Allemagne

The War is over: L’UE avoue : 60% des immigrants ne sont pas des réfugiés/ La descente aux enfers de la presse allemande !

 Des combattants de Daesh se mêlant aux réfugiés voyageant de la Libye vers l’Italie, cela représente un grand danger pour l’Europe, a noté dimanche le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian lors de l’émission Le Grand Jury sur RTL.

Permalien de l'image intégrée

Dans son interview, le ministre a noté l’urgence de trouver une solution politique à la crise libyenne afin de combattre la progression du groupe terroriste Daesh qui rassemble à l’heure actuelle des milliers de combattants à travers le pays.

L’UE avoue : 60% des immigrants ne sont pas des réfugiés

Permalien de l'image intégrée


Le 28 janvier 2016 – Source Deutsche Wirtschafts Nachrichten/ Le Saker Francophone

L’UE admet que la représentation publique voulant que la plupart des migrants qui arrivent en Europe soient des réfugiés était fausse : un rapport de Frontex montre que 60% des immigrants n’ont pas droit à l’asile. Mais une fois qu’ils sont dans l’Union européenne, un refoulement est à peine possible. Angela Merkel continue à refuser une fermeture des frontières et des contrôles appropriés des passeports.

A Bruxelles, un rapport interne suscite l’irritation : plus de la moitié des immigrants qui sont arrivés en Europe en décembre dernier n’ont aucun droit à une protection internationale. Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a déclaré dans une interview au journal néerlandais Nos am Montag: «Plus de la moitié des gens qui arrivent maintenant en Europe viennent de pays dont on peut supposer qu’ils ne fournissent aucune raison de demander un statut de réfugié. Plus de la moitié, 60%.» Ces immigrants ne sont par conséquent pas des réfugiés de guerre au sens des Conventions de Genève.

L’UE serait donc tenue de renvoyer ces 60% au-delà de ses frontières – ne serait-ce que pour assurer un accueil correct aux véritables réfugiés de guerre. Si l’UE ne peut pas protéger ses frontières extérieures – ce qui pour le moment et dans un avenir prévisible – n’est pas le cas, l’Allemagne serait obligée, selon le droit en vigueur, de contrôler les entrants à la frontière allemande. S’ils n’ont aucune chance d’obtenir l’asile, l’Allemagne devrait refouler ces immigrants à sa frontière, selon sa Constitution et le droit international. Mais le dirigeant du Parti social-démocrate allemand (SPD) Sigmar Gabriel refuse de protéger la frontière, parce que ce serait trop cher.

Les chiffres auxquels Timmermans se réfère proviennent d’un rapport non publié de Frontex. Le fait que l’UE ne communique pas ces chiffres indique un possible retournement de tendance dans la politique d’asile de l’UE, spécule le journal en ligne EUobserver.

Jusqu’ici, une image très différente avait été fournie au public : le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait dit auparavant que jusqu’au début de décembre, plus de 75% des nouveaux arrivants en Europe avaient fui les conflits en Syrie, en Afghanistan ou en Irak. Les statistiques de janvier n’ont pas encore été publiées, mais l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en Suisse, dit que 90% de tous les nouveaux arrivants en Grèce depuis le début de l’année viennent de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan, écrit l’UEobserver.

Les missions de l’OIM en Grèce et dans les Balkans occidentaux évaluent que dans les premières semaines de janvier, il y a eu presque 47% de Syriens, d’Irakiens et d’Afghans en moins qui ont traversé la Macédoine en comparaison des deux semaines précédentes. Il y a aussi des évaluations selon lesquelles, depuis le début de l’année, plus de 45 000 personnes sont arrivées par mer en Grèce et donc plus de trente fois les 1 472 personnes que les garde-côtes grecs avaient dénombrées.

