Art de la guerre monétaire et économique

Le Chef de la Bundesbank dit « Nein » pour bannir le cash !! (Zerohedge)/ La prochaine phase de la guerre contre la monnaie liquide sera plus agressive encore/ Dostoïevsky : l’argent c’est la liberté gravée dans le métal

Le Chef de la Bundesbank dit « Nein » pour bannir le cash !! (Zerohedge)

17/6/15 Zerohedge/Blog de la Résistance

Permalien de l'image intégrée

Voici un bref résumé :

Les actions collectives des banques centrales les plus influentes du monde ont fait des merveilles quand il s’agit de gonfler des bulles d’actifs, mais ont fait très peu pour relancer une croissance économique robuste. En fait, loin de lisser le cycle économique et de ressusciter la demande de DM, après la crise , la politique monétaire a effectivement eu l’effet exactement inverse : elle a ouvert la voie à un effondrement encore plus spectaculaire tout en créant un surplus d’offre déflationniste dans le monde entier. A ce stade, une personne saine d’esprit pourrait être tenté d ‘appeler ceci des expériences monétaires, surtout en considérant que les limites ont été atteintes. Autrement dit, il n’y a littéralement pas plus d’actifs à acheter et les taux ont atteint un niveau plancher où les acteurs rationnels évitent les dépôts bancaires … à la faveur du matelas. (mettre son argent sous le matelas est plus profitable que de perdre de l’argent en le mettant sur son compte ndlr)

Mais pas si vite. Le monde pourrait toujours interdire l’argent liquide parce que si vous éliminez la monnaie physique et forcez les gens à utiliser une carte de crédit liée à un compte bancaire contrôlé par le gouvernement pour toutes les transactions, vous pouvez tout planifier efficacement

Les consommateurs ne dépensent pas ? Pas de problème. Il suffit Juste de taxer les excédents du solde de leur compte . Surchauffe de l’économie ? Encore une fois, pas de problème. Levez les intérêts payés sur les avoirs en compte pour encourager les gens à arrêter de dépenser.

Sur les traces des commentaires de Bofinger, nous avons dit ce qui suit: « notez M. Weidmann, que vos compatriotes vont devenir des keynésiens fous. « 

Et voilà, Weidmann est bien entré dans le débat et sans surprise, il n’est pas un fan des appels à l’interdiction de cash .

D’apres FAZ   (via Google Translate):

Le Président de la Bundesbank Jens Weidmann a préconisé que l’argent cash, malgré les innovations techniques et la numérisation , devrait continuer à jouer un rôle important dans les opérations de paiement.

« La Bundesbank ne croit pas à abolir l’argent cash » Weidmann a déclaré lundi à Francfort pendant le biennial held payments Symposium de la Banque centrale. D’une part, chaque citoyen doit continuer à payer comme il veut – «Avec espèces ou sans espèces  » a soutenu Weidmann.

Deuxièmement, « la politique monétaire serait une des raisons qui peuvent être invoquées contre le cash », debout sur ​​des pieds d’argile. »

Par sa deuxième justification Weidmann a recours à ce qui est souvent soulevé par les critiques de l’argument du cash, dans un monde sans espèces la politique monétaire fonctionnerait mieux . Derrièrec’ est l’idée que les épargnants réagissent à des taux d’intérêt négatifs des banques centrales et commerciales, en retirant leur argent des comptes et en les gardant  sous forme de liquidités.

Si il n’y avait pas d’argent cash, les taux d’intérêt négatifs seraient directement impactés sur les comptes des déposants.Parce qu’ils ne pourraient simplement pas retirer leur argent, ils consommeraient plus et investiraient à la place – et donc stimuleraient la croissance économique.

Weidmann contredit cet argument pointu. D’une part, un intérêt négatif modéré ne provoquerait pas nécessairement « une fuite vers les liquidités » .D’autre part – et cela est beaucoup plus important – la discussion sur « le vrai problème » est terminée. Le contrôle des taux d’intérêt et du marché des capitaux sont dues à des perspectives maussades de croissance « et de faibles tensions inflationnistes dans un avenir prévisible »

 La politique monétaire expansive des banques centrales doit être comprise comme une réaction contre cela . Donc, la tâche la plus importante était d’aborder la cause de la faiblesse de la croissance dans la zone euro.

« Donc, si la croissance faible est le nœud du problème, alors il est nécessaire de surmonter cette faiblesse, plutôt que d’opérer des acrobaties audacieuses comme de vouloir faire disparaître l’argent liquide, de sorte que la politique monétaire serait  encore plus expansive et couvrirait des problèmes structurels à long terme, avec de l’argent pas cher à court terme « , a déclaré Weidmann.


