Art de la guerre monétaire et économique

Articles du Jour : Amérique 1984 : Bienvenue dans la Haine / “Tout le monde en ville était prêt pour la guerre” – Témoignage terrifiant des émeutes de Kenosha

Amérique 1984 : Bienvenue dans la Haine

C’est une question que nous, comme le protagoniste de la dystopie de George Orwell 1984, nous nous posons peut-être maintenant en regardant un programme d’information ou en cliquant sur notre site web préféré.

Pour Winston Smith d’Orwell, les deux minutes de Haine se déroulent à 11 heures du matin, alors que des collègues se rassemblent devant un écran. Ensemble, ils regardent Emmanuel Goldstein, désigné comme ennemi du Parti, qui réclame la liberté d’expression et la fin de la guerre. Et ensemble, ils crient, donnent des coups de pied à leurs chaises et lancent des livres à l’image de Goldstein.

La scène révèle les effets dévastateurs d’une haine soutenue. Au bout de trente secondes, la moitié des spectateurs sont enragés. À la seconde minute, ils sont en frénésie. Comme le reflète Smith,

« L’horreur des deux minutes de la Haine n’est pas que l’on soit obligé de jouer un rôle, mais qu’il soit impossible d’éviter d’y participer. En trente secondes, tout faux-semblant était toujours inutile. Une extase hideuse de peur et de vengeance… semblait traverser tout le groupe de personnes comme un courant électrique, transformant même contre son gré un individu en un fou grimaçant et criant. »

C’est l’Océania de 1984. Mais elle devient aussi celle de l’Amérique, comme le confirmera tout programme d’information ou flux de médias sociaux.

Sans interruption, le courant de haine pourrait déclencher un incendie que nous n’arriverons peut-être jamais à éteindre. Mais comment l’arrêter ?

« C’est une belle chose, la destruction des mots »

Commencez par la langue. Dans 1984, un rédacteur du dictionnaire de Newspeak rhapsodie sur la destruction des mots. En éliminant des phrases, le Parti détruit la capacité des gens non seulement à exprimer des idées mais aussi à les penser : « À la fin, nous rendrons le crime de pensée littéralement impossible, car il n’y aura pas de mots pour l’exprimer. »

Quels mots ont cessé d’exister dans cette dystopie ? Honneurjustice et moralité, pour n’en citer que quelques-uns. On ne peut pas exiger quelque chose qu’on ne peut pas exprimer.

Aujourd’hui, nous pourrions dresser notre propre liste, en commençant par la civilité. C’est élitiste, nous dit-on, d’insister pour traiter les autres individus avec dignité et courtoisie. L’utiliser dans certains contextes, en particulier dans les universités, c’est inciter à une frénésie semblable à celle de la Haine.

Pour être sûr, il faut utiliser des slogans sanctionnés, comme ceux de 1984 : « La guerre, c’est la paix », « La liberté, c’est l’esclavage », « L’ignorance, c’est la force ».

Et maintenant, nous sommes sur le point de créer de nouveaux slogans, tels que « Les émeutes sont des protestations pacifiques », « L’inégalité de traitement est l’équité », « Le pillage est la justice ». Après tout, le pillage est « un mode d’action politique » qui « attaque l’idée de la propriété » et la manière dont il est « injuste ».

Peut-être que les gens croient vraiment à ces mantras. Ou peut-être savent-ils que les Big Brothers d’aujourd’hui les regardent, prêts à les effacer aussi vite que le Parti vaporise ses opposants.

« Pour éteindre… la possibilité d’une pensée indépendante »

Mais nous devons résister, parce qu’à mesure que notre langue se rétrécit et se tord, notre capacité de penser se réduit aussi. C’est l’un des deux objectifs du Parti dans 1984 : conquérir la Terre et « éteindre une fois pour toutes la possibilité de penser de façon indépendante ».

En fait, l’individu n’a guère d’importance dans un tel monde. Nous ne sommes que des membres d’une tribu, des morceaux d’un corps. « Ne pouvez-vous pas comprendre », dit un membre du Parti à Winston, « que l’individu n’est qu’une cellule ? »

Une cellule ne reflète pas et ne juge pas. C’est pourquoi la Haine s’intensifie. Et parce que notre culture, comme celle d’Orwell dans 1984, est déterminée à réécrire ou à annuler l’histoire, nous perdons les sources qui nous permettraient de lutter contre cette tendance tant sur le plan moral que politique.

Considérez l’avertissement d’Adam Smith dans The Theory of Moral Sentiments selon lequel dans une nation distraite par les factions, un « esprit de système » s’installe, enflammant le public « à la folie du fanatisme »« Intoxiqués » par la beauté d’un nouveau système, ses partisans tombent dans leur propre sophisme. Seuls quelques individus « conservent leur jugement à l’abri de la contagion générale ».

