REBLOG

Robert F. Kennedy Jr: «Le nouveau vaccin COVID doit être évité à tout prix»/Ce qui nous guette? Vacciné, sinon: ligoté !!!!!/Jusqu’à 20 % des infections du COVID-19 sont asymptomatiques et beaucoup moins susceptibles de transmettre le virus : Étude

Robert F. Kennedy Jr: «Le nouveau vaccin COVID doit être évité à tout prix»

Par mirastnewsmirastnews.net

Robert F. Kennedy Jr

Je voudrais attirer votre attention de toute urgence sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre Covid-19. Pour la première fois dans l’histoire de la vaccination, les vaccins dits ARNm de dernière génération interviennent directement dans le matériel génétique du patient et altèrent donc le matériel génétique individuel, qui représente la manipulation génétique, ce qui était déjà interdit et jusque-là envisagé comme criminel.

Cette intervention peut être comparée à des aliments génétiquement modifiés, ce qui est également très controversé. Même si les médias et les politiques banalisent actuellement le problème et appellent même bêtement à un nouveau type de vaccin pour revenir à la normalité, cette vaccination est problématique en termes de santé, de moralité et d’éthique, mais aussi en termes de dommages génétiques qui, contrairement aux dommages causée par les vaccins antérieurs, sera irréversible et irréparable.

Chers patients, après un vaccin ARNm sans précédent, vous ne pourrez plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire. Ils devront vivre avec les conséquences, car ils ne peuvent plus être guéris simplement en éliminant les toxines du corps humain, tout comme une personne avec un défaut génétique comme le syndrome de Down, le syndrome de Klinefelter, le syndrome de Turner, l’arrêt cardiaque génétique, l’hémophilie, la kystique fibrose, syndrome de Rett, etc.), car le défaut génétique est éternel!

Cela signifie clairement: si un symptôme de vaccination se développe après une vaccination par ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne puisse vous aider, car les dommages causés par la vaccination seront génétiquement irréversibles. À mon avis, ces nouveaux vaccins représentent un crime contre l’humanité qui n’a jamais été commis de manière aussi importante dans l’histoire. Comme l’a dit le Dr Wolfgang Wodarg, un médecin expérimenté: En fait, ce «vaccin prometteur» pour la grande majorité des gens devrait être INTERDIT, car il s’agit d’une manipulation génétique!.»

Le vaccin, développé et approuvé par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, utilise la technologie expérimentale de l’ARNm. Trois des 15 cobayes humains (20%) ont subi un «événement indésirable grave».

Remarque: l’ARN messager ou l’ARNm est l’acide ribonucléique qui transfère le code génétique de l’ADN du noyau cellulaire à un ribosome dans le cytoplasme, c’est-à-dire celui qui détermine l’ordre dans lequel les acides aminés d’une protéine se lient et agissent comme un moule ou un modèle pour la synthèse de cette protéine.

Ressource:

Robert F. Kennedy, Jr. (https://en.m.wikipedia.org/wiki/Robert_F._Kennedy_Jr)

Vaccin COVID = LÉSION GÉNÉTIQUE IRRÉVERSIBLE – UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ.

LE CORONAVIRUS EXISTE-T-IL OU NON?

CLARIFICATION:

1. LE VIRUS EXISTE-T-IL?

Oui, comme beaucoup d’autres virus.

2. A-T-IL UNE CURE?

Oui, si vous utilisez les médicaments appropriés et ne laissez pas votre santé entre les mains de systèmes de santé corrompus et mercantiles.

3. Y A-T-IL DE BONS MÉDECINS?

Oui et beaucoup, certains agissent discrètement en donnant des traitements appropriés, d’autres ont été plus audacieux et il y a beaucoup de vidéos dans les réseaux parlant de ces traitements, et beaucoup ont été menacés, disqualifiés ou réduits au silence.

4. LES SCIENTIFIQUES ENQUÊTENT-ILS?

Oui, et il y a un syndicat mondial appelant à plus de médecins et de scientifiques appelés Doctors and Scientists for Truth, pour dénoncer la fausseté du traitement qu’ils ont donné à la question des insectes.