Le problème : l’UE n’a pas les moyens de renvoyer les migrants une fois qu’ils sont entrés en Europe. L’UE a un accord de réadmission avec le Pakistan. Pourtant, lorsque la Grèce a voulu renvoyer une douzaine de personnes en décembre dernier, elles ont été bloquées à Islamabad par les autorités. Peu après, le Pakistan a dénoncé l’accord de reconduite avec l’UE. Il y a eu des problèmes similaires avec la Turquie. Seule une petite fraction de ceux qui ont été repris par la Turquie sont effectivement repartis, en partie parce qu’ils ont disparu et en partie parce que les autorités turques avaient besoin de beaucoup de temps pour répondre aux demandes.

La pression croît pour prolonger de deux ans les contrôles aux frontières de l’espace Schengen. Les ministres de l’Intérieur de l’UE ont demandé lundi à la Commission européenne de prévoir des plans à ce propos. La porte-parole de la Commission, Natasha Bertaud, a annoncé qu’une prolongation était vraisemblable car beaucoup de gens étaient encore attendus ces prochains mois : «Si la situation ne change pas, cela pourrait effectivement justifier, au nom de l’ordre et de la sécurité publics, le maintien de contrôles internes dans les limites de l’espace Schengen, cela tant que les frontières extérieures ne sont pas efficacement contrôlées.»

La Suède a été le premier pays à réagir et a annoncé vouloir déporter hors du pays 80 000 migrants par avion charter.

En Allemagne, la situation se présente différemment : la chancelière fédérale Angela Merkel insiste sur l’ouverture totale des frontières. Cette décision ne peut être justifiée sur le fond à la lumière des dernières découvertes. Car Merkel avait justifié cette ouverture l’été dernier en se référant à une situation d’urgence humanitaire. En Allemagne, selonl’estimation d’experts en sécurité, il devrait séjourner entre-temps des centaines de milliers de migrants illégaux. Même si la police les interpelle, un refoulement est difficile : lorsque les personnes interpellées disent qu’elles n’ont pas de passeport, il est de facto impossible de les renvoyer – parce qu’on ne peut pas du tout déterminer de quel pays viennent les migrants.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Diane

http://lesakerfrancophone.fr/lue-avoue-60-des-immigrants-ne-sont-pas-des-refugies

La descente aux enfers de la presse allemande

Permalien de l'image intégrée
Permalien de l'image intégrée

Les citoyens se détournent non seulement des éditions papier, mais aussi des sites. Ce qui se passe en Allemagne est énorme.

 / Boulevard Voltaire 28/1/2016

Depuis 2014, la pressemainstream allemande est en chute libre. Les citoyens se détournent non seulement des éditions papier, mais aussi des sites. Ce qui se passe en Allemagne est énorme.

Lügenpresse (presse menteuse), c’est l’expression la plus répandue parmi les lecteurs d’outre-Rhin. Les citoyens-lecteurs allemands s’organisent sur les réseaux sociaux (Facebook, YouTube) pour appeler au boycott. Le résultat est foudroyant. En septembre 2015, six quotidiens et magazines sont en chute libre. En octobre, ce fut la descente aux enfers. En Allemagne, le phénomène est désigné comme « l’effet Ulfkotte ». Udo Ulfkotte était rédacteur en chef du FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung), qu’il a quitté. Pris de remord, il révéla dans un best-seller comment la CIA corrompt la presse allemande dans le but de manipuler l’opinion.

La baisse d’audience de ces médias fut déclenchée, entre autres, par le titre en une du Spiegel en juillet 2014 : « Stoppt Putin jetzt! » (Arrêtez Poutine maintenant).

Suivi d’un autre numéro du même magazine, qui apposait sur le portrait d’un Vladimir Poutine au regard inquiétant le titre : « Le voisin dangereux, Vladimir Poutine, et l’impuissance de l’Occident. »

Ce qui provoqua l’ire des Allemands et une réplique en forme de pastiche duWache Bürger (Le citoyen éveillé) : « Stoppt Spiegel jetzt! » (Arrêtez le Spiegelmaintenant).