Donc, une fois que la cabale keynésienne aura réussi et abolira le cash, jetant efficacement l’ancre sur les taux négatifs , ce qui permet de manipuler non seulement les résultats macroéconomiques, mais aussi  microéconomiques , il apparaît que ceux qui apprécient toujours leur droit de choisir eux-mêmes comment et quand ils dépensent leur argent peuvent au moins se déplacer en Allemagne ..

http://www.zerohedge.com/news/2015-06-17/bundesbank-chief-says-nein-cash-ban – resistanceauthentique

https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/06/17/le-chef-bundesbank-dit-nein-pour-bannir-le-cash/

La prochaine phase de la guerre contre la monnaie liquide sera plus agressive encore

IMG Auteur
Publié le 11 juin 2015
Pendant six années consécutives, la Fed a tenté de se débarrasser de l’argent liquide.  Elle a d’abord porté les taux d’intérêt à zéro… afin que l’épargne ne produise rien en termes de revenus d’intérêts. Au taux actuel, un retraité qui aurait un million de dollars sur son compte épargne ne gagnerait que 2.500 dollars par an de revenus d’intérêts.La Fed espérait qu’en rendant difficile l’accumulation de monnaie pour les épargnants, ces derniers se déplaceraient vers des actifs à risque tels que les actions et les obligations. Elle est parvenue à ses objectifs, dans le sens où les actions sont désormais dans la plus grosse bulle de l’Histoire, alors que les obligations enregistrent des rendements que l’on n’avait encore jamais vus en temps de paix.Mais la Fed fait désormais face à un autre problème.Puisque les obligations ne rapportent que très peu (et sont de plus en plus volatiles en raison du manque de liquidité généré par le QE), la monnaie semble à nouveau avantageuse.Pour dire les choses autrement, si vous aviez le choix entre un argent qui ne rapporte rien mais demeure stable et un capital qui fluctue de 5% par an (mais ne rapporte presque rien), lequel choisiriez-vous ?La réponse est simple : vous choisiriez l’argent liquide. Il est vrai que vous n’en tireriez rien… Mais vous n’auriez pas non plus à vous soucier des fluctuations excessives des actions et des obligations. L’argent a enregistré les mêmes rendements que les actions l’année dernière… sans en copier la volatilité !Voilà qui pose un réel problème à la Fed… problème qui devrait la pousser à redoubler d’efforts pour se débarrasser de l’argent liquide.Cette campagne a déjà commencé. De nombreux économistes liés de très près à la Fed ont demandé une taxe sur la monnaie… voire pour certains une abolition de l’argent liquide !

Ce ne sont pas de simples paroles en l’air. JP Morgan et d’autres grosses banques commencent à interdire à leur client de déposer du liquide dans des coffres personnels. De plus en plus de banques imposent des règles similaires, tout comme le gouvernement. L’Etat de Louisiane a récemment rendu illégal le rachat en liquide de produits d’occasion.

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-la-prochaine-phase-de-la-guerre-contre-la-monnaie-liquide-sera-plus-agressive-encore.aspx?article=6999281344H11690&redirect=false&contributor=Phoenix+Capital.&mk=2

Dostoïevsky : l’argent c’est la liberté gravée dans le métal


Wolf Richter

Par Wolf Richter – Le 9 mai 2015 – Source 24hgold.com/ Le Saker Francophone

« Le billet de banque, c’est de la liberté dans la poche » : la guerre contre l’argent liquide est officiellement lancée en Allemagne, elle séduit le G7 et nous prépare un avenir infernal.

C’est venu de quelqu’un qui est dans les petits papiers du gouvernement allemand. Peter Bofinger est membre du conseil allemand d’experts en économie – les Cinq grands sages de l’économie –, la fonction de ce dernier étant de fournir des avis au gouvernement et au parlement concernant les problématiques d’ordre économique. Et ces gens sont pris très au sérieux…

Donc, ce Bofinger a déclaré au magazine allemand Der Spiegel durant un entretien (disponible pour les abonnés) que le liquide [l’argent papier et les pièces de monnaies, NdT] devrait idéalement disparaître de nos porte-monnaie.

Au Danemark, une nouvelle loi a été proposée qui permettrait à des magasins de détail de pouvoir refuser les paiements en liquide. Officiellement, ce serait pour réduire les tracasseries administratives et de trésorerie dans la gestion de la caisse du magasin. Puisque c’est le commerçant qui décide d’appliquer cette règle ou pas, la loi semble inoffensive.

Mais elle représenterait en vérité une étape nouvelle vers un système faisant de l’argent une entité purement électronique, dont les mouvements peuvent être pistés de manière continue, où que l’on soit.

Cette loi tombe à pic. Une banque nationale danoise avait imposé un taux négatif sur les dépôts de l’ordre de -0,75%, avec l’intention de cravacher les épargnants et de confisquer leur argent tant que leur attitude n’évoluait pas, afin de limiter l’appréciation de la couronne danoise vis-à-vis d’un euro défaillant. Mais pour échapper au courroux des taux négatifs, les épargnants pouvaient toujours retirer leur argent, et le garder sous le matelas. C’est ce à quoi cette loi entend mettre un terme, en rendant l’argent liquide inutile.

Et Der Spiegel de demander : en quoi cette loi danoise est-elle une bonne idée ?