5. EST-CE UNE PANDÉMIE?

Non. L’OMS a changé le terme qui faisait référence à la pandémie, avant que le virus ne soit lancé afin de mettre fin à la pandémie.

6. EST-CE CONTAGIEUX?

Oui, comme toute grippe.

7. SI J’ATTRAPE LE VIRUS, EST-CE QUE JE VAIS MOURIR?

Si vous présentez des symptômes, prenez simplement le médicament approprié dès le premier jour (renforcez le système immunitaire, prenez des anti-inflammatoires et anti-grippaux) et soignez-vous à la maison.

8. PEUT-IL ÊTRE ÉVITÉ?

Oui, être aussi propre que vous devriez l’être et maintenir un système immunitaire élevé. Et vous avez aussi: Thérapie à l’ozone, dioxyde de chlore avec le protocole préventif.

9. LE NOMBRE D’INFECTÉS ET DE MORT PAR LE VIRUS EST-IL CERTAIN?

Non. Aux États-Unis, on a découvert que toutes les données représenteraient en fait 10% de ce nombre, car les causes des décès étaient d’autres maladies, et les tests ne sont pas fiables, ils donnent des faux positifs.

10. LES CAS RÉELS ASYMPTOMATIQUES DE POSITIFS?

L’être humain a de nombreux micro-organismes et virus dans le corps et cela ne signifie pas que vous êtes une personne malade ou infectée, ou que vous avez le virus, cependant, les virus qui sont censés être «si agressifs» présentent certains symptômes chez les patients parce que le corps déclenche les alarmes d’un intrus (fièvre, maux de tête, vomissements, etc.) et selon la théorie de Koch, la réponse est NON.

11. LE VIRUS A-T-IL ÉTÉ CRÉÉ?

Oui, dans un laboratoire.

13. DANS QUEL BUT?

Être l’excuse pour restreindre les libertés, pour changer le système économique actuel en une obéissance du troupeau plus oppressive / asservissante, effrayante et aveugle.

14. BEAUCOUP DE PAYS PARTICIPENT-ILS À CE PLAN MALVEILLANT?

Oui.

15. ALLONS-NOUS EN SORTIR?

Oui. Et tous ceux qui ont contribué à la mort et au plan tomberont, et ils paieront ce qu’ils ont fait.

16. DOIS-JE AVOIR PEUR?

Non. La peur diminue votre système immunitaire et vous rend mentalement contrôlable.

17. LES MÉDIAS FONT-ILS PARTIE DU PLAN?

Oui. Les propriétaires des médias sont des complices. C’est ce qu’on appelle le contrôle mental.

18. QUE DOIS-JE FAIRE?

Vous vous protégez, et si vous tombez malade, vous savez déjà comment vous soigner à la maison, ou avec votre médecin de confiance qui ne s’engagera pas dans le protocole d’abandon.

19. DOIS-JE ÊTRE VACCINÉ?

Non. Si vous restez en bonne santé, les vaccins apportent des produits chimiques, des métaux lourds et une série de «bogues» qui n’affecteront que davantage votre santé à moyen et long terme, à la fois physiquement et mentalement. C’est votre corps, et c’est votre droit de décider de votre santé physique et mentale. Feriez-vous confiance à un vaccin après qu’un virus a été créé pour exterminer l’humanité?

20. EST-CE UNE GUERRE?

Oui! Et nous serons victorieux! Nous devons rester ensemble et réveiller les autres, en leur donnant beaucoup d’informations.

« Obligé de porter un masque, mais pas de se taire. »

***

À propos de l’auteur: Robert F. Kennedy Jr est le fils de l’ancien procureur général des États-Unis sous son frère le président John F. Kennedy. Dans le cadre de son travail en tant qu’avocat spécialisé dans les blessures dues aux vaccins, Robert Jr. a produit le documentaire sur les vaccins supprimés, «VAXXED» et le réseau d’action de consentement éclairé (ICAN). Il est également le fondateur et l’avocat de Childrens Health Defence.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Tap News Wire

 Pas de liberté pour les non vaccinés 

OPINION. Si l’immunisation médicale devient un jour disponible, comment imaginer que le choix d’accepter ou de refuser d’être vacciné nous sera laissé ? L’État n’aura, dans ce contexte, aucune retenue pour conditionner la récupération de nos libertés à la présentation d’une attestation individuelle de vaccination.

