REBLOG

Elections US : Préparez-vous au chaos Par Jim Rickards

Préparez-vous au chaos

PAR JADE · PUBLIÉ 7 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 7 OCTOBRE 2020

Il reste moins d’un mois avant le jour des élections (aux Etats-Unis). Une fois les votes exprimés, les dés seront jetés pour les quatre prochaines années, peut-être plus. Trump ou Biden ? La différence ne pourrait pas être plus claire, et les enjeux ne pourraient pas être plus élevés pour vous et vos investissements.

Une fois de plus, c’est l’élection la plus importante de notre vie.

Si cela semble être une exagération, ce n’est pas le cas.

Si Trump gagne, il pourrait en fait être en mesure d’achever sa tâche de nettoyer les acteurs de l’Etat Profond, de réduire la réglementation et les taxes, d’assurer l’indépendance énergétique des États-Unis, de faciliter la paix au Moyen-Orient et enfin de ramener les troupes américaines au pays après des guerres de plusieurs décennies en Irak et en Afghanistan.

Si Biden gagne, préparez-vous à une hausse des impôts, à la fin de la fracturation, au Green New Deal, à la gratuité des frais de scolarité, des soins de santé et de la garde d’enfants (bien sûr, rien de tout cela n’est vraiment « gratuit », c’est juste payé avec plus de dettes financées par des impôts plus élevés ou plus d’impression de monnaie).

Dans une administration Trump, le découplage de la Chine se poursuivra, et la capacité de la Chine à espionner les États-Unis et à voler nos meilleures idées sera réduite.

Si Biden gagne, les choses reprendront leur cours normal : la Chine volera les emplois américains, volera la propriété intellectuelle américaine et trichera sur ses obligations envers l’Organisation mondiale du commerce et le FMI.

Cette liste de différences politiques est encore longue, mais ces différences ne sont même pas la plus importante distinction entre Trump et Biden à la Maison Blanche. La principale différence est que le pays s’engagera dans deux voies totalement différentes en fonction du résultat.

En ce sens, cette élection sera la plus conséquente depuis 1860, lorsqu’un vote pour Lincoln avait indiqué la possibilité d’une guerre civile parce que le Sud avait déjà clairement fait connaître ses intentions en cas de victoire de Lincoln.

Aujourd’hui, les rebelles ne sont pas des sécessionnistes du Sud. Ce sont des néo-marxistes, des anarchistes, des voyous et des brigades de voyous locaux qui se livrent à des émeutes et à des pillages quotidiens dans de nombreuses villes américaines.

Si Trump gagne, vous pouvez vous attendre à trouver des villes américaines en flammes dans les 24 heures suivant les résultats des élections. Si Biden gagne, les néo-marxistes auront un siège à la table des négociations sous la forme de Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez, car ils insistent sur la mise en œuvre complète de leur programme.

Celui-ci comprend une augmentation des impôts, des dépenses, de la réglementation et des changements permanents dans la gouvernance des États-Unis sous la forme d’une suppression du Collège électoral, d’une Cour suprême bondée (en augmentant le nombre de juges), d’une règle de parti unique au Sénat (en mettant fin à l’obstruction) et bien d’autres choses encore.

Vous pensez que c’est mauvais ? Il y a pire. Les deux voies impliquant des émeutes ou une gouvernance de gauche dépendent de la victoire de quelqu’un. Et s’il n’y a pas de vainqueur ?

Des millions de votes sont exprimés sous forme de bulletins de vote par correspondance. Les systèmes de comptage des États sont tombés en panne dernièrement lorsqu’ils ont dû compter quelques centaines de milliers de bulletins de vote dans des courses serrées. Que se passe-t-il lorsque les bulletins de vote se comptent par dizaines de millions ?

Les secrétaires d’État des États pivots tels que le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie recevront l’ordre des gouverneurs démocrates de ne pas certifier les résultats. Des armées d’avocats descendront sur les palais de justice pour exiger la prolongation des heures de vote, la saisie des bulletins de vote par correspondance et le dépouillement de tous les bulletins, indépendamment du cachet de la poste, de l’envoi dans les délais, de la réception dans les délais et d’autres formalités. D’autres avocats feront pression.

Aucune des deux parties ne cédera. L’issue pourrait être incertaine pendant des semaines. Les émeutes se poursuivront entre-temps.

Et si Biden gagne, il est tout à fait possible qu’il ne soit pas président pendant plus de quelques mois. Son déclin cognitif, probablement dû à la maladie d’Alzheimer ou à une autre forme de démence, est déjà visible pour les observateurs. Je me rends compte qu’il s’est bien comporté lors de son débat avec Trump, mais la maladie d’Alzheimer ne progresse pas en ligne droite.

Le type de déclin cognitif dont souffre Biden n’est pas un glissement continu vers le bas. C’est ce qu’on appelle une « fonction de marche ». Cela signifie que la capacité mentale diminue soudainement, puis se stabilise ou se stabilise pendant un certain temps, puis diminue à nouveau. Elle ne s’améliore jamais, mais elle peut sembler stable pendant un certain temps jusqu’à la prochaine chute soudaine.

