Art de la guerre monétaire et économique

Fin de l’assouplissement quantitatif : la Fed veut faire éclater la bulle boursière, menaçant Trump

Fin de l’assouplissement quantitatif : la Fed veut faire éclater la bulle boursière, menaçant Trump


 
Après la guerre politique et médiatique à outrance, voici que Donald Trump doit faire face à l’arme lourde financière. A la veille des élections de mi-mandat, les banques centrales s’attaquent à ce qui fait la force du président américain : l’insolente santé de l’économie des Etats-Unis. Les deux principaux instituts monétaires occidentaux, la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) organisent « une évaporation des liquidités mondiales qui disparaissent plus rapidement que l’eau dans la baie du Mont Saint-Michel quand la marée baisse », explique Ambrose Evans-Pritchard dans le Daily Telegraph. Toutes deux mènent une diminution accélérée de l’assouplissement quantitatif malgré le ralentissement global des économies. « Trump a raison : La Fed fait éclater délibérément la belle bulle boursière », estime l’analyste.
 

L’assouplissement quantitatif de la Fed est presque tombé à zéro

 
De 2.000 milliards de dollars par an au plus haut de la politique d’assouplissement quantitatif, le stimulus monétaire est tombé à presque zéro. Au début 2019, l’effet sera même négatif. Pour Brian Coulton, économiste chez Fitch, « nous entrons dans un monde radicalement différent ». La Fed renverse totalement la vapeur : le rythme de vente d’obligations a bondi à 50 milliards de dollars par mois ce trimestre. La Fed ayant affirmé que son assouplissement quantitatif « marchait », faisant monter les marchés et baisser les différentiels de taux, il est possible d’en déduire que l’inverse fonctionnera : la chute des cours entraînée par son tête-à-queue monétaire permettra à Fed de réaliser » son sale boulot » à visée politique.
 
Les investisseurs s’en sont donné à cœur-joie en accumulant les lignes d’actions, alors que le resserrement du crédit est déjà flagrant dans le monde des émergents. En Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique, les emprunteurs ont accumulé pour quelque 7.200 milliards de dollars de crédits et de dérivés – un niveau deux fois plus élevé qu’à la veille de la faillite de Lehman Brothers. Pire, ils doivent refinancer leur dette dans un climat de moins en moins favorable.
 
Les marchés ont aussi été trop optimistes sur l’avenir des taux américains, pariant que la Fed ne les augmenterait que deux fois avant une pause l’année prochaine. Un espoir brutalement brisé. « Ce qui a tout changé, c’est qu’on a réalisé d’un coup que la Fed n’allait pas s’en tenir là, c’est un tremblement de terre », dit Andrew Roberts, stratège crédit chez UBS.
 

Le patron de la Fed dénonce une économie « en pleine surchauffe », il veut faire éclater la bulle boursière

 
La douche froide est arrivée quand le patron de la Fed Jay Powell a déclaré la semaine dernière que l’économie américaine était en pleine surchauffe et que les taux étaient « encore très loin » d’un niveau neutre pour la croissance. « On pourrait même aller au-delà de la neutralité », s’inquiète Andrew Roberts. Lael Brainard, présidente du Comité de la Fed pour la stabilité financière, par ailleurs membre du très globaliste CFR, s’est métamorphosée en « aigle incendiaire », dénonce Evans-Pritchard, poussant à une hausse encore plus importante des taux pour contrer les effets inflationnistes du blitzkrieg fiscal de Donald Trump.
 
Le président Donald Trump a donc parfaitement raison de considérer la Fed comme cause de la chute de Wall Street cette semaine. Il a confié à un groupe de riches bailleurs de fonds qu’il avait nommé Jay Powell à la tête de la Fed en pensant à tort qu’il resterait défenseur d’une politique de liquidités abondantes. Le chef de la Maison Blanche découvre aujourd’hui, comme d’autres avant lui, tels jadis Jimmy Carter ou George Bush senior, que l’institut monétaire est son ennemi juré. « La Fed est devenue folle, ils sont trop restrictifs », a-t-il protesté après que le Dow Jones eut décroché de 800 points.
 
La réforme fiscale radicale de Trump et du Congrès a entraîné un bond de 10 % des investissements, un pic de confiance des consommateurs inconnu depuis 1968 et le plus bas taux de chômage depuis un siècle. Mais « Donald Trump verse de l’huile sur le feu », critique Evans-Pritchard. Les dépenses fédérales dans les infrastructures dépassent les besoins. Les baisses d’impôts vont pousser le déficit public à 5 % du PIB l’an prochain, quatre points au-dessus d’un niveau normal à ce stade du cycle économique. Cette politique expose à un retour de bâton comparable à celui des années 1960, quand le ressort de la grande période inflationniste a cassé. La Fed était alors restée passive. Pour Andrew Roberts, « Les Etats-Unis vivent un gigantesque boom économique mais, fondamentalement, ils forment une économie fermée » qui « n’entraîne pas le reste du monde ».
 

Arme anti-Trump : les durcissements monétaires de la Fed ont toujours conclu un cycle de croissance

 
Par contraste, le système financier mondial est dollarisé et intimement lié aux taux de crédit américains. Il tient à bout de bras les 26.000 milliards de dollars de positions en dollar US. Pour Roberts, « C’est là que réside le danger ; les risques économiques mondiaux s’aggravent ». Jusqu’ici, l’indice S&P 500 de Wall Street n’a cédé que 6 %. Mais depuis 1918, tout durcissement monétaire de la Fed a toujours conclu un cycle de croissance. La hausse de l’agrégat monétaire M1 aux Etats-Unis a ralenti de 1 point malgré la croissance. Cet indicateur présage d’un ralentissement dès 2019.
 
En Europe, la BCE réduit aussi son stimulus monétaire malgré le récent mini-ralentissement industriel. On constate un freinage brutal de la croissance de l’agrégat M3, qui pourrait être réduite à zéro, signe de récession. La fin de l’assouplissement quantitatif en Europe va exacerber la réduction globale des liquidités. « Nous verrons s’il est possible pour l’économie mondiale de poursuivre sa route sans ses doses régulières de caféine monétaire », explique Evans-Pritchard. Et pour Donald Trump de passer l’orage.
 

Matthieu Lenoir

https://reinformation.tv/assouplissement-quantitatif-fed-bulle-boursiere-trump-lenoir-89018-2/

OK++++++++++++++++++++++++++++++++

1 réponse »

  1. « Le président Donald Trump a donc parfaitement raison de considérer la Fed comme cause de la chute de Wall Street cette semaine » : mais en amont de cette baisse de 6%, la FED est responsable de la reflation de + de 50%.

    Quant à l’Europe, elle est assise sur un volcan Ponzi qui ne tient que sur les dates de valeurs de re-dépôt des banques commerciales à la BCE…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s