Auteur

Dominique BOMPOINT Avocat. FRONT POPULAIRE. 21 nobvembre 2020.

Parce qu’il n’a pas d’explication convaincante pour avoir, à l’issue du premier confinement, laissé nos ressources sanitaires en risque de saturation rapide en cas de reprise épidémique, le gouvernement change de justification pour nous claquemurer à nouveau. Il s’agit désormais d’éviter, non plus l’encombrement des capacités de réanimation, motif devenu secondaire, mais que trop de concitoyens aient à subir une forme grave de l’attaque virale ou y laissent la vie. Dans cette nouvelle vision des choses, qu’importe en effet l’inventaire des lits ou des effectifs de réanimation.

Inutile de stigmatiser ici le simplisme du slogan « Sauvons des vies », censé balayer toutes injonctions philosophiques, juridiques ou économiques d’épargner nos libertés alors que pour des êtres civilisés, la préservation des fonctions vitales des corps n’est pas séparable de celle des conditions de la vie en société. D’autres voix, d’autres plumes le dénoncent, même si leur message peine à s’imposer face à la peur du lendemain qui s’installe et s’amplifie, et à la désagrégation graduelle de nos relations interpersonnelles, minées par l’impératif de vigilance.

Prenons conscience, en revanche, de ce à quoi nous condamne chaque jour passé à ne pas nous rebeller en masse et puissamment.

Il est aujourd’hui clair que nos gouvernants n’ont pas d’autre réponse à opposer à la menace virale qu’un confinement saisonnier. Dans son adresse à la nation du 28 octobre, le chef de l’État a déclaré qu’il l’assumait – une posture que facilite incontestablement l’irresponsabilité que lui garantit l’article 67 de la Constitution.

Cette existence à éclipse, tenant davantage de la survie que de la vie, sera la nôtre jusqu’à l’avènement d’un vaccin.

Si l’immunisation médicale devient un jour disponible, comment imaginer que le choix d’accepter ou de refuser d’être vacciné nous sera laissé ? Depuis des mois, peut-être même des années, les Gaulois prétendument réfractaires auront montré qu’ils consentaient, avec finalement beaucoup moins de soubresauts que quand il s’agit de toucher à leur durée de travail, à l’abolition de la plupart de leurs libertés individuelles. Ceux qui auront survécu, étant usés, lessivés, épuisés, seront prêts, à la manière de l’innocent déboussolé s’accusant de tout pour que cessent enfin les tourments de sa garde à vue musclée, à recevoir dans leur corps n’importe quelle substance prescrite par l’État si cela peut les libérer de leur condition.

L’État n’aura, dans ce contexte, aucune retenue pour conditionner la récupération de nos libertés à la présentation d’une attestation individuelle de vaccination. Il n’aura même pas, pour se justifier, à invoquer l’exemple de pays voisins – selon cette ritournelle à usage exclusivement sanitaire qu’on aurait apprécié de voir à l’œuvre sur d’autres sujets, mais passons – puisque ce gouvernement a déjà mis la scolarisation des enfants à ce prix : depuis le 1er janvier 2018, point d’entrée en crèche, en colonie, à l’école, pour les bambins dans l’organisme desquels les 11 vaccins parachutés par la loi Buzyn du 31 décembre 2017 n’ont pas été inoculés.

Il y a donc le socle d’un précédent ; qu’on y projette la gravité des désastres de tous ordres imputés au COVID-19 et il fournira à la vaccination obligatoire généralisée une justification irrésistible.

Ce vaccin aura été créé dans des conditions de précipitation extrême ne laissant pas le temps de recul suffisant pour en apprécier les risques sanitaires à moyen ou long terme. Qu’à cela ne tienne : alors qu’en matière de protection de la santé des personnes le principe de précaution figure à l’article 191-2 du Traité sur son fonctionnement, l’Union européenne vient, fin septembre, d’accepter la demande du laboratoire AstraZeneca de le dégager des réclamations excédant une certaine limite pour les effets secondaires de son potentiel vaccin contre le COVID-19.

La ruée vers l’or vaccinal est bel et bien lancée.

