Americanism

Neocon Trump – Vivre et mourir par le pétrole

Trump – Vivre et mourir par le pétrole.

Depuis le début, je suis un critique acharné de la politique de « Domination Énergétique » du Président Trump. Et je l’ai fait pour une multitude de raisons, mais surtout parce qu’elle était stupide.

Pas seulement stupide, monumentalement stupide. Stupide à couper le souffle.

Et je ne dis pas cela comme quelqu’un qui déteste Trump sans réserve. En fait, je continue à espérer qu’il se réveillera un jour et cessera d’être le Donald Trump que je connais pour être le Donald Trump qu’il a besoin d’être.

Je n’ai pas le Syndrome d’Aversion pour Trump ni aucun autre de quelque sorte que ce soit, je le vois pour ce qu’il est – un homme bien intentionné, bien que mal éduqué, avec de graves déficiences personnelles qui se manifestent par un comportement parfois brillant mais le plus souvent désastreux.

La domination énergétique a toujours été une entreprise malavisée et donquichottesque. Pourquoi ? Parce que Trump n’a jamais pu transformer l’ingénierie financière du boom du schiste, en un avantage durable sur les producteurs à bas prix comme la Russie et les pays de l’OPEP.

La politique consistant à ouvrir les gisements de pétrole américains pour produire un boom de la production basé sur une offre infinie de crédits à coût quasi nul allait toujours se heurter à un mur d’offre excédentaire et à une demande insuffisante.

L’effondrement spectaculaire des prix du pétrole américain sur les marchés à terme, qui ont vu le contrat de mai se clôturer le 20 avril à 40,57 dollars le baril, illustre le Miracle du Schiste confronté à la faible demande et laissent les producteurs et les consommateurs dans une situation que seule une intervention gouvernementale de niveau biblique peut permettre.

Un marché en panne.

Le lendemain matin, ayant toujours besoin de paraître pour quelqu’un de bien, Trump tweet :Donald J. Trump✔@realDonaldTrump

We will never let the great U.S. Oil & Gas Industry down. I have instructed the Secretary of Energy and Secretary of the Treasury to formulate a plan which will make funds available so that these very important companies and jobs will be secured long into the future!163 kInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité56,8 k personnes parlent à ce sujet

« Nous ne laisserons jamais tomber la grande industrie pétrolière et gazière
américaine. J’ai chargé le Secrétaire à l’Énergie et le Secrétaire au Trésor de
formuler un plan qui permettra de dégager des fonds afin que ces entreprises
et ces emplois très importants soient assurés pour longtemps ! »

Il ressort clairement de cette déclaration que Trump est prêt à jeter plus de billions dans l’industrie pétrolière pour l’empêcher de disparaître ainsi que des millions d’emplois, il fait ce qu’il fait toujours lorsqu’il est confronté à un problème réel, à savoir persévérer dans le comportement qui en est la cause première.

Les politiciens, même les meilleurs, sont en fin de compte des vandales. Ils n’ont pas d’autre outil que de réaffecter les rares capitaux à leurs fins plutôt qu’à celles exigées par le marché.

Et la principale raison pour laquelle Trump n’allait jamais gagner la guerre de Domination Énergétique qu’il a lancée est que le monde ne veut pas du type et du genre de pétrole que les États-Unis produisent en quantité suffisante pour « gagner » !

Le brut doux ultra-léger provenant du Bakken, de l’Eagle Ford et du Permian n’est tout simplement pas très demandé pour l’exportation. Il est d’un usage limité. Et, en fin de compte, si le prix est suffisamment élevé, proposer le pétrole à la vente en « non dollars » ne fait que rendre cette courbe de la demande encore plus élastique.

L’effondrement des prix du pétrole que Trump cherche désespérément à stopper ne sera pas seulement dû au fait que Trump se tient là comme le roi Canut, les bras tendus. Lui et sa terrible politique énergétique se tiennent nus maintenant que la marée s’est retirée.

Et la raison en est simple. L’économie mondiale ne se résume pas à l’argent. L’argent est ce qui fait fonctionner l’économie, mais il est incapable, en soi, de créer de la richesse. Tout ce que fait l’argent, c’est agir comme un moyen d’exprimer nos besoins et nos désirs au moment de l’échange.

Le vandalisme de Trump sur les marchés mondiaux de l’énergie depuis trois ans et demi revient maintenant le mordre. Pour soutenir la production américaine en plein essor, il a :

  • Soutenu une guerre désastreuse contre le peuple du Yémen
  • Redéployé les troupes américaines qui s’accrochent à des positions en Syrie tout en y volant le pétrole
  • Failli déclencher une guerre de tirs avec l’Iran… Deux fois.
  • Imposé un embargo au Venezuela, volé son argent, tenté un coup d’État manqué et entraîné un soutien au Président Maduro encore plus important de la part de la Russie et de la Chine.
  • Dépensé des milliards pour pointer des missiles vers la Russie via l’OTAN.
  • Soutenu une guerre vicieuse pour empêcher la sécession du Donbass.
  • Retardé la construction du Nordstream 2.
  • Semé suffisamment de chaos pour que la Turquie revendique la Méditerranée Orientale tout en menant une guerre perdue d’avance en Libye.
  • Déclenché une guerre commerciale massive avec la Chine.
  • Dépensé des billions de dollars pour porter le déficit budgétaire américain pour 2020 au-delà de 20% du PIB américain de 2019.

