bien la-dessus que comptent les exploiteurs en tout genre.

  2. Crash de l’avion du PDG de Total: le mari d’une hôtesse de l’air ne croit pas à l’accident

    https://www.youtube.com/watch?v=rE28q-1jxHY

    sinon pour Charlie hebdo à qui profite le crime?
    certainement pas à la Bdf et aux francais, Bernard maris s’étant déclaré contre l’euro +- deux semaines avant

    Ces deux personnes sont passés de l’autre coté du CARTEL avant de mourir: ca reste troublant
    surtout quand on sait que Basil Zaharoff a eu sa légion d’honneur le même jour que l’assassinat de Jaurès
    Les politiciens aiment aussi ce faisant faire passer des messages diplomatiques:
    par exemple un frère Pâris est enterré sous l’Ecole Militaire, (alors que celui ci est à l’origine des guerres débiles de Louis XV)

  3. Superbe article, pas de malaise ..Onfray a raison ce n’est pas du 68 pur jus, c’est un fait.
    L’Europe est un super village Potemkine encore peu touché…j’attends avec impatience le moment ou les autruches devront sortir leurs têtes du sable..
    Ou le boboland nihiliste se prendra les guerriers de L »état Islamique en pleine face..
    ces enfants perdus de l’occident qui vont chercher en enfer ce que l’occident ne leur offre plus:
    vivre autre chose qu’une vie d’esclave..et aussi cette « chose » si méprisée en occident:la Foi..
    A noté sur un plan symbolique que l’attentat contre Charlie Hebdo a frappé ceux qui depuis de années s’attaquaient sans vergogne au Sacré…..certains d’avoir raison au nom d’ un ‘athéisme triomphant.et de l’idéologie issue de 68…
    La terreur contre le nihilisme…vaste programme..
    Qui sont les mieux armés?
    Boboland va déménager….en Thaïlande?
    Réecouter Philippe Murray « Tombeau pour une touriste innoncente »

Laisser un commentaire