«Avec les possibilités techniques d’aujourd’hui, les billets et les pièces constituent un anachronisme, affirme Bofinger. Ils rendent les paiements incroyablement difficiles», avec des gens perdant du temps à la caisse à chercher dans leurs sacs un billet ou une pièce, et la caissière de s’efforcer de rendre la monnaie (plutôt que d’attendre que l’acheteur trouve sa carte au fond de son sac, de réaliser la transaction, et d’attendre sa confirmation, quel gain de temps en vérité !).

Ce projet à la pertinence douteuse, commandé par le gouvernement pour nous faire gagner du temps à la caisse, s’est révélé trop faiblard même pour Bofinger…

Mais gagner du temps à la caisse n’est en fait que secondaire, a-t-il précisé. Cette mesure permettra de faire disparaître le travail au noir et le trafic de drogue. Presque un tiers des euros en circulation consiste en billets de 500 euros. Personne ne les utilise pour aller faire ses courses ; les hommes de l’ombre les utilisent pour leurs combines.

Pour empêcher que ces éléments criminels ne convertissent leurs devises dans une autre monnaie, il a précisé que «ce serait mieux si l’eurozone, les USA, la Grande-Bretagne et la Suisse abandonnaient le liquide en même temps».

Et puis, il devait lâcher la vraie raison d’abolir l’argent liquide, de façon coordonnée, sur une large échelle :

«Il serait ainsi plus facile pour les banques centrales d’imposer leurs politiques monétaires. A ce jour, elles ne peuvent pas déterminer des taux d’intérêts peu ou prou négatifs sans que les épargnants ne se précipitent à la banque et n’amassent des devises sous leurs matelas. Sans billets ni pièces, la frontière du taux zéro est vaincue.»

Aussi, considérant que cela implique un effort multilatéral au niveau planétaire, est-ce que le gouvernement allemand est prêt à jouer de son influence sur la scène internationale pour que l’argent liquide disparaisse de nos portefeuilles ?
«Ce sera assurément un bon sujet de discussion au sommet du G7», a-t-il confié, lequel se tient les 7 et 8 juin en Bavière.

Mais le soutien à cette proposition n’est pas unanime au sein du conseil allemand des experts en économie. Lars Feld, un des Cinq sages, l’a littéralement cloué au pilori dans le journal Frankfurter Allgemeine, en paraphrasant de jolie manière la fameuse maxime de Fyodor Dostoevsky, «L’argent, c’est la liberté gravée dans le métal», et Feld de la détourner: «Le billet de banque, c’est de la liberté dans la poche.»

Feld devait aussi critiquer Bofinger pour avoir apparemment négligé les aspects constitutionnels de cette proposition. Non pas que les cours et tribunaux pourraient rejeter une telle législation, mais à ce jour, la Constitution – et pas seulement en Allemagne – constituerait un obstacle sévère.

Et il y a un autre problème : l’argent liquide permet aux citoyens d’échapper à l’emprise de l’État quand leurs comportements sont illégaux, comme dans le cas du travail au noir, qui constitue une sorte d’évasion fiscale, rappelle-t-il. «Mais le travail au noir est parfois pour certains la seule manière de gagner décemment leur vie.»

Et on va même les priver de ça ?

L’argent liquide est un des rares outils à notre disposition pour échapper, un court instant, aux multiples bras de cette pieuvre qu’est devenue progressivement notre société, sans espaces de liberté, sous surveillance illimitée. Et il incarne un des derniers verrous, quand bien même dérisoire, contre l’absolu pouvoir de la banque centrale. Et pour ça, il représente un aspect de notre liberté, comme le rappelle Feld. La guerre contre l’argent liquide a commencé : ses ennemis veulent le voir disparaître…

Un scénario dérangeant se joue pour les gens qui se tracassent au sujet del’instabilité financière et il est écrit en jargon de Banque Centrale. Acheteurs, faites gaffe : le marché fonctionne à l’envers.

Traduit par Geoffrey, relu par jj pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.net/dostoievsky-largent-cest-la-liberte-gravee-dans-le-metal/

3 réponses »

  1. S’ils souhaitent sortir de la crise de surendettement de dettes commerciales (cas grec), un ratio de monnaie permanente sera, à contrario, la solution. Ce serait une nouvelle marche dans la pyramide monétaire.

    Après c’est un choix politique : la tyrannie ou la liberté.

    J'aime

  2. Autrefois, en Suisse, le pourboire (bonne main) était à bien plaire dans les cafés et restaurants. Puis le « service-compris » fut instauré. J’ai immédiatement compris que ce système assurait le contrôle du fisc. Donc, comme d’autres, j’exerçait ma liberté en laissant un « plus ». Et cela serait fini? C’en serait aussi fini de ce qui reste de vie à une société moribonde. Ce serait « ramasse les épis tombés et les grappes oubliées par les vendangeurs », afin que veuve et orphelin dépendent entièrement… et merde, vous me comprenez!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s