Je pourrais continuer, mais je pense que vous avez compris. Aucun de ces actes ne peut être qualifié autrement qu’immoral et contre-productif.

Après s’en être pris à plus des trois quarts du monde avec cette folie, Trump va maintenant tourner son regard destructeur sur le peuple qu’il prétend servir, le peuple américain. Sauver des emplois par le biais de subventions est un acte destructeur de capital. Peu importe qui le fait, Trump, Poutine, Xi ou la Réserve Fédérale.

Si Trump impose des droits de douane sur les importations, cela ne fera que maintenir le coût de l’énergie pour les Américains plus élevé qu’il ne devrait l’être à un moment où ils ont besoin qu’elle soit aussi peu coûteuse que possible.

Il n’y aura aucune incitation à améliorer les performances de ces entreprises, à fermer des puits coûteux, à faire défaut sur les dettes ou à détourner les capitaux de l’improductivité. La saine épuration par les faillites est évitée. Les vautours qui ont profité de la hausse ne feront pas faillite parce que le fiasco est évité et ceux qui ont été prudents en attendant ce moment ne seront pas récompensés par les rênes des moyens de production.

Et encore une fois, nous voyons un autre marché à sens unique pour Wall St.

Tout ce que Trump fera ici, c’est consolider les pouvoirs qu’il croit combattre, en détruisant les petites entreprises, en nationalisant des pans entiers de l’économie américaine et en instaurant le jour où tous les pays du monde hausseront les épaules lorsqu’il aboiera.

Car l’effet net a été de voir se développer le commerce du pétrole dans des devises autres que le dollar américain. Cette tendance va se poursuivre dans un contexte de déflation des prix où la nécessité d’assurer le service de la dette libellée en dollars absorbe l’offre de dollars plus rapidement que la Fed ne peut monétiser la dette émise par le Trésor américain.

Le commerce du pétrole ne se fera plus en dollars. Les dollars serviront à rembourser la dette, le monde se découplera du dollar et la thésaurisation à l’étranger de tous ces dollars, dont la demande aujourd’hui sera l’offre demain, entraînera une dépression de la pire espèce pour l’économie américaine, celle de la hausse des prix des matières premières, de la baisse des prix des actifs et des salaires.

Ainsi, Trump continuera d’être, comme je l’ai dit récemment, le Maître du Vu, en choisissant, comme toujours, d’ignorer les effets invisibles du renflouement des entreprises qui devrait suivre la voie de toutes les mauvaises idées, comme le Marxisme.

Les États-Unis ont lancé une grenade sur leur budget. Cela ressemble à une bombe nucléaire, mais uniquement en raison de l’arrogance constante et de la nécessité pour les hommes politiques, comme Trump, d’être « vus » en train de faire quelque chose, causant bien plus de dégâts que s’ils n’étaient pas intervenus au départ.

L’adage « ne jamais laisser une crise se gâcher » est ici d’actualité. Les politiciens utilisent la couverture de la crise pour agir. Il faut les « voir » agir plutôt que ne rien faire. Trump en est parfaitement conscient, car il ne supporte vraiment pas la critique.

Homme sans principes, Trump agit surtout par besoin de détourner les critiques et d’être « vu » par sa base comme leur champion.

Mais non, Trump se présente comme le plus grand Marxiste de tous les temps, défendant les travailleurs tout en les privant de leur avenir par la destruction de leur véritable richesse. Ses erreurs politiques deviennent nos véritables problèmes. Et il a aggravé ces problèmes en écoutant les vautours du complexe médical au sujet du COVID-19. Maintenant il est piégé mais tous les autres en paieront le prix.

C’est quelqu’un qui n’a pas le sentiment ou la compréhension que parfois la meilleure chose à faire est d’admettre sa défaite, de faire marche arrière et de poser le sceptre du pouvoir. Mais Trump ne sait pas comment faire cela. Il ne sait pas comment réellement diriger.

La Domination Énergétique se transformera en un Albatros Énergétique et pèsera sur la nuque de Trump au cours de son second mandat qui le verra quitter son poste en étant vilipendé comme le grand destructeur non seulement de la richesse des États-Unis, mais surtout de leur position dans le monde.

source : https://tomluongo.me

traduit par Réseau International

https://cathauvent.com/2020/04/26/vivre-et-mourir-par-le-petrole/

« […] si le conservatisme a son propre visage dans chaque pays, turc en Turquie, anglais en Angleterre, russe en Russie, le libéralisme est partout le même […]. » — Constantin Léontiev, Byzantisme et Slavisme (1875)

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s