Les membres du gouvernement seront terrifiés à l’idée d’être tenus personnellement responsables des dommages que pourrait causer l’inoculation obligatoire d’un vaccin aussi peu maîtrisé. Il n’est nul besoin, pour constater que la résistance d’un Premier ministre au stress du risque pénal n’est pas exactement celle qu’il attend des chefs d’entreprise, de réécouter les déclarations d’Edouard Philippe le 21 octobre devant la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur le coronavirus, expliquant combien le risque pénal personnel attaché à ses fonctions avait pesé sur son action à Matignon.

Cette perspective aboutira-t-elle à rendre facultatif le vaccin COVID-19 ? Certainement pas, car l’obligation, directe ou indirecte, de l’avoir reçu, d’en justifier, d’avoir fait les rappels aux échéances requises, d’en justifier à nouveau, ne découlera pas d’un acte du gouvernement mais d’une loi. Or les parlementaires n’encourent aucune responsabilité du chef des lois qu’ils votent, ainsi que le prévoit l’article 26, al. 1 , de la Constitution : « aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ».

Quant à l’éventualité que le Conseil constitutionnel s’interpose, sa validation quasi-intégrale des lois qui ont successivement créé, prorogé et organisé la sortie de l’état d’urgence sanitaire du COVID-19 n’en laisse guère augurer.

Dès lors que la nature législative de cette mesure protègera la responsabilité personnelle des membres du gouvernement, rien ne les retiendra de présenter aux citoyens, sous l’impulsion du chef de l’État lui aussi juridiquement irresponsable, le marché faustien du retour à la liberté obtenu contre l’inoculation dûment justifiée du vaccin. On entend déjà les œuvres des communicants officiels : « Pour le déconfinement, le vaccin c’est maintenant ! » ; « Tu veux sortir ce matin ? Prends ton vaccin ! ».

Ainsi notre soumission collective actuelle nous condamne-t-elle, si nous n’y mettons pas un terme, à un état de résignation individuelle qui aboutira à ce que, pour retrouver nos libertés d’aller et de venir, d’entreprendre, de travailler, de culte, et plus prosaïquement pour gagner de quoi vivre, même les plus rétifs consentent à se faire inoculer une substance censément protectrice créée au mépris des protocoles immunologiques habituels.

Et qu’importe si l’aiguille qui introduira ce produit dans notre corps s’avère avoir été, rétrospectivement, le vecteur d’allergies graves, de défaillances rénales, de scléroses en plaques, d’encéphalites, de troubles du comportement, d’arythmie, de malformations de nouveau-nés voire la cause de décès prématurés : aucun des ordonnateurs de cette ignominie n’en portera personnellement la responsabilité.

Nous pouvons éviter de tomber dans ce gouffre pourvu que, malgré la manie de nous invectiver à chaque oubli d’un geste-barrière, malgré la répulsion de l’embrassade et le dégoût de la main tendue, il nous reste encore assez de lien social pour nous décider à faire bloc.

Jusqu’à 20 % des infections du COVID-19 sont asymptomatiques et beaucoup moins susceptibles de transmettre le virus : Étude

Jusqu’à présent, les preuves suggéraient que jusqu’à la moitié des patients infectés par le COVID-19 sont des “propagateurs silencieux” asymptomatiques de la maladie qui contribuaient involontairement aux épidémies. Selon certaines estimations, le taux d’infections asymptomatiques atteindrait même 81 %.

Aujourd’hui, de nouvelles preuves suggèrent que seulement 17% des personnes infectées par le COVID-19 ne présenteront aucun symptôme, selon Nature, citant une méta-analyse de 13 études publiées le mois dernier et impliquant 21 708 personnes. De plus, les personnes asymptomatiques ont 42 % de chances en moins de transmettre le virus que celles qui présentent des symptômes.

La recherche, menée par l’auteur principal Oyungerel Byambasuren de l’Institut pour les soins de santé basés sur les preuves de l’Université Bond à Gold Coast, en Australie, a défini les personnes asymptomatiques comme celles qui ne présentent aucun des principaux symptômes du COVID-19 pendant toute la période de suivi. Les auteurs n’ont inclus que les études qui ont suivi les participants pendant au moins sept jours, car les preuves suggèrent que les symptômes se développent généralement en 7 à 13 jours (période pendant laquelle les personnes sont encore contagieuses).