Et ainsi notre capacité à consulter notre conscience, notre spectateur impartial, le demi-dieu intérieur, diminue. Nous nous tournons plutôt vers la foule.

« Nous pouvons avoir des choses gratuitement »

Aujourd’hui, les politiciens et les activistes enflamment la foule de mensonges qui confirment l’orthodoxie, ce qui signifie dans 1984 « ne pas penser – ne pas avoir besoin de penser. L’orthodoxie est l’inconscience ».

Et les mensonges les plus populaires concernent la propriété. Considérez la justification de Vicky Osterweil pour le pillage :

« Cela s’attaque également à la manière même dont la nourriture et les choses sont distribuées. Ça attaque l’idée de propriété et l’idée que pour avoir un toit ou un ticket repas, il faut travailler pour un patron, afin d’acheter des choses que des gens comme eux, ailleurs dans le monde, doivent faire dans les mêmes conditions. Cela montre à quel point c’est injuste. Et la raison pour laquelle le monde est organisé de cette façon, c’est évidemment pour le profit des gens qui possèdent les magasins et les usines. Vous allez donc au cœur de cette relation de propriété, et vous démontrez que sans police et sans oppression de l’État, nous pouvons avoir des choses gratuitement. »

Peu importe le processus d’échange. Peu importe l’innovation individuelle qui crée les produits qui sont échangés. Enlevez simplement la police, l’« oppression de l’État » et les hommes d’affaires, et nous pouvons tous avoir des choses gratuitement.

Pourquoi Adam Smith n’a-t-il pas pensé à cela ?

Mais si Osterweil n’est pas une grande spécialiste de l’économie, elle est brillante dans le domaine de la Haine. Le pillage, s’enthousiasme-t-elle, « donne aux gens un sentiment imaginatif de liberté et de plaisir et les aide à imaginer un monde qui pourrait l’être ». Elle ajoute que « les émeutes et les pillages sont vécus comme une sorte de joie et de liberté ».

Avec la promesse de tels plaisirs, il n’est pas étonnant que les militants aient des adeptes. En fait, ils semblent avoir pris comme guide la représentation de la semaine de la Haine par Orwell dans 1984. Nous avons certainement vu des exemples récents de délire et de sauvagerie en même temps que la formulation orwellienne : la CHAZ n’était qu’une fête de quartier, un « été de l’amour ».

Il est temps d’interrompre le courant de la Haine, il est temps de nommer ses causes et ses effets à long terme sur l’individualisme et la prospérité. Contrairement à 1984, la liberté n’est pas l’esclavage.

Source : The American Institute for Economic Research – Traduit par Anguille sous roche

“Tout le monde en ville était prêt pour la guerre” – Témoignage terrifiant des émeutes de Kenosha

On a beaucoup écrit sur la survie face aux émeutes et aux troubles civils. Mais il n’y a rien de tel qu’un témoignage de première main pour lui donner vie.

Nous avons partagé l’histoire d’un témoin oculaire, un membre de la Garde nationale, qui nous a parlé des émeutes de Seattle. Un autre auteur nous a fait part de l’expérience de sa famille pendant les émeutes de Ferguson. Nous avons vu des vidéos brutales sur YouTube et les médias sociaux. La violence aux Etats-Unis augmente de façon spectaculaire.

Voici un témoignage direct sur les émeutes de Kenosha.

Et maintenant, une femme a partagé sur Facebook ce que sa famille a récemment vécu lors des émeutes de Kenosha, dans le Wisconsin. Dans son post, la chose qui me frappe le plus est que l’aide n’était pas en route. Les habitants de Kenosha qui ont tenu bon ont été complètement livrés à eux-mêmes face aux foules qui sévissaient dans leur quartier. J’ai cédé certaines informations d’identification de son poste – sinon, le poste public est exactement comme elle l’a partagé sur les médias sociaux. J’ai mis l’accent sur ce point.

Le jour des pires destructions, incendies, pillages, agressions… nous tous à Kenosha avons pu regarder en direct -via les médias indépendants. Du début à la fin. Le pire s’est produit les 22 et 60e jours, et je continue à vivre [censuré], donc vous dire que j’étais terrifié est un euphémisme. La majorité de Kenosha a suivi nos deux reportages en direct [censurés] jusqu’à 3 heures du matin… les scanners de la police étaient allumés… se préparant au pire. Il était évident dès le début qu’il n’y avait aucune aide. Pas de police, pas de camions de pompiers, pas d’ambulances. Aucune. Les structures ont brûlé, les personnes blessées et attaquées ont été chargées dans des voitures et se sont précipitées vers n’importe quel hôpital, les émeutiers ont juste fait irruption dans les commerces et ont pris ce qu’ils voulaient.