Il sera relativement simple de démettre M. Biden de ses fonctions en vertu du 25e amendement et d’instaurer Kamala Harris comme présidente par intérim. Cela pourrait être suivi d’une démission officielle de Biden, à la suite de quoi Harris deviendrait présidente.

C’est ce qui a été suggéré le 12 septembre lorsque Kamala Harris a fait référence à une prochaine « administration Harris », et à nouveau le 15 septembre lorsque Joe Biden a fait référence à l’ »administration Harris-Biden » lors d’un événement de campagne.

Il ne s’agit pas de simples lapsus, mais plutôt d’un aperçu du fait qu’un vote pour Biden est en réalité un vote pour la présidente Harris. Kamala Harris n’a pas les difficultés cognitives de Joe Biden, mais elle est une ardoise blanche malléable qui sera facilement manipulée par les radicaux qu’elle soutient.

Comparé aux résultats contestés des élections et à la destitution de Joe Biden (s’il gagne) qui interviendra si tôt après celle de Donald Trump (par le biais de la fraude aux bulletins de vote par correspondance), peut-être qu’un impôt sur les plus-values de 39,6 % ne semble pas si mal. En fait, il devrait l’être. Cela va faire chuter le marché boursier, car les investisseurs avertis devanceront la modification de la loi fiscale de 2021 en vendant des actions fin 2020.

Toutes ces questions – impôts, réglementation, affaires étrangères, troubles sociaux – se jouent maintenant sur la toile de fond du processus de remplacement de Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême. Cette place est devenue vacante lorsque la juge Ginsburg est décédée dans la soirée du 18 septembre.

Trump a nommé Amy Coney Barrett, une conservatrice judiciaire qui a autrefois travaillé pour Antonin Scalia. Ceux qui s’opposent à elle craignent qu’elle ne soit une menace pour le droit à l’avortement et d’autres causes soutenues par les progressistes.

La lutte pour la confirmation de la Cour suprême de justice est une bataille politique intense dans le meilleur des cas. C’est le cas depuis la nomination de Robert Bork à la Cour suprême par Ronald Reagan en 1987. Le Sénat a rejeté la nomination de Bork, mais ce processus de confirmation a établi la norme en matière d’attaques personnelles et d’invectives politiques extrêmes qui nous accompagnent depuis lors.

Ce processus d’attaque personnelle a été pleinement mis en évidence lors de l’audience de confirmation du juge Brett Kavanaugh à l’été et à l’automne 2018. De nombreux membres de la commission judiciaire du Sénat qui ont participé aux attaques de Kavanaugh, dont la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris et les candidats à la présidence Cory Booker et Amy Klobuchar, font toujours partie de cette commission.

Il y a tout lieu de penser que ce nouveau processus de confirmation sera tout aussi amer et divisible que ceux de Bork et Kavanaugh. Dans un contexte plus large, il ne s’agit que d’un joker de plus dans ce qui a déjà été une année électorale imprévisible et controversée.

L’incertitude régnera jusqu’au jour du scrutin. Les investisseurs le comprennent. Ce qui n’est pas aussi bien compris, c’est que l’incertitude continuera de régner après le jour des élections.

  • Si Trump gagne, la Résistance ne le prendra pas bien. Ils contesteront le résultat devant les tribunaux, nieront la légitimité d’une victoire de Trump, et les éléments extrêmes de la Résistance brûleront les villes américaines.
  • Si Biden gagne, ses manipulateurs en coulisses se manifesteront avec des demandes de taxes élevées, de plus de réglementation, du Green New Deal et d’autres éléments des programmes socialistes et mondialistes.

Les marchés n’ont pas les moyens de payer tout cela. Ils n’ont pas de budget pour le chaos anti-Trump, et ils n’ont pas de budget pour les intentions cachées des potes à Bernie qui seront imposés à Biden.

Même si les marchés ne sont pas préparés, vous devriez l’être. Une exposition réduite aux actions, une allocation accrue aux bons du Trésor et aux liquidités, et une allocation de 10 % du portefeuille à l’or offriront une véritable diversification, des rendements élevés et résisteront aux turbulences qui s’annoncent.

Traduction de The Daily Reckoning par Aube Digitale

 

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. Si Trump perd, les suspicions de tricherie seront là aussi et il risque aussi de ne pas se laisser faire.
    Et la violence sera là.

    J'aime

  2. Quel que soit le « vainqueur » de ces élections, le seul gagnant se nommera Docteur Folamour!
    Si Trump gagne, ce sera l’explosion d’une guerre civile!
    Si Biden gagne, ce sera l’explosion d’une guerre civile! Les Chinois se frotteront les mains avant de « fister » les Ricains; et les Européens, à genoux (comme toujours) en récupéreront les réjouissances.
    Ne pas oublier le clan Clinton-Obama qui rêve d’une G.M, alors que le flotte américaine prit déjà une grosse fessée par l’Iran!
    Le monde étant devenu fou, alors je vote pour Folamour! Au moins aurons-nous la joie ultime de nous éclater dans les particules élémentaires!
    Je me marre mais je riz jaune!.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s