L’une des raisons pour lesquelles les scientifiques veulent savoir à quelle fréquence les personnes ne présentant pas de symptômes transmettent le virus est que ces infections ne sont pas détectées. Dans la plupart des pays, les tests sont ciblés sur les personnes présentant des symptômes.

Dans le cadre d’une vaste étude de population menée à Genève, en Suisse, les chercheurs ont modélisé la propagation du virus parmi les personnes vivant ensemble. Dans un manuscrit publié sur medRxiv ce mois-ci2, ils indiquent que le risque qu’une personne asymptomatique transmette le virus à d’autres personnes dans son foyer est d’environ un quart du risque de transmission d’une personne symptomatique. –Nature

Cela dit, l’analyse reconnaît que, bien que le risque de transmission soit plus faible chez les personnes asymptomatiques, elles peuvent néanmoins présenter un risque pour la santé publique du fait qu’elles sont plus susceptibles de se trouver en dehors de la communauté que de s’isoler chez elles, selon Andrew Azman, spécialiste des maladies infectieuses basé en Suisse, de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, co-auteur de l’étude.

“La charge réelle de santé publique de cet énorme réservoir de personnes asymptomatiques en interaction dans la communauté suggère probablement qu’une part importante des cas de transmission provient de transmissions asymptomatiques“, a-t-il déclaré.

Nature note que d’autres chercheurs sont en désaccord sur la mesure dans laquelle la propagation asymptomatique contribue à la transmission communautaire. “Byambasuren, l’auteur principal, dit que si les études sont correctes et que les personnes asymptomatiques présentent un faible risque de transmission, “ces personnes ne sont pas les moteurs secrets de cette pandémie”, car elles “ne toussent ou n’éternuent pas autant” et “ne contaminent probablement pas autant de surfaces que les autres personnes”.

Ainsi, bien que le facteur de “propagation silencieuse” semble être beaucoup moins prononcé qu’on ne le pensait et que le virus tue moins de 1% des personnes infectées de moins de 60 ans, il reste environ 10% de chances de devenir un “porteur à long terme”, c’est-à-dire une personne infectée qui souffre essentiellement de vagues de symptômes grippaux pendant des mois. Cela vaut-il la peine de mettre fin à l’économie ?