Et nous avons tous assisté à ce qu’il s’est passé. Il n’y avait rien que nous puissions faire.

Une nuit sans sommeil, nous avons affronté le lendemain avec plus de peur. Un effort massif de nettoyage, nous avons aidé autant de maisons et de commerces que possible, nous nous sommes préparés pour la nuit, nous avons commencé à être inondés de messages d’individus et de groupes … ciblant la violence dans des quartiers spécifiques, des écoles, des bibliothèques … avec des incendies et des des destructions … beaucoup de messages. Ciblant plus particulièrement les PROCHAINES LOCALITÉS… les familles !!!

Des voitures et des bus arrivaient en ville sans plaques d’immatriculation … des caravanes de groupes. Encore une fois, pas de police ou de garde nationale supplémentaire.

Mais les émeutiers sont venus à Kenosha cette nuit-là encore.

Notre police et toute l’aide dont elle disposait se tenaient sur place, au bâtiment de la police et au tribunal… et beaucoup d’émeutiers ne le savaient pas… notre police essayait de les empêcher de les brûler, non seulement parce que c’était notre infrastructure, mais aussi parce qu’entre ces bâtiments se trouvaient BEAUCOUP de détenus locaux qui étaient actuellement là en raison de la fermeture de notre prison à cause du Covid (HUBER).

De nouveau en direct, nous avons vu des centaines d’émeutiers jeter des cocktails Molotov s sur ces bâtiments et brûler nos camions poubelles et camions à benne de la ville que nous utilisions pour protéger ces bâtiments.

J’avais peur pour la petite rangée de policiers qui se trouvait là cette nuit-là.

Tout le monde nous pressait, Jim et moi, de prendre tous mes animaux et de quitter la ville… et de laisser ma maison brûler. De m’enfuir loin de Kenosha. J’aime ma maison. Ceux qui me connaissent, savent la fierté que nous avons prise en achetant une maison (telle quelle) et en la transformant en foyer. Et mon entreprise ! Pourrais-je la laisser être détruite ? Absolument PAS !

Nous avons des amis chers avec un commerce populaire à 4 maisons d’ici… nous y passons au moins une fois par semaine… ils ont fait leurs bagages et ont fermé… terrifiés … c’est sur la route principale.

Nous étions tous maintenant sous le couvre-feu de l’état d’urgence. Rentrez chez vous et quittez la rue ! Les stations d’essence ont reçu l’ordre de fermer et d’éteindre toutes les pompes à essence …

les sirènes et les alertes sur tous nos téléphones ne s’arrêtent pas.

Nous avons donc sorti toutes les armes à feu que nous possédions. On les a chargées. Et nous avons commencé à nous préparer… Nous ne partirions pas… Le travail de Jim lui a dit de rester chez lui et de protéger sa famille et sa maison. Tout le monde en ville se préparait à une guerre.

Commencez-vous à être anxieux en lisant ceci ?

Vous comprenez à quel point nous étions tous désespérés ?

Savoir qu’aucune force de l’ordre ne nous porterait secours ? Et je vous le dis… PERSONNE n’était là.

J’ai un ami très cher qui vit à Gurnee. Elle a une maison et une entreprise là-bas, et si elle nous appelait, Jim et moi, pour me dire que sa ville était attaquée, elle avait peur pour sa VIE et son magasin… Je l’aiderais. Nous allions à Gurnee et nous l’aidions. Armés.

Et c’est tout simplement ce qui s’est passé. Les habitants ont commencé à se rendre compte que c’était de notre faute. Et nous nous sommes organisés. Des groupes et des individus – sur les toits des entreprises – dans les quartiers. Je me suis sentie un peu plus en sécurité cette nuit-là, sachant que nous avions de l’aide.

Alors nous avons regardé à nouveau cette nuit-là … en direct. Du début à la fin.

Au bord du lac… il y avait de nouveau une petite présence policière, là où se trouvent notre palais de justice et notre Commissariat de Police… mais la police n’était nulle part ailleurs dans la ville. Il ne restait plus que nous à nous débrouiller seuls, à regarder à nouveau en direct, à écouter les scanners … les lumières éteintes, l’alarme de la maison armée. Les rideaux sont tirés – les armes sont prêtes alors que nous écoutons où se trouvent les émeutiers, dans quelle direction ils se dirigent. Malgré le couvre-feu de l’état d’urgence, la ville a été inondée de voitures circulant sans plaques d’immatriculation, des groupes de personnes détruisant notre ville. Pas assez de policiers pour arrêter ou arrêter une seule personne.

