REBLOG

Comment et pourquoi on met le feu aux Dames et au Bataclan : management par la terreur. C’est pour nous atterrer – c’est le K de le rire. Mettez les sous-pitres, pardon, sous-titres pour écouter cet expert allemand passé antisystème. Un grand merci à Pierre pour cette théorie de la constatation, euh, de la transpiration…

« […] la vraie menace n’est pas le racisme, c’est au contraire, une espèce de standardisation vers le plus bas niveau. » — George Steiner, « Apostrophes », Antenne 2, 9 octobre 1981

nicolasbonnal.com

Cerise sur le gâteau :

En réalité, il n’y a AUCUNE menace terroriste islamiste. Zéro, rien, et ces professionnels le savent pertinemment, raison pour laquelle ils s’épargnent à eux-mêmes les nuisances tatillonnes de la paranoïa sécuritaire. Pour ma part, j’ai suffisamment étudié la question : les seuls risques terroristes réels en Occident viennent des services secrets occidentaux eux-mêmes, et en particulier anglo-saxons et israéliens. Il suffit de se cultiver un peu sur les méthodes de travail des services spéciaux pour apprendre que l’attentat sous faux drapeau (false flag), c’est-à-dire faussement attribué à quelqu’un d’autre, est d’un usage complètement banalisé depuis des siècles. Les emprunts et les abus d’identité, ainsi que les identités entièrement inventées de toutes pièces, ce que l’on appelle dans le jargon des « légendes », sont le pain quotidien du boulot dans le Renseignement.

La menace terroriste en Occident est donc largement une fiction, comme la…

Voir l’article original 149 mots de plus

Catégories :REBLOG

Tagué:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s