La célèbre revue Cicero titrait, le 29 avril 2014 : « L’orgueil après la chute » et dénonçait dans le chapeau de l’excellent article d’Alexander Kissler : « Les journaux meurent. La raison en est que l’on écrit totalement hors-sol. En particulier sur les sujets qui concernent la Russie ou sur Akif Pirinçci (accusé de manière manipulée d’avoir tenu des propos incitant à la haine raciale durant une manifestation PEGIDA à Dresde). Ce n’est pas ainsi qu’il convient de traiter les lecteurs » (Pirinçci est un auteur germano-turc célèbre en Allemagne).

Pourtant, malgré cette débâcle, la nuit de la Saint-Sylvestre, en toute connaissance de cause, ces mêmes médias, ainsi que la télévision publique, ont dissimulé durant des jours les taharrushas qui se sont tenues sur tout le territoire allemand. Ce qui n’a fait qu’augmenter la méfiance et le rejet absolu des Allemands pour leur presse.

Permalien de l'image intégrée

À l’heure où Merkel ne tient qu’à un fil, les mainstreams ne se ressaisissent toujours pas. Il faut croire que la CIA, complice des néo-cons, se tient toujours puissamment derrière cette « Lügenpresse » allemande, qui bêle derrière ses collègues américains en accusant le président Poutine d’être corrompu jusqu’à la moelle. Venant de l’empire le plus corrompu du monde, comme le déclarait l’année dernière Jimmy Carter lui-même, il faut le faire…

Les lecteurs allemands ne sont plus dupes. Ils se détournent définitivement desmainstreams et vont chercher l’information sur d’excellents sites de réinformation. Peut-on comparer nos deux pays ? Il me semble que oui.

« Soutenons la liberté de la presse, c’est la base de toutes les libertés, c’est par là qu’on s’éclaire mutuellement » (Voltaire).

Permalien de l'image intégrée
Permalien de l'image intégrée

EN BANDE SON

3 réponses »

  1. A propos de la « Lügenpresse » je vous conseille de jeter un petit coup d’oeil au journal d’Arte (tous les soirs 19h45) cela en vaut la peine.
    C’est un tel concentré de pensée unique, de mensonges par omission, et de désinformation que l’on se croirait devant la télé Est-Allemande au temps du Mur.

    Sauf que cette fois on ne défend pas le communisme mais l’Europe et ses « valeurs ».

    A chaque fois qu’ils diffusent un reportage sur les « migrants » (forcément victimes en vrac de Bachar de la Russie de l’indifférence honteuse des Européens, etc etc) on prend soin de nous montrer dans un plan sur deux… des enfants!
    Niveau zéro de la manipulation par appel à l’émotion la plus basique et la plus frelatée « ah les pauvres petits » nous somme-t-on de réagir… Pathétique!

    J'aime

    • A la suite dans la série » propagande bien épaisse » reportage effarant édition spéciale sur Vladimir Poutine: Poutine était un mauvais agent du KGB,Poutine fut un « pantin » entre les mains des « oligarques »Poutine est un dictateur etc..etc.. reportage avec le témoignage d’intervenants « opposants » spéçimens Sorosiens;Cerise sur le gateau à 1h 51 deux journaleux français dont le trés célébre olivier Ravanello le grand journaliste qui avait prédit « sans aucun doute  » la victoire de Clinton
      parcequ’il connaissait « la science politique »
      Malheureusement le ridicule ne tue plus en France depuis trés trés trés longtemps..et la désinformation absolue non plus.

      J'aime

  2. A souhaiteer que tout le staff dirigeant allemand soit très vite balayé, et que le pouvoir soit remis entre les mains de nationalistes « anti -Europe ».
    Ce sont les seuls qui peuvent actuellement stopper net ce cauchemard, ceci avec une détermination absolue.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s