Jusqu’à ce que la garde vienne à l’aide… la ville entière a été laissée à ses propres défenses.

L’enfer… nous n’avions plus de planche de contre-plaqué à embarquer ! !!

J’avais les caisses prêtes à jeter les animaux dedans et à courir… des fusils à chaque fenêtre et à chaque porte. J’envoyais constamment des SMS à mes voisins et amis dans toute la ville pour avoir des nouvelles.

Quand nous disons, si vous ne vivez pas ici, vous ne pouvez pas savoir ce qui se passe… vous comprenez maintenant ? A quel point toute la ville avait peur ?

La garde nationale a FINALEMENT été appelée – et n’a pas fait de bêtises. Les gens qui ont terrorisé et détruit Kenosha n’étaient pas de Kenosha. De toutes les arrestations… la plupart provenaient de 44 autres villes. Après que notre gouverneur IDIOT a finalement demandé, nous avons obtenu l’aide que nous aurions dû avoir dès le PREMIER JOUR. Le FBI et tous les services de police environnants sont venus à notre aide.

Si… vous ne vivez pas ici… vous ne pouvez pas comprendre ce que nous avons vécu. Les gens devraient attendre avant de sauter aux conclusions. Je suis juste dégoûté au-delà des mots par le jugement qui est porté. DÉGOÛTÉE.

Pour ceux d’entre vous qui ont des enfants à protéger, une entreprise dans laquelle vous avez mis votre cœur et votre âme… une maison que vous avez lutté pour posséder et payer… vous devez comprendre ce que nous avons tous vécu. La peur et l’instinct de protéger ce que vous aimez, et ce pour quoi vous avez travaillé si dur, sont forts. J’espère que personne n’aura jamais à traverser une telle épreuve. (source)

Les dégâts à Kenosha sont stupéfiants.

Kenosha n’est pas une grande ville. Elle a une population d’environ 100 000 habitants. Avant ces émeutes, elle n’était pas considérée comme une ville dangereuse. Mais les choses ont rapidement changé.

Voici quelques photos des conséquences des émeutes. Moins les dégâts causés par les obus et les fusils de sniper, cela ressemble à une zone de guerre pour rivaliser avec ce que j’ai vu en Bosnie lorsque j’ai rencontré Selco et suivi un de ses cours de survie.

PHOTO CREDIT: By Lightburst – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=93638834

PHOTO CREDIT: By Lightburst – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=93638841

PHOTO CREDIT: By Lightburst – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=93638827

Est-ce la nouvelle Amérique ? Si c’est aussi mauvais maintenant, que se passera-t-il après les élections, en particulier si les résultats sont contestés ?

Cela se répand dans tout le pays.

Tant de gens sont convaincus que cela ne peut jamais arriver là où ils vivent. Je vois ce déni tout le temps dans les commentaires de mes articles sur ce sujet. Et s’il est vrai que certaines régions du pays sont plus résistantes que d’autres aux émeutes et aux incendies criminels, il faut bien comprendre que ce ne sont pas les habitants qui causent des dégâts. Il s’agit de personnes qui arrivent en bus depuis d’autres endroits. À maintes reprises, nous voyons des articles avec les autorités locales affirmant que la plupart des arrestations effectuées étaient des personnes venant de l’extérieur de la ville.

Ce n’est pas quelque chose que l’on voit venir une semaine à l’avance, comme un ouragan à l’horizon. Il suffit d’une injustice, perçue ou réelle, pour jeter de l’essence sur un feu qui brûle dans tout le pays. Cela peut vous arriver aussi.

Un certain nombre de personnes à Minneapolis se sont armées pour protéger leurs familles, leurs entreprises et leurs propriétés parce qu’elles savaient qu’elles étaient seules. L’histoire ci-dessus ne fait que souligner ce point. Des zones de combat littérales éclatent dans tout le pays. Des conflits armés ont déjà éclaté et les écrits sont sur le mur.

Préparez-vous à des troubles civils et à des émeutes car vous ne serez pas très avertis si des foules violentes se déploient près de vous. Prévoyez de partir si possible. Et si ce n’est pas possible, il ne peut être plus clair que vous devez être personnellement prêt à défendre votre maison, votre famille et votre entreprise parce que la police ne pourra pas le faire à votre place.

Traduction de The Organic Prepper Blog par Aube Digitale

« Vous dites que « ça ne peut pas continuer”, mais vous ne supportez ni les maux ni les remèdes. Vous regardez votre jambe noircir et se gangrener mais repoussez la scie du chirurgien. Pour ne pas voir votre cuisse se gainer de noir chaque jour un peu plus, vous la fardez… »

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s