REBLOG

La civilisation nécessite du bon sens collectif : Les experts, et non les citoyens de bon sens, ont laissé tomber l’Amérique !

La civilisation nécessite du bon sens collectif

Sans bon sens dans les affaires gouvernementales, la civilisation ne peut continuer…

Après les manifestations et les émeutes de cet été dans de nombreuses grandes villes américaines, les militants ont exigé la fin des financements, ou du moins une coupure radicale des fonds de la police. Les soi-disant experts en matière de criminalité étaient souvent d’accord. Ainsi, certaines municipalités ont ignoré les avertissements du public et ont réduit leur présence policière malgré une forte augmentation de la criminalité dans de nombreuses villes. Les pillages et les incendies criminels étaient souvent ignorés.

Si vous composez le 911 dans une grande ville américaine, il n’y a aucune garantie que quelqu’un réponde rapidement et dépêche des agents pour aider les personnes en danger. Les ventes d’armes à feu ont donc explosé. Certaines personnes qui n’ont jamais possédé d’armes auparavant, ou même qui se sont opposées à l’utilisation des armes à feu, sont maintenant terrifiées à l’idée de rester sans arme. L’autoprotection l’emporte souvent sur l’idéologie abstraite.

Selon un récent sondage de Gallup, la plupart des Noirs américains sont favorables au maintien ou à l’augmentation de la présence policière. Souvent, les fonctionnaires municipaux qui sont en faveur d’une réduction de l’application de la loi s’attendent encore à ce que leurs propres maisons et propriétés soient constamment surveillées par la police. Il en va souvent de même pour les élites militantes qui vivent loin des centres-villes.

De larges pans de l’Ouest américain sont aujourd’hui ravagés par des incendies incontrôlés. Certains gouverneurs et de nombreux bureaucrates fédéraux attribuent ces incendies au changement climatique. Mais ceux qui vivent dans des forêts, ou sur des montagnes et des contreforts, historiquement vulnérables aux incendies savent que les sécheresses épiques de 2013-2015 ont tué ou asséché des millions d’hectares d’arbres et de végétation.

Pourtant, la plupart de ces arbres en décomposition n’ont jamais été enlevés par les autorités. Ils fournissent aujourd’hui, de manière prévisible, le combustible de l’actuel Armageddon des feux de forêt.

Ces dernières années, quelques gestionnaires forestiers chevronnés ont été des porte-parole légendaires dans les régions sauvages. Ils ont averti que le fait d’ignorer les arbres morts, de limiter le type de pâturage des animaux domestiques qui réduit les broussailles mortes et le feuillage sec, d’interdire aux sociétés forestières de récolter le bois en décomposition et d’empêcher les brûlages contrôlés périodiques étaient collectivement une prescription pour les catastrophes mêmes qui aujourd’hui embrument le ciel occidental avec des incendies, de la fumée et de la pollution atmosphérique.

En d’autres termes, les pragmatiques ont un jour compris que des dizaines de millions d’arbres morts ne devaient pas être laissés pour compte comme paillis pour les écosystèmes prémodernes. Aujourd’hui, la végétation desséchée a servi de véritable napalm, provoquant les traditionnels feux de forêt d’automne qui se transforment en conflits bibliques qui consomment les maisons, les biens et les personnes.

La confiance du public dans la science dépend de sa cohérence, de sa transparence, et de son divorce avec la politique et l’idéologie. Il ne peut y avoir de gauche ou de droite, de libéral ou de conservateur, d’État bleu ou d’État rouge si l’on veut que l’expertise scientifique soit prise au sérieux.

Malheureusement, au cours de la pandémie de COVID-19, c’est parfois le contraire qui s’est produit.

L’Organisation mondiale de la santé a d’abord juré que le virus n’était pas transmissible par l’homme, qu’il ne justifiait pas l’interdiction de voyager ou le port d’un masque et qu’il ne constituait pas une menace mondiale importante. Les parrains chinois de l’organisation avaient donné à l’OMS une ligne de parti non scientifique. Et son directeur a ensuite qualifié la propagande d’autorité scientifique superficielle.

Les experts américains des Centers for Disease Control and Prevention et d’autres agences fédérales de santé étaient souvent incohérents sur les interdictions de voyage, les tests, les masques, les quarantaines et les thérapies médicales, et intolérants envers les recherches médicales dissidentes. Il est rare que les autorités puissent expliquer de manière cohérente au public comment le virus se propage, pourquoi les enfants, qui sont rarement touchés, ne peuvent pas aller à l’école et si les quarantaines visent à aplatir la courbe de l’infection, à l’éliminer complètement ou simplement à attendre que le virus se propage.

Les personnes âgées sont à juste titre considérées comme les plus vulnérables. Mais ensuite, inexplicablement, elles étaient souvent exposées à des patients infectés nouvellement arrivés dans leurs établissements de soins de longue date.

Lorsque des millions de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre la mort de George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, de nombreux professionnels de la santé ont ignoré les réunions de masse prétendument dangereuses qui, selon eux, constituaient une menace majeure pour la santé publique.

  • Plus de 1 000 professionnels de la santé, sensibles aux protestations, ont même signé une lettre ouverte déclarant que l’activisme social était, pour le moment, plus important que la distanciation sociale.
  • Lorsque les partisans du président Donald Trump se sont ensuite rendus à des rassemblements en plein air, de nombreux experts médicaux ont soudain qualifié ces assemblées de dangereuses pour la santé publique.

En vérité, les deux types de sorties publiques, ou aucun d’entre eux, ne sont dangereux.

Pendant six mois, les experts ont donné au public américain des directives contradictoires et militarisées pour l’année électorale sur les masques, la distanciation sociale, les fermetures d’écoles et les politiques sur le lieu de travail.

Toutes ces questions de santé publique révèlent les désastres qui s’ensuivent lorsque le bon sens est ignoré et que l’idéologie règne.

  • La plupart des Américains savent que seule la police peut protéger les personnes vulnérables en période de chaos social.
  • La plupart des gens ont le sentiment instinctif que lorsque de vastes étendues d’arbres morts ne sont pas enlevées des forêts denses, elles finiront par servir de bois d’allumage pour les incendies qui font rage.
  • Et lorsque l’expertise scientifique offre des conseils de santé publique en constante évolution, incohérents et parfois absurdes, les gens se tournent alors vers leur propre instinct et leur bon sens inné pour se protéger et protéger leurs moyens de subsistance.

Les experts, et non les citoyens de bon sens, ont laissé tomber l’Amérique.

Traduction de PJMedia.com par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s