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. les vaccins à ADN sont aussi dangereux
    Sanofi Pasteur et GSK travaillent ensemble pour un vaccin à ADN modifiant le génome humain
    https://www.genengnews.com/news/sanofi-gsk-advance-covid-19-vaccine-into-the-clinic/
    Curevac, Moderna, Pfizer et autres bossent sur un vaccin à ARN modifiant le génome humain
    Trump veut imposer les vaccins aux américains , son gouvernement finance tous les vaccins OGM des labos américains, français, allemands, etc… alors qu’il avoue lui-même qu’il a guéri du coronavirus sans vaccin et que donc que le traitement contre le covid existe
    https://www.timesofisrael.com/trump-still-contagious-experts-say-its-impossible-to-know/
    si le traitement contre le covd existe, cela veut dire que le vaccin n’est pas nécessaire, bref du foutage de gueule pour imposer le vaccin OGM transhumaniste à la population
    https://resistance71.wordpress.com/2020/10/27/hiver-2020-21-cov19-5g-chomage-famine-et-depopulation-programmee/
    les agences sanitaires nationales et internationales disent que la 5G est inoffensive ainsi que le glyphosate de Monsanto https://www.ouest-france.fr/environnement/glyphosate/glyphosate-l-assemblee-refuse-d-inscrire-l-interdiction-de-l-herbicide-dans-la-loi-5789451 et ne provoque aucun symptôme, et dire que la population mondiale a sacrifié sa liberté (confinement, couvre feu) pour ces menteurs au nom de l’état d’urgence sanitaire
    https://www.ladepeche.fr/2020/09/15/ondes5g-pas-deffets-nefastes-sous-les-valeurs-recommandees-selon-un-rapport-gouvernemental-9072838.php,
    les tests sont bidons et ne valent rien
    https://resistance71.wordpress.com/2020/10/16/voix-de-la-raison-cov19-et-tests-rt-pcr-comprendre-le-comment-de-lenfumage-general-permettant-de-maintenir-un-etat-de-terreur-accepte-du-plus-grand-nombre-et-de-dire-non-a-la-dictature-sanitair/
    http://www.cielvoile.fr/2020/05/kits-de-tests-contamines-aux-etats-unis.
    html
    http://www.cielvoile.fr/2020/04/des-kits-de-test-destines-au-royaume-uni-contamines-au-covid-19.html http://www.cielvoile.fr/2020/05/kits-de-tests-contamines-au-canada.html,
    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-des-tests-de-depistage-commandes-par-le-royaume-uni-contamines-par-le-covid-19-6798277
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1696091/test-depistage-ecouvillons-covid-19-contamines-chine-quebec
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200516-coronavirus-institut-pasteur-reconna%C3%AEt-dysfonctionnements-tests-analyse
    bien entendu il a viré le médecin réanimateur des salles d’urgence qui dénonçait que les tests n’étaient pas fiables
    https://www.lelibrepenseur.org/dr-pascal-sacre-un-reanimateur-licencie-injustement-en-pleine-crise-covid/
    https://resistance71.wordpress.com/2020/10/16/voix-de-la-raison-cov19-et-tests-rt-pcr-comprendre-le-comment-de-lenfumage-general-permettant-de-maintenir-un-etat-de-terreur-accepte-du-plus-grand-nombre-et-de-dire-non-a-la-dictature-sanitair/
    et devinez quoi Sanofi Pasteur qui donne de faux tests bidons est le conseiller scientifique de Macron
    http://www.cielvoile.fr/2020/10/sanofi-conseiller-scientifique-du-president-francais.html
    le labo institut pasteur a des kits neufs de tests déjà positifs avant usage
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200516-coronavirus-institut-pasteur-reconna%C3%AEt-dysfonctionnements-tests-analyse
    le français Sanofi Pasteur et le britannique Astranezeca et d’autres labos ont demandé à l’UE d’être exonérés de toute responsabilité en cas d’effets secondaires du vaccin covid, ce qui prouve que leur vaccin covid sera toxique
    https://www.insurancejournal.com/news/international/2020/09/22/583555.htm
    l’institut pasteur teste un projet de vaccin OGM d’ADN modifié pour changer votre ADN et ils sont en train de chercher des cobayes humains en bonne santé (alors qu’ils imposeront leurs vaccins à des gens en mauvaise santé)
    https://www.lepoint.fr/sante/covid-19-un-vaccin-francais-teste-sur-l-homme-a-partir-de-juillet-26-06-2020-2381915_40.php
    le gouvernement des USA a donné 2.1 milliards d’euros à Sanofi Pasteur et GSK pour qu’ils fassent un vaccin ADN OGM:
    L’allemand GSK et l’institut Pasteur créent ensemble un vaccin ADN modifié qu’ils vont tester sur 440 humains en très bonne santé aux USA en décembre 2020 (ouais comme leurs vaccins sont toxiques, si les cobbayes sont déjà en mauvase santé, ils mourront direct, et l’ironie c’est que leurs vaccins testés sur ds gens en bonne santé va être imposé en priorité sur des gens en mauvaise santé par la suite)
    et ils sont déjà prêts à trafiquer les résultats des tests à l’avance, pusqu’ils ont annoncé à l’avance, avant même de faire les tests de leurs vaccins, que leurs vaccins seront en vente dès la premiière moitié de l’année 2021
    GSK et Sanofi Pasteur utilisent l’organisation ACT financé par Bill Gates pour promouvoir leurs faux tests bidons positifs et leurs vaccins toxiques
    Sanofi Pasteur collabore aussi avec le labo Translate bio pour créer un vaccin OGM à ARN modifié
    (parce qu’un vaccin peut autant changer l’ADN avec un vaccin à ADN modifié qu’un vaccin à ARN modifié sourcehttps://resistance71.wordpress.com/2020/08/30/vaccin-cov19-et-passage-a-lhumain-2-0-un-avertissement-du-dr-carrie-madej-video/)
    https://www.genengnews.com/news/sanofi-gsk-advance-covid-19-vaccine-into-the-clinic/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s